Publicité

Introspection - dix intellectuels explorent la crise en nous

Par

« Introspection » est une série d'entretiens consacrée à nos subjectivités individuelles et collectives .

Du 22 décembre 2014 au 2 janvier 2015, Antoine Mercier reçoit dans le journal de 12h30 des intellectuels et chercheurs. Dix points de vue pour penser la crise. Retrouvez ici chaque jour ces entretiens

Publicité

Six ans après le début de la crise dite des « subprimes », le constat d’une désorganisation financière de l’économie mondiale a été parfaitement dressé, sans que ne soit apparue une réelle sortie de crise. Les déficits se creusent en même temps que les Etats réduisent leur puissance d’agir. Tout semble reposer sur un hypothétique retour de la croissance dont on ne sait même plus, de surcroît, s’il est vraiment souhaitable. De ce coup d’arrêt donné à l’idée du progrès est née une crise de la représentation symbolique de notre rapport au monde. Où faut-il ouvrir de nouveaux lendemains ?

Michèle Riot-Sarcey, historienne
Avec cette spécialiste d'histoire contemporaine, Antoine Mercier se penche sur la perte de sens du mot liberté.

Écouter

10 min

« Les mots qui permettaient de penser et d'agir ont perdu un peu de leur substance. (.... ) Qui est libre, qui ne l'est pas ? »**
Alain Borer, poète, essayiste et critique d'art
Avec l'auteur de « De quel amour blessée », Antoine Mercier explore ce que les évolutions de la langue que nous parlons disent des maux dont nous souffrons.

Alain Borer
Alain Borer
© Radio France - Catherine Petillon

« Il faut penser la relation de la langue à l'imaginaire, à l'image de soi et au réel. »

Écouter

9 min

José Morel Cinq-Mars, psychanalyste et psychologue **
Pour l'auteur de « Du côté de chez soi », sous-titré : "défendre l'intime, défier la transparence", l'intime est «
le noyau de la vérité de l'être et la condition même de la parole, de la pensée et de la création * ». Il est aujourd'hui non seulement attaqué et fragilisé, mais aussi «
en passe d'être socialement sacrifié * ».

José Morel Cinq-Mars
José Morel Cinq-Mars
© Radio France - Catherine Petillon

« Défendre l'intime, ce n'est pas refuser l'espace public, c'est articuler les deux . »

Écouter

8 min

Franck Lepage, éducateur, militant de l'éducation populaire
Militant de l’éducation populaire, Franck Lepage est connu pour ses « conférences gesticulées », qui remportent un grand succès sur internet.

Avec l'auteur de « Éducation populaire, une utopie d'avenir », Antoine Mercier explore l'idée que la crise que nous vivons n’en finit pas parce qu’elle a touché la langue que nous parlons.

Franck Lepage, capture d'écran d'une "conférence gesticulée"
Franck Lepage, capture d'écran d'une "conférence gesticulée"
- capture d'écran

« En quelques décennies a disparu toute possibilité de nommer négativement le capitalisme. Et sans mots négatifs, vous ne pouvez plus penser la contradiction. »

Écouter

10 min

Bruno Pinchard, philosophe
Comment Marx pris « à rebours», comme le propose l'ouvrage du philosophe, est-il en mesure de nous aider à sortir des impasses actuelles ?

ouvrage Marx Pinchard
ouvrage Marx Pinchard

« Il y a une sorte de théologie noire dans le capitalisme et les hommes cherchent des mots pour désigner cette chose noire qui vient sur nous. »

Écouter

10 min

**
** Heinz Wismann, philologue et philosophe
Réflexion sur un mot central de notre époque : la "dette". Comment comprendre d'un point de vue philosophique cet élément central de la crise systémique que nous connaissons aujourd'hui ?

Heinz Wismann
Heinz Wismann
© Radio France - Théo Maneval

*« La dette, à laquelle tout le monde a d'abord recouru pour créer de la croissance, est connotée depuis très longtemps en Occident avec la faute. En Allemand, dette et culpabilité c'est le même mot : "Schuld". * »

Écouter

9 min

Retrouvez également l'interview "bonus" enregistrée avec Antoine Mercier après le journal de 12h30 :

**« *Si on était libérés de ce fantasme religieux qui assimile la dette à la faute, on pourrait sortir de cette contrainte qui fait que nous sommes à la fois soucieux de faire redémarrer la croissance, et tenter de réduire la dette. * ** Ce n'est pas possible ! »

Écouter

19 min

Roland Gori, psychanalyste
Dans la période de crise que connaît notre société, il semble naitre une nouvelle langue. "Langage de crise", ou crise du langage ? Pour le psychanalyste Roland Gori, c'est désormais la langue de la technique qui remplace la parole humaine.

