Publicité

Incurie municipale à Marseille ? Quand la cité phocéenne passait sous tutelle de l'Etat

Par
Le 28 octobre 1938 sur la Canebière à Marseille, l'incendie des Nouvelles Galeries.
Le 28 octobre 1938 sur la Canebière à Marseille, l'incendie des Nouvelles Galeries.
- Wikicommons

L'effondrement de plusieurs immeubles populaires du quartier de Noailles à Marseille, qui a fait plusieurs morts, révèle un habitat insalubre laissé à l'abandon. Il y a 80 ans, Daladier enterrait le Front populaire et plaçait la ville sous la tutelle de l'Etat.

Après l’effondrement de deux immeubles, puis d’une partie d’un troisième, mitoyen, rue d’Aubagne dans le quartier de Noailles à Marseille le 5 novembre, des habitants ont tôt fait de rappeler les signalements effectués depuis plusieurs mois. Insalubrité, défaut d’entretien, indignité des conditions de logement dans le parc public, inanité de la politique de la ville alors qu’un des bâtiments effondrés appartenait à l’office public Marseille Habitat… En 2016, le site Marsactu avait publié une série d’articles sur l’habitat indigne de ce coin du 1er arrondissement, en plein centre-ville de Marseille, à deux pas du vieux port et à peine plus du Mucem flambant neuf

28 min

Au sujet du 63, rue d’Aubagne - premier des immeubles à s’être effondré lundi 5 novembre et propriété de Marseille Habitat- Benoît Gilles de Marsactu écrivait ceci il y a deux ans :

Publicité

Au 63 rue d’Aubagne et au 13 rue de l’Arc, des oriflammes sales jadis bleus flottent au vent. La société d’économie mixte de la Ville, Marseille Habitat, y annonçait fièrement que ces immeubles allaient faire l’objet de rénovation dans le cadre d’un plan d’éradication d’habitat indigne (EHI). Dans le premier, des travaux de consolidation ont été entrepris mais semblent arrêtés. Un salon de coiffure sans nom s’est installé au rez-de-chaussée. Le coiffeur, gêné, se refuse à tout commentaire en l’absence du patron, injoignable. Il ne veut pas dire non plus si l’immeuble est actuellement occupé. Une forte odeur de moisi ne rassure pas le visiteur sur l’état du bâti.

Ennemi numéro 1 de l'habitat... "la pluie" ?

A l’époque, l’immeuble de quatre étages était explicitement identifié par le plan d’éradication de l’habitat indigne à l’échelle de la ville. Mais la rénovation semblait patienter dans les cartons de la mairie, en attente d’une validation politique. Deux ans et demi plus tard, c’est tout un pan de la rue qui est tombé comme un château de cartes tandis que le maire Jean-Claude Gaudin (LR) envisageait que l’accident qui a d'ores et déjà fait plusieurs morts, pouvait être causé par “la pluie”.

Le pâté de maison qui s'est effondré rue d’Aubagne n'est pourtant pas une exception et, après la catastrophe du 5 novembre, Mathilde Vinceneux, journaliste de France Bleu Provence, rappelait ceci :

Le quartier de Noailles est depuis 2001 au cœur d’une opération de restauration déclarée d’utilité publique. Ce programme, dit PRI ("périmètre de restauration immobilière"), concerne 152 immeubles soumis à des obligations de travaux. Plus de 15 ans plus tard, en 2017, 39% des immeubles concernés n'ont connu aucun travaux. En 2002, le maire de la ville a aussi signé avec l’Etat un plan d’éradication de l’habitat indigne. En tout à Marseille, 6 000 copropriétés sont jugées "fragiles" dont une grande partie dans le centre ancien et les quartiers Nord selon le rapport Nicol de mai 2015, du nom d'un inspecteur général honoraires de l'administration du développement durable. 

Cependant, lorsque la cage d’escalier du 65, rue d’Aubagne s’était pour partie affaissée il y a quinze jours, aucun arrêté de péril n’avait été pris, épinglent des collectifs de riverains. Alors qu'un document consacré à Noailles ( qu'on trouve sur Marsactu) avait justement été remis aux élus de la métropole Marseillaise en janvier 2018, montrant explicitement que 48% des immeubles de ce quartier étaient "considérés comme du bâti indécent ou dégradé" et seulement "11% identifiés comme en bon état structurel et d’entretien”.

