Publicité

"Il faut aider tous les journaux de la même catégorie sinon l’Etat n’est plus garant du pluralisme"

Par
 "L'Humanité" a touché plus de quatre millions d'euros toutes aides à la presse confondues en 2017.
"L'Humanité" a touché plus de quatre millions d'euros toutes aides à la presse confondues en 2017.
© Maxppp - YOAN VALAT

Entretien. Fin janvier, le quotidien "L'Humanité" s'est déclaré en cessation de paiements, dénonçant notamment la baisse d'une aide à la presse garante du pluralisme. Historien spécialiste des médias, Patrick Eveno revient sur ces mécanismes.

"L'Humanité" va t-il continuer à paraître ? Le quotidien communiste fondé en 1904 par Jean Jaurès a été contraint de se déclarer en cessation de paiements fin janvier et risque la liquidation judiciaire. Le journal a plaidé lors d'une séance à huis clos, mercredi 30 janvier, le placement en redressement judiciaire avec poursuite de l'activité. Il fêtera cette année ses 115 ans et emploie près de 200 salariés, journalistes, employés et cadres.

"L'Humanité" subit depuis plusieurs années de lourdes difficultés financières, à l'image de la presse écrite en pleine révolution de son modèle économique. Selon la Cour des comptes, le chiffre d’affaires du secteur qui dépassait les 10 milliards d'euros en 2000 n'atteint plus aujourd’hui que 7,5 milliards d'euros. L'institution explique la "dégradation apparente" de la situation par la diminution de la vente des journaux imprimés et par la baisse des recettes publicitaires. 

Publicité

Ainsi, selon la rue Cambon, le montant total des aides destinées au secteur représente une part croissante de son chiffre d’affaires. Des aides à la presse qui ont notamment pour objectif de veiller au maintien du pluralisme. "L'Humanité" bénéficie, par exemple, du fonds d'aide aux quotidiens nationaux d'information politique et générale à faibles ressources publicitaires. Seulement, lors de son appel à la mobilisation générale pour sauver le journal lundi 28 janvier, le directeur du quotidien communiste a notamment pointé la responsabilité de l'Etat dans la dégradation de sa trésorerie : 

Dès la fin de la période des états généraux de la presse en 2015, un million d'euros ont été retirés à "L'Humanité" au titre de quotidien à faibles ressources publicitaires quand d'autres y accédaient sans augmentation des budgets du ministère de la Culture et de la Communication". 

Comment fonctionne cette aide au maintien du pluralisme de la presse ? Entretien avec Patrick Eveno, spécialiste de l'histoire des médias et membre des deux commissions de réformes des aides à la presse en 2013 et 2015.

Entre les aides "directes" et les aides "indirectes", les aides à la presse sont nombreuses en France. Quelles en sont les principales ? 

Il y a d'abord une aide "générale", la TVA à taux réduit de 2,1%, pour l'ensemble des titres de presse (presse papier ou en ligne). Ensuite, des aides indirectes permettent essentiellement la diffusion des journaux : aide au portage ou encore aide à la Poste. Une partie de ces aides est davantage perçue par les prestataires que par la presse elle-même. Enfin, les aides directes sont plus particulièrement destinées à veiller au maintien du pluralisme dans la presse. La plus importante est l’aide directe aux quotidiens nationaux à faibles ressources publicitaires (QFRP). C’est de celle-ci dont parle le directeur de l’Humanité dans son appel à la mobilisation générale. 

Le but de cette aide est de maintenir en vie des journaux qui représentent des courants de pensées diverses et variées. Seulement, selon moi, ce sont des solutions à courte vue car, au fil du temps, ce genre de presse est amené à se retrouver sur le numérique et les réseaux sociaux. Il n'y aura donc plus besoin d'aides pour publier du papier. 

Depuis quand cette aide directe aux quotidiens nationaux à faibles ressources publicitaires existe en France ? 

