Publicité

« I Was Looking at the Ceiling and Then I saw the Sky », de John Adams (critique), Théâtre du Châtelet à Paris

Par

Humour et audace salutaires Par Florent CoudeyratLes Trois Coups | France Culture.fr

Le ** Théâtre du Châtelet propose une nouvelle production d’une œuvre lyrique de John Adams qui tient plus de la comédie musicale rock que de l’opéra. Un défi original, brillamment mis en scène, mais desservi par un plateau vocal assez moyen.**

Publicité
 I Was Looking at  the Ceiling and Then I Saw  the Sky
I Was Looking at the Ceiling and Then I Saw the Sky
- Les Trois Coups

Après Nixon en Chine l’an passé, le Théâtre du Châtelet poursuit la relecture des œuvres lyriques de John Adams, souvent classé parmi les tenants du « minimalisme », ce courant musical basé sur la scansion et la subtile évolution de courts motifs répétés. Pour autant, le compositeur américain a souvent tenté d’échapper à cette étiquette en relevant des défis à la hauteur de son formidable talent d’orchestrateur. On pense bien sûr à son Harmonielehere , splendide hommage à Mahler et Schönberg composé en 1985, mais aussi à son méconnu I Was Looking at the Ceiling and Then I Saw the Sky , sorte de comédie musicale qui embrasse une multitude de styles avec virtuosité, principalement le rock, en passant par le jazz ou le blues.

D’une incontestable originalité dans la production d’Adams, ce projet, réalisé avec l’inamovible PeterSellars à la mise en scène, fut accueilli fraîchement à sa création en 1995 à Berkeley. Un public sans doute surpris par cette succession de chansons qui abordent des sujets sociétaux délicats tels le choix d’un contraceptif, la place des minorités dans la ville, ou l’absurdité de la répression policière mâtinée de voyeurisme médiatique. Fortement impressionné par le terrible tremblement de terre de 1994 à Los Angeles, Adams choisit de situer l’action dans la vaste mégalopole cosmopolite peu avant le cataclysme, où huit personnages déambulent sans forcément se croiser, à la manière du film contemporain Short Cuts * de Robert Altman.

Un humour continuellement présent

Si le livret de la poétesse June Jordan ne fait pas toujours dans la dentelle, on peut également regretter un manque de caractérisation des personnages du fait de l’absence de dialogues parlés. Fort heureusement, l’audace même des thèmes traités ainsi que l’humour continuellement présent sauvent l’ensemble, et ce d’autant plus que le défi de mettre en scène des chansons vaguement reliées entre elles par le thème de l’amour est brillamment relevé par Giorgio Barberio Corsetti. Déjà apprécié pour ses audaces visuelles au Théâtre de l’Odéon (Gertrude [le Cri] ) ou à la Comédie-Française (Un chapeau de paille d’Italie ), l’artiste italien imagine quatre blocs mouvants sur lesquels sont projetées des animations ludiques et astucieuses évoquant les fantasmes débridés des personnages. Extrêmement colorées en première partie, ces visions poétiques et oniriques se brouillent totalement une fois le tremblement de terre venu, imposant un univers sombre et chaotique.

Entre distanciation et réalisme, certaines mises en image se montrent très réussies telle l’hilarante scène des trois divas chantant l’ode au pénis salvateur, représenté sous la forme d’un os protractile bien à l’étroit dans son fauteuil cossu. Imaginative et délurée, cette mise en scène est la grande satisfaction de la soirée et rattrape quelque peu un niveau de performance vocale plus moyen, du fait notamment de la difficulté à jongler avec l’incroyable variété des styles musicaux en présence. Malgré un beau timbre de voix, Hlengiwe Mkhwanazi (Consuelo) peine ainsi à investir un rôle assez dramatique, au contraire du convaincant Carlton Ford (Dewain). On retrouve le même déséquilibre dans le couple entre Tiffany et Mike, composé du placide John Brancy et de l’étincelante Wallis Giunta, artiste complète que l’on espère revoir très vite. Tandis que la vaillance de l’interprétation de l’avocat Rick par Jonathan Tan compense quelques difficultés techniques dans l’émission.

Déjà présent l’an passé dans *Nixon en Chine, * le chef d’orchestre Alexandre Briger, attentif à ne pas mettre plus encore ses chanteurs en difficulté, opte pour des tempi assez retenus sans jamais sacrifier à la rythmique si entraînante d’Adams. Un compositeur qui aura à nouveau les honneurs d’une nouvelle mise en scène au Théâtre du Châtelet l’an prochain, avec son dernier opéra composé en 2006, A Flowering Tree .

Florent Coudeyrat

  • Qui se déroule également à Los Angeles, mais avant le tremblement de terre de 1994.

I Was L ooking at the Ceiling and Then I saw the Sky (« Je regardais le plafond et soudain j’ai vu le ciel »), de John Adams

Songplay en deux actes, d’après un livret de June Jordan

Ouvrage chanté en anglais, avec surtitres en français

Orchestre et chœur du Châtelet

Direction musicale : Alexandre Briger

Mise en scène : Giorgio Barberio Corsetti

Avec : Carlton Ford (Dewain), Hlengiwe Mkhwanazi (Consuelo), Joel O’Cangha (David), Janinah Burnett (Leila), John Brancy (Mike), Jonathan Tan (Rick), Wallis Giunta (Tiffany)

Scénographie : Giorgio Barberio Corsetti et Massimo Troncanetti

Costumes : Francesco Esposito

Lumière : Marco Giusti

Conception et réalisation sonore : Mark Grey

Vidéo : Igor Renzetti

Animation des images : Lorenzo Bruno

Théâtre du Châtelet • 1, place du Châtelet • 75001 Paris

Site du théâtre : http://www.chatelet-theatre.com

Réservations : 01 40 28 28 40

Les 11, 14, 17 et 19 juin 2013 à 20 heures

Durée : 2 h 20 avec un entracte

De 5,5 € à 52,50 €