Japon : à la découverte du nouveau parc du studio Ghibli et des héros de Miyazaki

Publicité

Japon : à la découverte du nouveau parc du studio Ghibli et des héros de Miyazaki

Par
Le grand entrepôt, avec notamment des personnages du Voyage de Chihiro, est l'un des trois espaces actuels du parc.
Le grand entrepôt, avec notamment des personnages du Voyage de Chihiro, est l'un des trois espaces actuels du parc.
© AFP - Yuichi Yamazaki

Ce 1e novembre près de Nagoya, à 300 kilomètres de Tokyo, ouvre le parc du studio Ghibli et des héros des films d’animation de Miyazaki. Il faudra s'armer de patience pour y entrer, réservation oblige, mais il sera à coup sûr un aimant à touristes.

Annoncé depuis cinq ans, c’est le grand jour de l'ouverture pour le parc Ghibli, au Aichi Commemorative Park ce 1e novembre, à Nagakute, à une trentaine de kilomètres de Nagoya. Mais ne vous attendez pas à un parc façon Disney. Lisa Tsutsumu, représentante du lieu, précise ainsi : "Au parc Ghibli, il n’y a pas de grandes attractions ni de véhicules, c’est un lieu où on découvre des secrets en marchant dans la forêt et les allées, au gré du vent".

Les Nuits de France Culture
1h 29

Totoro, Ponyo, et d’autres héros vous attendent pour la photo. Vous les rencontrerez soit dans des scènes de films reconstituées, ou en déambulant dans un immense jardin. Gouverneur du département, Hideaki Omura explique que "Ce parc Ghibli est situé sur le site de l’Exposition universelle de 2005. Nous souhaitions faire vivre cet héritage de l’exposition universelle. Nous voulons que les Japonais bien sûr mais aussi les gens du monde entier profitent de ce parc Ghibli".

Publicité

Co-concepteur du parc et réalisateur comme son illustre père Hayao Miyazaki, Goro Miyazaki raconte le point de départ de cette aventure : "En 2005, pour l’Exposition universelle en ce lieu, nous avions construit un pavillon qui représentait la maison de Mei et Satsuki dans Mon voisin Totoro. Elle a été conservée. Bien que ce soit une toute petite maison, elle a été visitée par énormément de monde tous les ans".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un prolongement du musée en banlieue de Tokyo

Pourquoi un parc Ghibli alors qu’il existe déjà un musée Ghibli près de Tokyo ? "Le musée Ghibli de Mitaka est un espace où Hayao Miyazaki a voulu exprimer ce qu’était la création d’un dessin animé. Ici, nous élargissons d’une certaine façon ce qui a été initialement exposé au musée", affirme Goro Miyazaki.

Pour le moment, trois espaces Ghibli thématiques sont aménagés dans le parc. Le plus grand s’appelle le grand entrepôt. Goro Miyazaki explique pourquoi : "Le studio Ghibli a créé beaucoup d’objets, de reconstitutions pour des expositions, ça s’est accumulé, nous ne savions plus quoi en faire, donc nous les avons apportées ici et c’est pour cela que le lieu s’appelle le grand entrepôt". Il comprend 14 scènes de films reconstituées, avec un niveau de détails exceptionnel, un cinéma et un magasin.

Un des espaces du nouveau parc, ce 1er novembre 2022.
Un des espaces du nouveau parc, ce 1er novembre 2022.
© AFP - The Yomiuri Shimbun
Plan large
1h 00

5 000 visiteurs par jour pour le moment, sur réservation

Les surfaces occupées par les espaces Ghibli sont encore petites, seulement trois hectares sur 194 pour l’ensemble du parc avec ses forêts, petits sentiers et cours d’eau. Deux autres avec Princesse Mononoké et des sorcières sont déjà en chantier et ce n’est peut-être pas fini, si l'on en croit le gouverneur. Hideaki Omura annonce que "Le studio Ghibli a déjà énormément de contenus, et ce n’est pas fini, Hayao Miyazaki est en train de faire un film, Goro en fera d’autres aussi, et je pense que nous devrons alors étendre les espaces Ghibli".

À raison de seulement 5 000 visiteurs par jour pour le moment et uniquement sur réservation, il ne faudra pas être trop pressé pour s’y rendre.

Avec la collaboration d'Éric Chaverou