Frédérique Barchelard et Flavien Menu
Frédérique Barchelard et Flavien Menu

Ils inventent le logement de demain

Publicité

Ils inventent le logement du futur : le "Proto-Habitat" de Flavien Menu et Frédérique Barchelard

Par

Le proto-habitat, c’est un habitat nomade, écologique et modulable. Pour ses architectes, Flavien Menu et Frédérique Barchelard, ce projet utopique rencontre, avec les crises sanitaire, immobilière et environnementale, une singulière actualité.

Le couple d'architectes Flavien Menu et Frédérique Barchelard est en train d’inventer l’habitat du futur : le “Proto-Habitat”, un logement flexible et écolo. Sa maquette est présentée dans l'exposition Viva Villa ! à la Collection Lambert à Avignon, jusqu'au 10 janvier 2020, et jusqu'au 3 janvier au centre d'architecture Arc en rêve à Bordeaux.

Nomade, écologique et modulable

Le proto-habitat est un logement montable et démontable en cinq jours, construit tout entier dans un bois issu de forêts situées à moins de 500 km de son site de montage. Juxtaposables, superposables, les modules qui le constituent peuvent s’emboîter pour construire un habitat individuel ou collectif, en ville ou à la campagne, pour six mois ou toute une vie. 

Publicité

Flavien Menu, architecte : "De la forêt jusqu’à l’isolation, on connaît tout ce qui constitue notre bâtiment, tout comme on source aujourd’hui ce qu’il y a dans nos assiettes, ou la provenance de nos vêtements. Et en même temps, il est montable et démontable, donc c’est vraiment une première et une innovation, très simple. On n’est pas sur des innovations technologiques, futuristes, mais sur une démarche qui permet, grâce au savoir-faire, depuis le sylviculteur jusqu’au scieur, jusqu’à l’assembleur et au charpentier, de proposer un habitat assez inédit." 

Maquettes du proto-habitat juxtaposé, exposé dans le centre d'architecture "Arc en ciel" à Bordeaux, en 2020
Maquettes du proto-habitat juxtaposé, exposé dans le centre d'architecture "Arc en ciel" à Bordeaux, en 2020
- Flavien Menu et Frédérique Barchelard

Une écologie sociale

Pour ces jeunes architectes, tout a commencé il y a moins de 10 ans à Londres, où ils vivaient et enseignaient. Flavien Menu : "On avait des étudiants qui déménageaient jusqu’à cinq fois par an, ou des amis qui étaient encore en colocation à 40 ans. Est-ce que les Millennials ont encore envie d’avoir un crédit à 30 ans alors qu’ils ont l’habitude d’une vie à la carte ?" Pour lutter contre cette dégradation de l’accès au logement, cette précarisation des classes moyennes, et moyennes supérieures, Flavien et Frédérique inventent un modèle accessible, nomade, correspondant à des vies plus flexibles, à l’intérieur même du logement.

Flavien Menu : "Ce sont des pièces qui peuvent être un salon, une chambre, un bureau, des pièces pour vivre, travailler autant que pour recevoir ses amis, et qui peuvent évoluer en fonction du temps." 

Frédérique Barchelard : "En collant deux modules, on peut tout de suite créer un très grand espace de vie. Les éléments étant modulaires, tous les caissons peuvent se monter et se démonter, donc on a juste à enlever un caisson de mur pour créer ces grands espaces."

Flavien Menu : "O_n sent tout de suite un bien être des visiteurs, et qui correspond à cette vision de l’écologie qu’on veut développer et qui comporte trois dimensions : une écologie sociale, une écologie mentale et une écologie environnementale"._

Pour concevoir ce projet, ils sont allés enquêter en Suisse, en Allemagne, en Espagne dans des coopératives au sein desquelles la propriété du foncier est distincte de celle du bâti, pour limiter la spéculation, pouvoir s’installer dans un endroit, puis dans un autre, tout en gardant sa maison "… et permettre à des classes populaires et moyennes de se loger de manière qualitative et confortable."

Le prototype du proto-habitat dans un jardin public de Bordeaux, en 2020
Le prototype du proto-habitat dans un jardin public de Bordeaux, en 2020
- Flavien Menu et Frédérique Barchelard

Une écologie mentale 

Au printemps 2020, Frédérique, Flavien et leurs 30 partenaires arrivent à construire un prototype en neuf mois, malgré le confinement. Le 1er proto-habitat est installé au Jardin public, à Bordeaux.

Frédérique Barchelard : Pour nous, la crise sanitaire a accéléré certains éléments et projeté le prototype qui aurait pu être catégorisé comme “maison du futur” dans l’habitat d’aujourd’hui, immédiatement. La question d’habiter, de travailler, de trouver des espaces suffisamment flexibles pour avoir différentes occupations, différentes configurations dans la journée ou au cours des années, c’est quelque chose que l’on portait depuis le début.

A Bordeaux, le proto-habitat est ouvert au public, qui fait part aux architectes de ses impressions, sensations, réflexions. "La première chose que l’on nous dit, en entrant dans le prototype, c’est l’odeur du bois et la présence du bois. Dans cette démarche de frugalité, de simplicité et de qualité, pouvoir montrer les matériaux nous tenait beaucoup à cœur. Que l'on puisse comprendre, rien qu'en regardant le bâtiment, comment il est construit, est pour nous un premier pas vers l’appropriation" explique Frédérique Barchelard.

Une écologie environnementale

Flavien Menu : "Notre proto-habitat est construit en pin maritime, en pin Douglas, en chêne et en peuplier. On est allé chercher ce qu’il y avait autour de nous. Le projet est  labellisé “forêt vertueuse”. Son impact carbone est tellement moindre que dans d’autres types de construction ! On ne va pas vers la déforestation, mais plutôt vers une reforestation, et une plus saine utilisation de la forêt."

Aujourd’hui, le proto-habitat est prêt à être industrialisé, mais il doit aussi servir à faire réfléchir sur le monde de l’immobilier en général, polluant et générateur d’inégalités. "Dans les années 1960, on pensait que la mobilité du futur, ce serait la voiture volante. Et on s’aperçoit aujourd’hui que c’est le vélo. On est exactement dans ce type de philosophie : comment réussir à inventer l’habitat du futur, pas dans une vision futuriste ni technologique, mais avec des choses simples, et abordables pour tous. Alors si vous me dites “Demain, il faut habiter dedans”, je fais mes valises et je m’installe sans problème ! D'ailleurs, on a déjà mis des meubles et des plantes dedans !" conclut Flavien Menu.

A voir 

Exposition Viva Villa ! à la Collection Lambert à Avignon, jusqu’au 10 janvier 2021

Exposition "proto-habitat", au centre d'architecture "Arc en rêve" à Avignon, jusqu'au 3 janvier 2021