Publicité

Jacques Rivette, infatigable "chercheur" de la Nouvelle Vague, est mort

Jacques Rivette en 2008, lors du tournage de "36 vues du pic Saint-Loup"
Jacques Rivette en 2008, lors du tournage de "36 vues du pic Saint-Loup"
© Maxppp - IP3 PRESS

Pour mémoire. Jacques Rivette est mort ce vendredi 29 janvier, il avait 87 ans. Ayant débuté sa carrière comme critique de cinéma, c'était l'une des figures majeures de la Nouvelle Vague, aux côtés de Truffaut, Godard, Chabrol et Rohmer. Réécoutez-le, en 1982 ou en 1969.

Son nom est indissociable de ceux de Truffaut, Godard, Chabrol et Rohmer, avec lequel il écrivit ses premières critiques dans Les Cahiers du cinéma et créa la Nouvelle Vague, qui cherchait à renouveler le cinéma français en appréhendant les mouvements de société et en s'éloignant du cinéma de "studio". Truffaut n'en disait pas moins ironiquement : "le seul trait commun aux auteurs de la Nouvelle Vague était leur pratique du billard électrique." 

Il commence son parcours comme critique aux Cahiers du cinéma à partir de 1953, et tourne dans le même temps ses premiers courts-métrages. En 1960, il réalise son premier long-métrage "Paris s'éveille", puis connaît le succès et la polémique  avec "la Religieuse" (dont le vrai titre est "Suzanne Simonin, la Religieuse de Diderot"), censuré en 1966. Puis viendront le film-fleuve "Out 1" (1971), "Céline et Julie vont en bateau" (1974), "la Belle noiseuse" (1991), ou les deux parties de "Jeanne la Pucelle" avec Sandrine Bonnaire dans le rôle de Jeanne d'Arc (1994). Parmi ses actrices de prédilection, Bulle Ogier ou Jane Birkin, qui a tourné dans son dernier film "36 vues du pic Saint-Loup", sorti en 2009.

Publicité

Ecoutez-le en 1982 dans "le Cinéma des cinéastes" de Claude Jean-Philippe, sur France Culture,  parler de son dernier film  "Le Pont du nord" et bien plus encore : lui cinéphile, le fait que les films reflètent leurs époques, et la manière dont ses propres longs-métrages appréhendent l’Histoire :

"A partir du moment où on est rentré dans la modernité, on ne peut plus, j’en ai peur, ni traiter directement les grands sujets classiques, ni les grands sujets historiques, ni tous ces grands sujets avec des majuscules. Ou on ne peut le faire qu’avec des diagonales, qu’avec des parenthèses, qu’avec des miroirs." Jacques Rivette

Jacques Rivette en 1982 dans le Cinéma des cinéastes

48 min

En décembre 1969, à l'occasion de la ressortie de "La Vie est à nous" dans les salles, Jacques Rivette parle aux côtés de Jean Narboni de ce film militant de 1936 signé Jean Renoir (archive diffusée dans les Nuits de France Culture) :

Jacques Rivette sur Jean Renoir en 1969

30 min

Ce 29 janvier dans le Journal de 12h30, Michel Ciment, producteur de l'émission "Projection privée", expliquait ce que Jacques Rivette incarnait à ses yeux :

Mort de Jacques Rivette : réaction de Michel Ciment

1 min

Et le Journal de 18h retraçait son parcours de critique et de réalisateur

Journal de 18h, l'hommage à Jacques Rivette

4 min