Publicité

Inde : le confinement le plus grand, brutal et risqué au monde

Par
Un policier portant un casque et un gourdin en forme de coronavirus parcourt un marché de Chennai, le 2 avril 2020, pour sensibiliser à la distanciation sociale.
Un policier portant un casque et un gourdin en forme de coronavirus parcourt un marché de Chennai, le 2 avril 2020, pour sensibiliser à la distanciation sociale.
© AFP - Arun Sankar

Bulle économique. Le plus grand confinement du monde n'a pas lieu en Chine, mais en Inde. C’est aussi le plus brutal. Les 1,3 milliard d’Indiens n’ont eu que 4 heures pour s’y préparer. Le prolonger condamnerait des millions de gens à mourir de faim alors que l'économie indienne était déjà mal en point.

Bulle économique : Coronavirus et confinement en Inde

7 min

Des applaudissements, un concert de casseroles, de clochettes et des hourras… En Inde aussi, les balcons étaient garnis ce soir du 22 mars dernier. Mais cette ovation au personnel soignant n’a pas lieu tous les soirs ; elle n’était pas spontanée mais commandée par le chef du gouvernement Narendra Modi. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un moment d’unité nationale, nommé Janata Curfew, le confinement du peuple, totalement désastreux sur le plan sanitaire, des milliers d’Indiens saisissant cette occasion pour sortir dans la rue et faire des processions, au mépris des règles dites de distanciation sociale. 

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Deux jours plus tard, le couperet est tombé d’un coup. Narendra Modi a annoncé l’arrêt de toutes les activités économiques, des transports, et le confinement total du pays pour trois semaines. Mise en application de la mesure : 4 heures plus tard. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

4 heures de préavis pour un pays d’un milliards 300 millions d’habitants : la décision a pris tout le monde de court. A commencer par les 29 Etats Fédérés sur lesquels repose l’application du confinement, mais aussi les entreprises, qui n’ont pas pu organiser leur production ou le télétravail, et enfin surtout les centaines de millions de travailleurs migrants (migrants d'un Etat à un autre), qui ont cherché alors désespérément à rentrer dans leur campagne, et se sont agglutinés dans les gares, puis ont dû pour une grande partie prendre la route à pied. 

Une gestion politique et sanitaire désastreuse

Un exode historique, d’ampleur égale à celui qui avait suivi la partition d’avec ce qui n’était pas encore le Pakistan en 1947. Un exode qui aura des conséquences sanitaires épouvantables en facilitant la diffusion du coronavirus dans les campagnes… encore moins dotées que les villes en hôpitaux et médecins. 

Sans parler des dizaines de personnes mortes d’épuisement en chemin ou molestées par la police aux frontières des Etats. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

A voir / à lire : un reportage d’Envoyé Spécial : Inde, l’impossible confinement

Prendre des décisions brutales, c’est depuis son arrivée au pouvoir en 2014, la marque de fabrique du Premier Ministre Narendra Modi. 

En 2016, il avait aussi annoncé sans prévenir le retrait immédiat des billets de 500 et 1 000 roupies, soit 86% de la masse monétaire liquide en circulation, ce qui avait précipité le secteur informel dans la crise, raconte Christophe Jaffrelot, spécialiste de l’Inde. Entretien à lire ici. 

Je tiens vos vies entre mes mains, je décide, c’est le message que Narendra Modi  veut envoyer aux Indiens et cela peut marcher politiquement car dans les moments de crise, on salue parfois l’homme fort, et on apprécie son autorité. Christophe Jaffrelot, directeur de recherche au Ceri

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Ancien membre de groupe paramilitaire nationaliste Hindou, ancien gouverneur du Gujarat, un Etat frontalier avec le Pakistan, Narendra Modi est aussi connu pour avoir créé le ministère du yoga à son arrivée au pouvoir. Chez nous, le Président tweete des citations de René Char, en Inde, le Premier Ministre recommande, en ces temps de confinement, des séances de Yoga Nidra, en anglais et en indi. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Ce narcissisme est profondément dérangeant", écrit Arundhati Roy, écrivaine et militante indienne dans une Tribune au Monde_. "Peut-être Modi devrait-il inclure à ses asanas une posture « requête » par laquelle il en appellerait au Premier ministre français pour qu’il annule le très embarrassant contrat signé pour l’achat de chasseurs Rafale, dégageant ainsi 7,8 milliards d’euros pour venir en aide d’urgence à quelques millions d’affamés. Nul doute que les Français se montreraient compréhensifs_."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Des moments de communion, du yoga, mais peu de roupies dans le plan d’urgence

