Publicité

Il est temps de retrouver la liberté de désirer

Par
Bonheur et liberté
Bonheur et liberté
© Getty - Pavel Schlemmer / EyeEm

La promesse de bonheur faite aux individus ne constitue-t-elle pas à l'instar des religions et des idéologies un opium qui les prive de leur liberté ? Dans une société obsédée par la norme, le bonheur a aujourd'hui pris le masque de la sécurité.

Les nouvelles technologies ont largement contribué à installer ce système technicien qui récuse la démocratie, et favorise la marchandisation du vivant. Ces transformations sociales et culturelles ont considérablement accru les effets de violence de la quantification et de la marchandisation qui accompagnent la financiarisation du monde. Le déclin de la responsabilité, professionnelle autant que citoyenne, sont les conséquences de ce processus culturel qui, en nourrissant les illusions de la sécurité et en conjurant le risque, récolte les fruits de la dépendance et de l'aliénation. Faut-il renoncer à la liberté pour être heureux ?

J’ai reconnu le bonheur au bruit qu’il faisait en partant. Jacques Prévert

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une conférence enregistrée en septembre 2015.

Roland Gori, professeur émérite de psychopathologie clinique à l'Université d'Aix Marseille, psychanalyste membre d'Espace analytique, a été avec Stefan Chedri l'initiateur de l'Appel des appels dont il est l'actuel président. Il a publié de nombreux ouvrages dont les plus récents sont La fabrique des imposteurs, La dignité de penser et De quoi la psychanalyse est-elle le nom ?.

À réécouter : La philosophie doit-elle nous rendre heureux ?