Elle a été imaginée en 1974 lorsque la première crise de la presse s'est manifestée. Les journaux issus de la Résistance commençaient à disparaître. A l'époque, le journal "Combat", le journal d'Albert Camus et du mouvement de résistance Combat, est en péril. On imagine alors cette aide destinée aux petits quotidiens qui avaient beaucoup de mal à survivre, qui n'avaient pas de publicité et qui avaient un faible tirage. Pour éviter que seul un titre en bénéficie, sinon ce ne serait pas juste, ils ont mis en place un "seuil" afin d'en faire bénéficier le journal "Combat" mais aussi "La Croix". "Combat" a tout de même disparu l'année d'après, cela n'a pas suffit pour l'aider à survivre. Au fil du temps, des journaux qui n'avaient pas droit à cette aide y ont eu accès. Par exemple, l'Humanité en a bénéficié à partir des années 80, lorsque son tirage a considérablement diminué. 

Aujourd’hui, pour bénéficier de cette aide, les recettes publicitaires du journal ne doivent pas excéder 25% de ses recettes totales. Le journal doit également tirer moins de 150 000 exemplaires en ce qui concerne les quotidiens nationaux. C’est une aide déterminée chaque année lorsque le budget est voté par le Parlement sur proposition du ministère de la Culture et du Premier ministre. 

 Le premier numéro du journal "Combat" à la Libération de Paris le 21 août 1944. "Combat" était jusque là une feuille clandestine, représentant le mouvement de résistance du même nom.
Le premier numéro du journal "Combat" à la Libération de Paris le 21 août 1944. "Combat" était jusque là une feuille clandestine, représentant le mouvement de résistance du même nom.
© Getty - Maurice EDE

Combien de titres sont concernés ? 

Quatre quotidiens en bénéficient : "L'Humanité" (un peu plus de trois millions d’euros par an), "Libération" et "La Croix" (un peu moins de trois millions d’euros par an) et "l'Opinion" depuis un an (un peu plus d'un million d’euros par an).

Nous sommes ainsi passés de deux titres bénéficiant de cette aide au départ à quatre titres aujourd'hui. Mais les journaux concernés changent selon les époques. Au départ, il y avait donc "Combat" et "La Croix". "Combat" a disparu puis "l'Humanité" s'est ajouté. "Libération" en a ensuite bénéficié puis en est sorti avant d’y avoir à nouveau accès à partir du moment où ses ventes ont chuté. Cette aide a également profité à un moment au journal "Présent", qui était un journal proche du Front national. Désormais, le journal libéral "l'Opinion" reçoit également cette aide. Son fondateur, Nicolas Beytout est contre les aides à la presse mais il accepte de les toucher.

Le total de ces aides au maintien du pluralisme s’élève à plus de 12 millions d'euros aujourd’hui. C’est une petite enveloppe mais c’est important. Il faut bien voir que c’est spécifique à la France. Très peu de pays européens ont des aides à la presse de ce type-là, c'est très rare. En Angleterre, par exemple, il y a une seule aide : la TVA à 0%. 

L'arrivée du numérique a t-elle modifié la redistribution des ces aides ? 

La plupart des aides à la presse diminuent sans arrêt. Les aides à la Poste, qui permettent la diffusion des abonnements par la Poste, sont passées d'environ 400 millions d’euros à près de 100 millions d’euros : avec la diminution de la presse papier, forcément, les aides diminuent. 

J’avais proposé au moment des Etats Généraux de la presse (EGPE), en 2009, que nous fassions un gros "portail" très compétitif pour le pluralisme des médias, sur lequel pouvaient migrer tous les journaux. Une subvention qui serait vraiment conséquente pour avoir un site internet bien fait. Simplement, beaucoup de ces journaux sont encore fétichistes du papier et notamment "L’Humanité", qui veut absolument conserver son édition papier.

L’Humanité assure que depuis la fin des Etats généraux de la presse en 2015, un million d'euros a été retiré au journal au titre de quotidien à faibles ressources publicitaires, comment expliquez-vous cela ? 

Je ne suis pas d’accord avec ces chiffres. Les aides sont les mêmes pour "L'Humanité" depuis cinq ans. L’Humanité a toujours reçu un peu plus de trois millions d’euros depuis des années. Simplement, il a eu des aides ponctuelles supplémentaires, notamment lorsque François Hollande était Président, il avait effacé quatre millions de dettes sociales et fiscales que le groupe devait notamment à l'Urssaf.