L’Inde a aussi son plan d’urgence financier, économique et social, mais il est dérisoire face à l’ampleur des besoins. 21 milliards d’euros ont été mis sur la table par le ministère des Finances, 1 750 milliards de roupies

Il y a de l’argent pour les soignants, les paysans, les familles pauvres, des rations de grains pour les indigents, c’est mieux que rien, mais cette aide ne peut pas atteindre tous ceux et celles qui ont perdu leur travail journalier, notamment parce qu’il faut être recensé pour la toucher, et qu’aucun travailleur informel ne l’est. 

La crise du nouveau coronavirus touche l'Inde au moment où sa croissance était déjà en baisse. De plus, les finances publiques de l’Inde ne vont pas mieux que les nôtres, le déficit public de l’Etat et des Etats fédérés est proche de 9% du produit National brut, ce plan d’urgence ne pourra donc pas être reconduit en cas de confinement prolongé.  

Finis, les 8% de croissance, place depuis 4 ans à un ralentissement, encore plus accentué l’an dernier, un système financier criblée de mauvaises dettes, un déficit public en augmentation.
Finis, les 8% de croissance, place depuis 4 ans à un ralentissement, encore plus accentué l’an dernier, un système financier criblée de mauvaises dettes, un déficit public en augmentation.
- Christophe Jaffrelot

Ci-dessous le détail de ce plan tel que rapporté par Christophe Jaffrelot, directeur de recherche au Centre d’Etude et de Recherche Internationale-Sciences Po/CNRS, dans son article L’économie indienne face au coronavirus. 

Un plan à 21 milliards pour : 

  • aider les soignants
  • donner 2 000 roupies (soit 24,25 euros) à 87 millions de paysans en avril, 500 roupies (6,06 euros) par mois pendant trois mois à 240 millions de femmes des familles les plus pauvres, 
  • offrir une bonbonne de gaz à 80 millions de familles pauvres, 
  • faire payer par l’Etat 24 % du salaire des employés de PME (les entreprises comptant moins de 100 salariés) gagnant moins de 15 000 roupies (178,17 euros) par mois, 
  • donner 1 000 roupies (12,13 euros) par mois pendant trois mois aux plus de 60 ans, 
  • doubler la ration en grain, augmenter leur ration en légumineuses, à laquelle ont droit les foyers vivant sous le seuil de pauvreté (soit 800 millions d’individus) pendant trois mois, 
  • augmenter le salaire des bénéficiaires du NREGA (environ 136 millions de famille) de 20 roupies (0,24 euro).

Mourir du coronavirus…. ou de faim ?

90% de la population indienne évolue dans l’économie informelle, ce qui représente un demi milliard de travailleurs, rapporte l’Organisation Internationale du Travail dans son rapport sur l’emploi en temps de coronavirus. 

Les taxis à vélo, à moto, les déchargeurs de camion, les employées domestiques, etc. n’ont plus aucune ressource depuis le confinement. 

Photo prise le 6 avril 2020 de travailleurs migrants hébérgés temporairement dans un mall à Ahmedabad au Gujarat.
Photo prise le 6 avril 2020 de travailleurs migrants hébérgés temporairement dans un mall à Ahmedabad au Gujarat.
© AFP - SAM PANTHAKY

A New Delhi, des associations distribuent des repas, à Ahmedabad, des sans-abri sont autorisés à dormir, à un mètre de distance, dans des centres commerciaux désormais vides, mais dans les campagnes, et les zones tribales, déjà en proie à la faim, c’est la famine qui menace si le confinement est prolongé. D’autant plus que les travailleurs migrants qui envoyaient l’argent gagné à la ville, ne le font plus. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Mourir de faim ou du coronavirus, c’est l’alternative qui menace des millions de personnes en Inde. Dans ce pays où la moitié de la population vit en deçà du seuil de pauvreté ( la définition de ce seuil étant beaucoup plus complexe), un confinement prolongé n’est pas envisageable. 

Même les circuits de distribution alimentaire ont été stoppés net et sans préavis, s’inquiète Christophe Jaffrelot en réponse à mes questions. D’ici 15 jours, la récolte d’hiver doit commencer, or l’agriculture indienne compte aussi sur les travailleurs migrants venus d’autres Etats. On n’a pas non plus de vision très claire de ce qu’ils restent dans les stocks d’Etat alimentaire.

