Publicité

Imposture, météorites, Victor Hugo, Klimt : la Session de rattrapage

Par
Erdogan, Kafka, météorite et Victor Hugo
Erdogan, Kafka, météorite et Victor Hugo

Sélection. Retrouvez chaque samedi la sélection hebdomadaire des programmes de France Culture à réécouter.

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir chaque semaine la Session de rattrapage par email

Bonjour à toutes et à tous,

Publicité

L'imposture. C'est la thématique à laquelle se sont attaqués sans esbroufe Les Chemins de la philosophie cette semaine. Depuis le Tartuffe, l'imposteur comique de Molière, en passant par la question du faux en art et de sa valeur, jusqu'à Kafka qui, dans son Procès postule qu'il faut se faire soi-même imposteur pour obtenir justice. Sans oublier de poser LA question taboue : sommes-nous tous des imposteurs fabriqués par cette machine de survalorisation des apparences que l'on nomme "société", où le pervers narcissique est roi. Belles écoutes. Hélène Combis-Schlumberger

COMPRENDRE

Le président turc Recep Tayyip Erdogan célèbre le 563ème anniversaire de la prise de Constantinople, le 29 mai 2016
Le président turc Recep Tayyip Erdogan célèbre le 563ème anniversaire de la prise de Constantinople, le 29 mai 2016
© AFP - KAYHAN OZER / ANADOLU AGENCY

Les petits pères du peuple ? En Russie, en Turquie, les hommes de pouvoir cultivent une nostalgie de l'Empire pour exalter la grandeur nationale. Comment se conjuguent le désir d’une société avide de symboles positifs, et la volonté de ces monarques de concentrer les pouvoirs en se présentant comme des pères, ou des sauveurs ? Analyse, d'Erdogan à Poutine, en s'attardant au passage sur les accents bonapartistes de Macron. ( Cultures monde, 58 min)

Peau noire, et bas les masques. "Le rapport à mes cheveux passe par la revalorisation de l'histoire de mes ancêtres." En France, de nos jours, pour de nombreuses femmes noires, assumer ses cheveux crépus est un long cheminement. Mais aussi un pied de nez au racisme larvé, et à la pression des canons et normes esthétiques blancs que dénonçait déjà Fanon au milieu du 20e siècle. ( Les Pieds sur terre, 28 min)

Sexe et religion. Les rapports hommes/femmes suscitent depuis quelques mois d'intenses débats dans la sphère publique. Quels rapports, entre sexe(s) et pouvoir(s) (du nom de la seconde journée des Forums France Culture qui se tiendra ce 10 février dans le grand Amphithéâtre de la Sorbonne, à Paris), et sexe(s) et religion(s) ? Dans Les Matins, l'historien Jean-François Colosimo et Sihem Habchi, présidente du prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes, ouvraient le débat. ( L'Invité des Matins, 17 min)

Antisémitisme toujours. "On ne peut plus leur laisser porter la kippa dans la rue, ni se promener le soir." Fredo, juif d'origine tunisienne, a dû quitter le 19e arrondissement de Paris, taraudé par un sentiment d'insécurité. Depuis les années 2000, de nombreuses familles juives partent de la couronne est de la capitale, pour rejoindre les quartiers ouest. Enquête. ( Le Choix de la rédaction, 4 min)

APPRENDRE

Chute du bolide du 14 mai 1864
Chute du bolide du 14 mai 1864
© AFP - @MNHN_ Jc Domenech

Vous saurez tout sur le caillou. C'est seulement au XIXe siècle que les météorites sont envisagées comme des objets scientifiques à part entière. Savez-vous ce qu'est une chondrite ? Connaissez-vous la différence entre un météore et une météorite ? Non ? Alors savourez cette balade radiophonique dans la Grande Galerie de l’Evolution de Paris, pour découvrir l’exposition consacrée à ces pierres célestes. ( La Fabrique de l'histoire, 52 min)