58 min

Les vidéos d’éboulis en plein jour dans la deuxième ville de France, alourdies par un bilan humain encore incertain, donnent un tour spectaculaire aux accusations d’incurie portées par un certain nombre de collectifs d’habitants depuis déjà plusieurs années. Après les écoles délabrées laissées à l’abandon et les bibliothèques régulièrement fermées faute de personnel ( les syndicats estiment qu’il manque à Marseille 50 bibliothécaires pour tenir les horaires d’ouverture), la municipalité Gaudin est accusée d’une gestion indigente… et très sélective. Noailles est en effet un quartier traditionnellement très populaire et qui le reste, même si, comme l’ensemble du centre-ville phocéen, il attire de plus en plus de nouveaux arrivants, mieux dotés.

70 morts dans l'incendie des Nouvelles Galeries

A Marseille, l’incurie municipale fait écho à un autre épisode de l’histoire de la ville, qui remonte à 1938. Il y a quatre-vingts ans, Marseille avait été en effet été placée sous la tutelle de l’Etat après le gigantesque incendie qui s’était déclenché aux Nouvelles Galeries, un bâtiment de style Eiffel, inauguré fin XIXe sur les flancs du quartier de Noailles, justement. Le 28 octobre 1938, l’incendie serait parti d’un mégot de cigarette mal éteint par un ouvrier, qui aurait embrasé le film de goudron qui séparait des travaux en cours du reste du grand magasin, alors très fréquenté. L’accident fera quelque soixante-dix morts, dont beaucoup écrasés sous les décombres - y compris le contremaître à qui l’enquête attribuera le mégot incendiaire.

C’est Edouard Daladier qui était alors Président du Conseil. Aurait-il décidé de mettre Marseille sous tutelle de l’Etat s’il était resté à Paris ce jour-là ? Daladier était membre du parti radical. Et en cette fin octobre 1938, le Parti radical avait précisément décidé de tenir son congrès à Marseille. Lorsque l’incendie commence à prendre dans les trois milles mètres carrés sur la Canebière, le Président du conseil et son ministre de l’Intérieur, Albert Sarraut, logent dans les hôtels de la grande artère. Ils sont aux premières loges pour assister à une opération de secours calamiteuse : voitures qui roulent sur des tuyaux qui éclatent, pompiers trop peu nombreux, robinets coupés par la compagnie des eaux… 

Opportunisme et hygiène physique et morale

Opportunisme pour mettre au pas une ville à la réputation affranchie et corrompue ? Daladier envisagera rapidement de placer la ville sous tutelle, dénonçant avec fracas l’incapacité de la municipalité à coordonner les secours ou à contenir les milliers de badauds agglutinés sur la Canebière, au beau milieu des pompiers. Une saillie de Daladier ce jour-là est restée célèbre :

Qui commande ici ? Il n'y a-t-il donc pas de chef, pas un homme pour diriger ? C'est lamentable !

Le 14 novembre, aux obsèques des victimes de l’incendie, le ministre de l’Intérieur Albert Sarraut achèvera de sonner la charge contre la municipalité marseillaise, cinglant que la ville avait besoin "d'hygiène physique et morale"

Quatre-vingts ans plus tard, la réaction de Daladier comme celle de son ministre sont aujourd’hui relues à la lumière du contexte politique de l’époque. Car 1938 était aussi une époque de règlement de comptes, sur le flanc gauche de l’échiquier politique français.

Or Henri Tasso, le maire de Marseille à la tête de la ville de 1935 à 1939, avait fait ses classes à la SFIO dans le sillage de Jaurès, avant de se positionner à l’aile gauche du Front populaire. Tasso deviendra sous-secrétaire d’Etat à la Marine marchande dès le premier gouvernement Blum. Mais en 1938, la famille radicale dont Daladier était issu venait d’annoncer sa rupture de ban d’avec le Parti communiste, à l’origine de l’implosion du Front populaire. Lorsque les Nouvelles galeries s’embrasent à Marseille, Daladier en est plutôt aux démonstrations de force (“Remettre la France au travail”, c’est de lui cette année-là) alors que Tasso, lui, incarne une ligne plus orthodoxe sur la défense des acquis du Front populaire.

Finalement, six mois après l’incendie des Nouvelles Galeries le 20 mars 1939, la ville de Marseille est bien placée sous tutelle de l’Etat. Un certain Surleau, alors directeur général adjoint de la SNCF, est missionné depuis Paris à la gestion municipale. C’est seulement à l’issue de la Seconde guerre mondiale que la cité phocéenne recouvrera son autonomie. 

52 min