Publicité

Inquiétude européenne sur le retour de l’antisémitisme

Par
Une manifestation contre l'antisémitisme dans les rues de Bonn le 19 juillet 2018. Sur la pancarte, il est écrit "contre tous les antisémitismes".
Une manifestation contre l'antisémitisme dans les rues de Bonn le 19 juillet 2018. Sur la pancarte, il est écrit "contre tous les antisémitismes".
© Getty - Federico Gambarini

Repères. Les actes antisémites ont augmenté de 74% en France en 2018 d’après le ministère de l’Intérieur qui s’inquiète de cette recrudescence. Un phénomène qui n’épargne pas les autres pays européens : en Allemagne, en Grande Bretagne, en Pologne, des études montrent aussi un retour de l’antisémitisme.

Les actes antisémites ont bondi de 74% en France en 2018 d’après le ministre de l’Intérieur. Christophe Castaner a fait publier ces chiffres dans un contexte préoccupant : à Paris, plusieurs inscriptions antisémites ont été signalées pendant le weekend et lundi, les arbres plantés à Sainte-Geneviève-des-Bois en hommage à Ilan Halimi ont été sciés. “L’antisémitisme se répand comme un poison”, a déclaré Christophe Castaner sur place ; son ministère précisant que ces actes étaient passés de 311 en 2017 à 541 l’an passé. En Europe, la France n’est pas une exception : d’autres pays comme l'Allemagne ou la Grande-Bretagne sont confrontés au même phénomène.

Les Européens sont inquiets, la communauté juive encore plus

Au niveau européen, les plus hautes institutions communiquent régulièrement au sujet de l’antisémitisme. Mais le 22 janvier, la Commission européenne a voulu marquer les esprits en présentant la dernière édition de son baromètre dans l’enceinte du Musée juif de Bruxelles. Au même moment, se tenait le procès de Mehdi Nemmouche, principal suspect de l’attentat qui avait coûté la vie à quatre personnes dans ce lieu en 2014. 

Publicité

Dans cette enquête basée sur des entretiens avec plus de 27 000 personnes dans les 28 pays de l’UE, on apprend que la moitié des Européens estiment que l’antisémitisme est un problème dans leur pays, le trio de tête étant constitué de la Suède (81%) devant la France (72%) et l’Allemagne (66%).

Si l’inquiétude est partagée par beaucoup au sein de la société, l’étude met au jour un décalage sensible de perception entre la population en général et la communauté juive. Seulement 36% des Européens estiment ainsi que l’antisémitisme est en hausse dans leur pays lors des cinq dernières années, contre 89% des Juifs européens selon une autre très vaste enquête européenne publiée en décembre

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Ce sentiment n’est pas sans conséquence : “Les communautés juives vivent trop souvent dans la crainte d’être victimes de discrimination, d’abus et même de violence”, a déclaré le premier vice-président de la Commission, Frans Timmermans. Quatre juifs sur 10 pensent à quitter l’Europe, a déploré de son côté la commissaire chargée de la Justice Vera Jourova dans les locaux du Musée juif de Bruxelles. "Quand les juifs ont quitté l'Europe dans le passé, cela n'a jamais été un bon signe de l'état de l'Europe", a-t-elle ajouté. 

La commissaire a annoncé qu'elle souhaitait la création d'un "groupe de travail" d'experts européens pour assurer la mise en oeuvre d'une "Déclaration sur l'antisémitisme", un document récemment signé à l'unanimité par les 28, dans lequel ils s'engagent à intensifier la lutte contre l'antisémitisme.

Des actes et des déclarations préoccupantes dans beaucoup de pays

Ce sentiment d’insécurité au sein des communautés juives d’Europe s’appuie sur une série de faits et sur leur médiatisation, qui font souvent beaucoup réagir. En France en 2018, le ministère de l’Intérieur a ainsi recensé 183 actions antisémites (81 concernent des violences, tentatives d’homicide et un homicide et 102 des atteintes aux biens) ainsi que 358 menaces. Un chiffre en hausse de 74% même si les deux années précédentes avaient enregistré une baisse.

Le 12 février 2019 à l’Assemblée, le Premier ministre a déclaré : “Je partage cette colère (...) face à des actes de plus en plus nombreux, qui visent les personnes ou les lieux, les actes antisémites contre la mémoire d'Ilan Halimi, les actes antisémites contre la mémoire de Simone Veil, les inscriptions placées çà et là sur telle ou telle enseigne". Edouard Philippe faisait référence à plusieurs inscriptions relevées le weekend précédent, notamment le mot "Juden" inscrit sur une boutique de bagels dans le IVe arrondissement de Paris ou encore des portraits de Simone Veil barrés de croix gammées. Dans le premier cas, une enquête pour dégradations volontaires aggravées et provocation à la haine raciale a été ouverte. Par ailleurs, le ministère de l’Intérieur a rappelé que 824 sites liés à la communauté juive faisaient l’objet d’une protection en France.