Roland Gori
Roland Gori
© Radio France

« Notre civilisation est malade d'une nouvelle forme de bureaucratie : la bureaucratie de l'expertise, l'introduction de normes gestionnaires qui détruisent les métiers. »

Écouter

9 min

Retrouvez également l'interview "bonus" enregistrée avec Antoine Mercier après le journal de 12h30.

"Nous sommes dans une civilisation technique, une société complètement prise par des procédures, des normes" , expose notamment Roland Gori :

« Le politique aujourd'hui n'est plus qu'un administrateur, un gestionnaire. (...) On joue sur de petites choses, il n'y a pas de marge de manoeuvre . »

Écouter

21 min

Sophie Wahnich, historienne, spécialiste de la Révolution française

Sophie Wahnich
Sophie Wahnich
© Radio France

Elle revient sur le place de l'Etat dans nos sociétés modernes : sa faiblesse semble aller de pair avec une surenchère autoritaire.

*« On cherche, dans le contexte néolibéral, à affaiblir la présence de l'Etat. Il y a un consentement très fort des élites politiques à ce choix. * »

Écouter

10 min

Retrouvez également l'interview "bonus" enregistrée avec Antoine Mercier après le journal de 12h30. Sophie Wahnich parle notamment du droit légitime de résistance à l'oppression.

« On accule par un droit qui n'a plus de légitimité des peuples à la violence. Ensuite, la manière dont on gère l'affrontement violent produit la possiblité de réinstaurer des institutions démocratiques ou non. * »*

Écouter

19 min

André Orléan, économiste

André Orléan
André Orléan
© Radio France

Au lendemain des voeux de François Hollande, il évoque la finance et la parole présidentielle à son égard.

« Il y a un pêché originel qui pèse durablement sur la crédibilité de la parole présidentielle, c'est le fait qu'il a renié au départ son programme. Le fameux programme du Bourget : mon ennemi, c'est la finance.** »**

Écouter

10 min

Retrouvez également l'interview "bonus" enregistrée avec Antoine Mercier après le journal de 12h30 :

« Les intérêts de la finance ont toujours été puissants, mais aujourd'hui ils le sont de plus en plus. [...] L'Etat est toujours le représentant quelque part des intérêts dominants du capitalisme. Il a donc été capté assez naturellement. Ce n'est pas une très bonne nouvelle pour la démocratie.** »**

Écouter

19 min

Patrick Vassort, sociologue
Il revient sur la crise actuelle du capitalisme, crise qu'il considère comme "celle qui risque d'être sa plus grande", car elle touche selon lui aux fondements de la vie humaine en société. Et il pousse en direct un coup de gueule contre cette démocratie française qui laisse mourir de froid des enfants dans ses rues.

Patrick Vassort
Patrick Vassort
© Radio France

**« Toute la pensée devient de moins en moins complexe. On la simplifie pour qu'elle soit à la portée de tous, qu'elle soit consommée, jetée et remplacée. » **

Écouter

9 min

Retrouvez également l'interview "bonus" enregistrée avec Antoine Mercier après le journal de 12h30 :

**« Le sport est devenu le modèle du système capitaliste, pour une raison simple : le sport, c'est la compétition névrotique et outrancière. » **

Écouter

21 min

Antoine Mercier poursuit une série d'entretiens autour de la crise. Avec en 2012 " Temps de crise ou crise du Temps?", en 2011 " La crise et nous...", en 2010 " Etat du monde", en 2010 et 2009 " D'autres regards sur l'actualité" et en 2008 et 2009 " D'autres regards sur la crise".
Le site d'Alain Borer

Portrait de Franck Lepage dans Libération

Par Pierre-Henri Allain, le 8 juin dernier.

Les travaux de l'historienne Sophie Wahnich

Les travaux de l'économiste André Orléan