Effectivement, l'aide au maintien du pluralisme a été étendue en 2015 vers les hebdomadaires et les mensuels. Mais l’enveloppe totale des aides est passée de 10 millions d’euros à un peu plus de 12 millions d’euros maintenant et cela n'a pas changé le montant destiné aux  QFRP. Il s’agit d’un autre fonds destiné à la publication des mensuels ou des hebdomadaires comme "Courrier International", "La Vie", "Le 1", etc. Il y en a 45 qui, au total, touchent 2 millions 750 000 euros. Il faut que ce genre d’aide soit neutre pour l’Etat, qu’il ne s’attache pas à un journal particulier ou à un autre. 

L’Etat ne peut pas aider un seul journal sous prétexte qu’il est en difficulté. Il faut aider tous les journaux de la même catégorie sinon l’Etat n’est plus garant du pluralisme mais partisan.

Quel est le journal le plus aidé par l’Etat ?

Tout dépend de l'aide concernée. Si on regarde le montant de l’aide par exemplaire, "L’Humanité" est le journal le plus aidé. Il touche 46 centimes d’euros pour chaque exemplaire diffusé. En revanche, si il s'agit de l’aide "globale", d'autres journaux reçoivent davantage d'aides. "L'Humanité" dit toujours que ce sont les grands groupes qui touchent le plus d’argent mais c’est parce qu’on intègre dedans l’aide postale et parce qu’ils ont des tirages plus importants. 

Evidemment, le montant des aides d'un journal comme "Ouest France" qui vend à plus 600 000 exemplaires sera plus élevé que celui de "L'Humanité", même si il touche beaucoup moins d'argent par exemplaire. C'est une simple question de calcul. 

Capture d'écran du site de L'Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias
Capture d'écran du site de L'Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias
-

Si l’on regarde le classement de la presse subventionnée, il y a une grande différence. "L’Humanité" n’arrive qu’en 7e position quand "Aujourd’hui en France" et "Le Figaro" arrivent respectivement en 1ère et 2e position… 

Certes, mais c’est parce qu'il s'agit du total de toutes ces aides. Les aides à la Poste entrent en compte dans ce classement. La Poste reçoit une aide de l’Etat pour diffuser les abonnements de journaux, c’est donc parce qu’ils ont des tirages plus importants. C’est pour cette raison que "Le Figaro" se place devant "L’Humanité" par exemple : il a davantage d’abonnés postaux.  

"L’Humanité" se pose toujours en victime du grand capital et du pouvoir réunis mais la question est de savoir pourquoi seulement 30 000 personnes l'achètent aujourd'hui ? Le problème est sa ligne éditoriale. "L’Humanité" est en déclin permanent depuis les années 60 où il tirait à 150 000 exemplaires. Ensuite, il n’a cessé de baisser. 

L’Etat et la presse ont-ils les pieds et les poings liés ? 

Disons que dans un système capitaliste ordinaire, "L’Humanité" aurait disparu depuis 25 ou 30 ans, comme ont disparu "France Soir" ou d’autres journaux du même genre, qui n’avaient plus les moyens de survivre. 

"L’Humanité" est très aidé parce que aucun président de la République, que ce soit François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy ou François Hollande, n’a voulu le laisser mourir. Certainement par peur qu’on les accuse d’être partisan ou anti-communiste, je ne sais pas… Emmanuel Macron trouvera-t-il un moyen de mettre en place une aide spécifique pour le journal ? Nous le saurons d’ici quelques semaines.

Il est évident que "L’Humanité" est dans une position de quémandeur permanent, puisque près d'un tiers du coût du journal est payé par l’Etat. Mais cela ne l’empêche pas d’être complètement indépendant de façon rédactionnelle. Nous ne pouvons pas dire, par exemple, que "L'Humanité" a été tendre avec Chrirac, Sarkozy, Hollande, et même maintenant Macron. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.