13 min

Ailleurs, la situation n’est pas non plus reluisante : en Pologne, le 27 janvier, l’extrême droite a organisé pour la première fois une manifestation sur le site d’Auschwitz-Birkenau à l’occasion de la journée annuelle en mémoire des victimes. Quelques dizaines de nationalistes polonais s’étaient rassemblés et n’ont pas croisé le cortège où des survivants de la Shoah étaient présents. "La nation juive et Israël font tout pour modifier l'histoire de la nation polonaise", a déclaré Piotr Rybak, du Mouvement de l'indépendance polonaise qui organisait la manifestation. "Les patriotes polonais ne peuvent pas admettre cela", a-t-il ajouté. Le Premier ministre polonais Mateusz Moawiecki et plusieurs autres membres du gouvernement étaient présents aux côtés des rescapés. 

Sur Twitter, le ministre de l’Intérieur Joachim Brudzinski a répondu à ceux qui reprochaient au gouvernement son manque de réaction : "Réagir à quoi ? Au fait qu'une personne qui n'a pas toutes ses capacités impute tous les maux de son monde et toutes ses frustrations à une nation donnée ? Si vous essayez de tenir notre gouvernement responsable de l'antisémitisme des cerveaux d'imbéciles sérieusement dérangés (je crois), c'est indécent et malvenu", a-t-il ajouté.

Des activistes d'extrême droite à l'entrée du camp d'Auschwitz-Birkenau le 27 janvier 2019 : ils reprochent au gouvernement de rendre hommage uniquement aux victimes juives et pas aux Polonais.
Des activistes d'extrême droite à l'entrée du camp d'Auschwitz-Birkenau le 27 janvier 2019 : ils reprochent au gouvernement de rendre hommage uniquement aux victimes juives et pas aux Polonais.
© AFP - Janek Skarzynski

L’Allemagne n’est pas non plus épargnée : en 2017, le ministère de l’Intérieur a noté une augmentation des actes antisémites. 681 signalements lors du premier semestre, soit 27 de plus que l’année précédente (+4%) : le nombre d'infractions avec violence est passé de 14 à 15, celui des incitations de 425 à 434. En revanche, les attaques verbales étaient en baisse (de 106 à 94). Selon le ministère, 93% de ces infractions ont été commises par des extrémistes de droite et 3% seulement avaient des motivations étrangères, telles que le conflit au Proche-Orient.

En Grande-Bretagne, 1 652 actes antisémites ont été comptabilisés en 2018, soit un nouveau chiffre record pour la troisième année consécutive, d'après le rapport annuel du Community Security Trust, le plus important organisme de surveillance de l’antisémitisme auprès de la communauté juive britannique.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Outre-Manche, l’inquiétude se nourrit aussi de la position controversée du Parti travailliste, accusé d’avoir toléré des membres ou des militants antisémites dans ses rangs. En 2018, une branche locale du parti avait ainsi refusé de condamner l’attentat de Pittsburgh qui a fait 11 morts dans une synagogue. Le leader du parti, Jeremy Corbyn, avait également été au cœur d’une polémique pour avoir déposé une gerbe sur la tombe des leaders de Septembre noir en 2014 (les organisateurs de la prise d’otages des JO de Münich en 1972, qui avait coûté la vie à 11 athlètes israéliens).

Le gouvernement israélien publie ses propres chiffres

Parmi la masse de données disponibles sur le sujet, certaines proviennent aussi d’Israël où le gouvernement suit de très près l’évolution des actes antisémites. En janvier dernier, le ministre de la Diaspora, Naftali Bennett, a dénoncé une hausse de ces phénomènes dans le monde, le Premier ministre Benjamin Netanyahu exhortant à un "réveil" face à ce fléau, "surtout en Europe". Le rapport annuel a notamment fait état d’une hausse sensible des cas en France et d’un nombre record en Grande Bretagne. 

"L'année 2018 a été marquée par des records d'antisémitisme dans les rues, en ligne et sur la scène politique dans le monde", a insisté Naftali Bennett, des attaques qui sont dans 70% des cas, "de nature anti-israéliennes", a-t-il précisé. Le rapport israélien met aussi en avant le nombre grandissant d'actes antisémites imputés à des néo-nazis et des suprémacistes blancs. 

Mais Israël ne se limite pas à publier des statistiques : le pays encourage aussi les membres de la communauté juive à faire leur retour au pays. En 2018, le nombre de ces retours a augmenté de 5% au niveau mondial d'après l'Agence juive, l'organisme en charge de "l'alyah" (l'ascension en hébreu). En tout l'an dernier, 29 600 immigrants juifs se sont installés en Israël mais 10 500 provenaient de Russie, un bon de 45% par rapport à 2017. La France, qui accueille la seconde communauté juive la plus importante du monde après les Etats-Unis, n'a compté "que" 2 660 migrants, un chiffre en baisse de 25% par rapport à l'année précédente.