Île Tromelin : survivre sur une île déserte hostile

Publicité

Île Tromelin : survivre sur une île déserte hostile

Par

Vidéo | Les recherches archéologique menées sur l'île Tromelin nous dévoilent comment une quinzaine d'esclaves abandonnés par un navire français a réussi à survivre pendant quinze ans sur une île déserte minuscule, hostile et traversée par des cyclones.

À l'occasion de l'exposition qui lui est consacrée au Musée de l'Homme, retour en vidéo sur cette histoire incroyable, celle des esclaves malgaches abandonnés pendant quinze ans par la France sur une minuscule île de l'océan Indien, l'île Tromelin.

L'histoire commence le 31 juillet 1760, lorsque le navire l’Utile rempli d’une cargaison illégale d’esclaves fait naufrage sur l’île Tromelin, à 450 km à l’est de Madagascar. Deux mois plus tard, les marins français repartent sur un embarcation de fortune, abandonnant les esclaves sur cette île d’1 km².

Publicité
55 min

Thomas Romon, archéologue : "On connaît parfaitement par l’écriture ce qu’il s’est passé jusqu’au départ des Français, et ensuite on n’a plus d’information écrite et c’est donc à l’archéologie de prendre le relais pour essayer de comprendre comment ils ont vécu."

En 2006, les premières fouilles révèlent qu’une quinzaine de personne a survécu en se nourrissant d’oiseaux et de tortues. L’île étant situé dans un axe cyclonique, les naufragés ont dû s’adapter.

Thomas Romon : "Cette île est battue par les vents et régulièrement par les cyclones, ils ont dû se protéger, s’abriter et construire des abris en pierre et en blocs de corail."

Max Guérout, archéologue : "On s’aperçoit qu'à Madagascar, il est interdit de construire des habitats en pierre. Et donc on va contre des interdits qui sont assez forts, puisque ce sont des interdits culturels. Ce qui est étrange, c’est que la seule technique qu’ils connaissent pour construire des maisons en dur est la technique des tombeaux, donc on a la même structure de murs que les tombeaux malgaches. On comprend bien que décider de vivre dans quelque chose qui est perçu comme une sépulture, ce n’est pas simple psychologiquement, et qu’il faut probablement une discussion et une prise de décision commune pour en arriver là."

Quatre expéditions archéologiques, principalement menées par des bénévoles, ont montré l’évolution des méthodes de survie des naufragés.

Max Guérout : "Archéologiquement, la période de quinze ans dans laquelle ils ont survécu est très courte. Or, on a réussi à mettre en évidence trois stades d’occupation du site. Dont un intermédiaire où ils construisent un grand mur de protection, où on voit bien que construire cet énorme mur de protection n’est pas une initiative individuelle et est forcément prise en commun."

Les autorités françaises de l’époque sont alertées mais refusent d’engager un bateau dans une mission de sauvetage pour des esclaves. 

“Tout homme qui a quelque sentiment d’humanité frémit quand il sait qu’on a laissé périr misérablement ces pauvres Noirs sans daigner faire aucune tentative pour les sauver.”              
Abbé Rochon, astronome de la Marine Royale, dénonce le refus des autorités de secourir les Malgaches (entre 1760 et 1775)

Pendant quinze ans, les naufragés ont survécu en faisant preuve d’ingéniosité.

Thomas Romon : "Ils utilisent des matériaux qui sont disponibles sur l’île, les blocs de corail, les morceaux de sable induré qu’on appelle le grès de plage pour leur construction. Ensuite, ils utilisent les os de dos de tortues, les coquillages qu’ils peuvent transformer notamment pour faire des cuillers ou des petits récipients. Ils ont aussi utilisé du mobilier qui provient directement du bateau. Le bateau s’est échoué vers 5-6 mètres de profondeur, beaucoup d’éléments ont été projetés sur le rivage puis ont été récupérés."

On ne sait pas comment était dirigée cette micro-société. Mais elle ne s’organisait pas seulement autour de la survie.

Mac Guérout : "On a trouvé des bracelets, une bague, des chaînettes. Dans l’analyse qui était la nôtre pour savoir si ces gens étaient restés écrasés par leur condition ou s’ils avaient reconstitué une petite société : si les gens commencent à porter des ornements ou à se les fabriquer c’est qu’on n’est plus dans la survie pure et dure. Il est hautement probable que ces survivants se soient organisés et qu’ils aient pris leurs décisions en commun, ça c’est sûr. Il n’y avait pas de décision individuelle a priori."

Le 29 novembre 1776, quinze ans après avoir été abandonnés, un navire français vient secourir les rescapés : 7 femmes et un bébé de 8 mois.

Pour aller plus loin :
Exposition au Musée de l'Homme jusqu'au 3 juin 2019.

À lire :
Bande dessinée "Les esclaves oubliés de Tromelin" de Sylvain Savoia aux éditions Aire Libre, 2018.