Publicité

Il y a 30 ans, la Perestroïka : le passé imprévisible de la Russie

Par
Il y a 30 ans, la Perestroïka
Il y a 30 ans, la Perestroïka
© Getty - Igor Gavrilov

30 ans après le lancement de la Perestroïka par Mikhaïl Gorbatchev, son ancien conseiller et porte-parole au Kremlin Andreï Gratchev évoque son travail aux côtés du dernier président soviétique et revient sur sa lecture des relations de la Russie avec le monde dans ce contexte incertain.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Andréï Gratchev, témoin du passé soviétique met en lumière la convergence du travail de sape des dissidents du samizdat et des réflexions des réformateurs de l'intérieur pour ébranler le régime totalitaire. La perestroïka en est l'aboutissement avec le projet humaniste de liberté politique et la fin de la Guerre froide, mais l'opposition des néostaliniens aux changements de Gorbatchev facilite les manœuvres d'Eltsine pour accéder au pouvoir.

Ainsi, Andréï Gratchev a été un des acteurs de cet l’élan utopiste du "socialisme à visage humain", qui a permis de réformer le système soviétique, et un des observateurs du traumatisme que fut l’échec de la volonté de créer une convergence entre l’État protecteur, garant de la justice sociale, et l’efficacité de l'économie occidentale.

Publicité

À l’arrivée de la "comète" Gorbatchev, beaucoup le prenne pour un homme de la nomenklatura, ce qu’il est, mais on a pu déceler très tôt quelques différences.

On peut parler de "phénomène" Gorbatchev, pas seulement de personnalité (…) ce qui le distingue c’est la cassure générationnelle. Il s’agissait de quelqu’un qui n’était pas comme ses prédécesseurs sorti d’un manteau du régime stalinien. Il n’a pas fait l’école de la bureaucratie stalinienne (…) il s’agissait d’un homme relativement jeune qui ne faisait pas partie de cet gérontocratie qui s’est installée confortablement au sommet de la pyramide du pouvoir (…) un petit provincial parmi les barons du comité central. Ce qui était déjà le début de sa caractéristique politique, car il n’était pas impliqué dans les relations et les liens dangereux des circuits politico-mafieux qui s’étaient construits en Union soviétique…

Un entretien réalisé en mai 2017.

Andréï Gratchev, historien, ancien conseiller et porte-parole du président de l'URSS Mikhaïl Gorbatchev. Il est aujourd'hui correspondant à Paris du journal russe "Novaïa Gazeta", a publié, en 2014, "Le passé de la Russie est imprévisible, journal d'un enfant du dégel", Alma édition.