Gangsta Paradise. En novembre 2017, l'ICIJ révèle le scandale des "Paradise Papers", dévoilant encore un peu plus le monde opaque des paradis fiscaux, de  l'évasion fiscale et du blanchiment d'argent. Quelles frontières légales et morales aux paradis fiscaux qui semblent aujourd'hui avoir un caractère systémique ? ( Entendez-vous l'éco ?, 58 min)

Proust sociologue. Bains de mer, réunions familiales, salons, Combray, Guermantes, etc... Proust aurait un “flair sociologique”. Après les lectures philosophiques de Proust, le temps est-il venu pour les sociologues de s’en emparer ? ( Le Journal de la philo, 5 min)

(RE)DÉCOUVRIR

Illustration de Lix. Gravure en frontispice de l'edition Ollendorff 1906. Le forcat et la prostituée : Jean Valjean et Fantine, mere de Cosette et fille de joie
Illustration de Lix. Gravure en frontispice de l'edition Ollendorff 1906. Le forcat et la prostituée : Jean Valjean et Fantine, mere de Cosette et fille de joie
© AFP - Gusman

Les Misérables, pour tous. "Partout où l’homme ignore et désespère, partout où la femme se vend pour du pain, partout où l’enfant souffre faute d’un livre qui l’enseigne et d’un foyer qui le réchauffe, le livre Les Misérables frappe à la porte et dit : « Ouvrez-moi, je viens pour vous »" avait écrit Victor Hugo à son éditeur italien. Suspens, digressions, interrogations, personnages... Laissez-vous emporter par l'adaptation radiophonique de cette oeuvre universelle. ( Fictions / Le Feuilleton, 14x24 min)

Dans les tuyaux de Thierry Escaich. "Composer, c'est la construction d'une architecture à l'intérieur de laquelle il faut trouver une liberté", analyse l'organiste et compositeur français Thierry Escaich. Portrait d'un maestro qui a toujours oscillé entre improvisation, interprétation, et composition, jazz, classique et contemporain, et s'est toujours férocement érigé contre l'académisme. ( Continent Musiques, 59 min)

Poésie et corps contraints. Corps incontrôlables, et corps à contrôler... L’écrivaine et poétesse Ananda Devi écrit un corps monstre à l’épreuve d’un présent monstrueux. Quant à l’historien Georges Vigarello, il trace l’épopée de l’éducation des corps. ( Poésie et ainsi de suite, 59 min)

LA CITATION

Une fois n'est pas coutume, notre citation hebdomadaire est tirée d'une archive de France Culture. Nous la devons à la journaliste Geneviève Tabouis. Un fort tempérament à découvrir dans Les Nuits de France Culture (20 min) :

Je suis devenue journaliste parce que les archéologues et professeurs d'archéologie de l'époque - 1914/1922 - étaient antiféministes ! À l'époque, ils me préférèrent un jeune homme diplômé de l'Ecole du Louvre en archéologie égyptienne, ce que j'étais alors également, pour l'envoyer aux fouilles de Maspero dans le delta du Nil. "Les femmes sont là pour travailler sur place au musée, rien d'autre !" Telle était alors la règle de notre grand musée national. Mieux encore : peu après j'écrivais un livre sur Toutânkhamon, sa vie et son temps. L'éditeur Payot ne consentit à prendre mon manuscrit que si je signais G. Tabouis et non Geneviève. "Ainsi, me dit-il, on pourra croire que vous êtes Georges ou Gaston".

Bon week-end. Et si vous êtes lassé.e par les blancheurs neigeuses, retrouvez des couleurs avec Gustav Klimt, dont on commémorait cette semaine la disparition, il y a 100 ans. Souvent méconnue, sa vie se révèle sous les ors de ses toiles pour qui veut prendre la peine de s'y attarder. On en a étudié quatre pour vous : des portraits de femmes tantôt désirantes tantôt dévorantes, et des paysages silencieux. À la semaine prochaine !