Du côté des entreprises, l’avenir est également compromis si le confinement se prolonge. "Je continue à payer mes 30 salariés, parce que je sais qu’ils n’ont que ça pour vivre, raconte Olivia Dar, une française qui produit des articles broderies_, mais je ne vais pas pouvoir tenir plus de deux mois"_. 

Certains de nos clients occidentaux n’ont pas payé les commandes qu’ils ont reçues, d’autres annulent les commandes en cours. Toutes les commandes vers l’Europe sont en stand-by. L’un de mes clients américains m’a demandé de réduire mes prix de 30% pour confirmer sa commande mais je ne sais même pas comment je pourrai le livrer. Il n’y a plus aucun courrier, aucun transport, les banques ne répondent plus à leur e-mail. Même si on déconfine dans les jours qui viennent, la question, est à qui vend-on si on se remet à bosser ? Olivia Dar, cheffe d'entreprise dans le textile.

Après le coronavirus, la démondialisation ? 

Que deviendront les commandes des Etats occidentaux pour le textile, le matériel nucléaire, et surtout les médicaments génériques et les vaccins dont l’Inde est l’un des principaux producteurs mondiaux ? 

Que deviendront ces commandes maintenant que ces Etats parlent de relocaliser une partie de leur production ? Quelle sera la place de l’Inde si la déglobalisation menace ? Quid du premier partenaire commercial, les Etats-Unis, si l’économie américaine s’enfonce dans la crise ? 

On sent pour l’heure le pouvoir indien soucieux de préserver sa place dans le monde d’après. Après avoir banni l’exportation de Chloroquine dont il est l’un des premiers producteurs mondial (la malaria ayant toujours cours dans le pays), le pays a dû faire machine arrière après un tweet menaçant de Donald Trump

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les trois semaines de confinement touchent bientôt à leur fin, mais des Etats fédérés l’ont déjà prolongé jusqu’à la fin avril. 

La semaine dernière, les Indiens et les Indiennes sont revenus à leur balcon pour cette fois 9 minutes de lumière à 9 h, un nouvel événement commandé par le Premier ministre, inspiré de la fête des lumières Diwali, l’une des plus grandes fêtes nationales et hindoues du pays. 

Pour l’occasion, les télés indiennes qui ont participé à l’arrivée de Narendra Modi au pouvoir, ont pu filmer la mère de celui qui se présente comme "l'aîné de la famille que nous formons". 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Narendra Modi continue de faire de la politique, de la politique politicienne, et pas de la politique publique pour protéger la population. A terme, il peut apparaître comme un fanfaron populiste, comparé à des gouverneurs plus responsables. Les gens se souviendront peut être qu’au début de l’épidémie, l’Inde a continué à exporter du matériel médical, notamment des équipements respiratoires. Ou ils salueront l’homme fort. Christophe Jaffrelot.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Le premier cas de nouveau coronavirus a été signalé en Inde le 31 janvier, mais pour le moment, les données publiques recensent un nombre infime de morts pour un pays aussi peuplé : 228 morts, 6 700 cas avérés selon l’ Université Johns-Hopkins qui tient les compteurs pour les pays du monde entier. 

Nombre de cas et de morts du coronavirus au 10 avril 2020
Nombre de cas et de morts du coronavirus au 10 avril 2020
- Université Johns-Hopkins

6 700 cas pour un pays d’1 milliard 300 millions d’habitants, impossible de donner du crédit à ce chiffre, impossible de connaître la réalité quand très peu de tests sont menés. 

Comme dans beaucoup de pays, le nombre de morts du Covid-19 aura son importance à l’heure de faire les comptes, mais saura-t-on faire les comptes un jour ? Qui pour dire combien d’Indiens seront morts du nouveau coronavirus, et combien seront morts du fait de la gestion épouvantable de cette crise par le pouvoir indien ? 

Dans ce pays continent où "l'équilibre du Monde" n’est pas celui que nous comprenons ici, l’indignation sera surement moins vive. Pas sûr que la bas (comme ici) nous quittions notre posture confinée pour une réalité dans laquelle les mauvais gestionnaires de la crise du Covid-19 auront à rendre des comptes. 

Marie Viennot

L'Equilibre du Monde, de Rohinton Mistry un livre magnifique pour rentrer en beauté (et en tristesse) dans la réalité de la société indienne des années 50.  Ci-dessous la vidéo d'où est extraite la musique de la fin de la chronique podcast. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.