Publicité

Jacques Derrida : "Desserrer l'espace de l'enseignement"

Jacques Derrida en 1985
Jacques Derrida en 1985
© Sipa - Ozkok

ARCHIVES. Ne pas avoir réussi à "choisir entre rester et partir". C'est ainsi que Jacques Derrida évoque, au détour de ce troisième épisode de la série "A voix nue" diffusée en 1998 sur France Culture, son attitude vis à vis de l'enseignement académique.

Dans ce troisième entretien "A voix nue" en 1998, Jacques Derrida, qui a alors 68 ans, rappelle combien il a souffert, en tant qu’étudiant, d’être soumis à un âpre système de concours. Même si le philosophe reconnaît avoir eu la chance et l’honneur de revenir ensuite enseigner à l’Ecole des Hautes Etudes et à l’Ecole Normale Supérieure. Derrida révèle s’être senti "mal-aimé " des institutions académiques françaises. Insatisfait du mode d’enseignement de la philosophie, Jacques Derrida s'était ensuite attaché, dans les années 1970-1980, à prôner une nouvelle pédagogie, ‘’une nouvelle mise en scène ’’ de la philosophie.

"A voix nue" avec Jacques Derrida le 16/12/1998

26 min

Jacques Derrida raconte l'installation du Collège international de philosophie

"Nous nous sommes heurtés, d’une part, à l’immobilité politique des gouvernements de gauche et de droite, mais aussi à de très fortes réticences […] des collègues de l’enseignement philosophique, sans parler évidemment d’autres disciplines, puisqu’il s’agissait aussi de transformer le rapport entre la philosophie et les autres disciplines. Donc, cette action s’est développée dans les années 1974-1975 jusqu’en 1980. Jusqu’aux Etats Généraux de la philosophie, en 1979, qui avaient fait, à ce moment- là, reculer le gouvernement, qui était en train de mettre sur pied une réforme qui aurait abouti, sinon à une disparition, à une réduction dangereuse de l’enseignement philosophique en terminale. Puis ce fût l’installation du Collège international de philosophie, dont les prémices, pour une bonne part, étaient ceux du CREF , c'est-à-dire : l’ouverture de la philosophie à de nouveaux objets, à des échanges un peu nouveaux, non pyramidaux, non hiérarchiques aux autres disciplines - scientifiques, littéraires, artistiques, à des pratiques artistiques. Avec le souci d’ouvrir un espace à des thèmes et des objets qui n’étaient pas encore légitimés dans les institutions universitaires. Instituions contre lesquelles nous n’avions rien. Simplement, nous souhaitions ouvrir ce nouvel espace tout en accueillant, sans titres nécessairement requis, des enseignants du secondaire par exemple, des artistes, des architectes, des étrangers... En desserrant l’espace national de l’enseignement."

Publicité
  • "A voix nue" avec Jacques Derrida (3/5)
  • 1ère diffusion : 16/12/1998 sur France Culture
  • Production : Catherine Paoletti
  • Réalisation : Bruno SourcisIndexation web : Véronique Vecten , de la Documentation de Radio France
    *En savoir plus : la bibliographie de Jacques Derrida