Publicité

Jean-Christophe, patron d'une PME et "gilet jaune" : "On ne parle jamais de nous"

Par
Jean-Christophe Haro gère une société de transports de petit colis. Il travaille le plus souvent depuis son domicile dans les Vosges.
Jean-Christophe Haro gère une société de transports de petit colis. Il travaille le plus souvent depuis son domicile dans les Vosges.
© Radio France - Mélanie Juvé

Portrait. Les annonces de l'exécutif ce mardi vont-elles apaiser la colère des "gilets jaunes" ? Jean-Christophe Haro, patron d'une société de transport en Lorraine, est "gilet jaune" de la première heure. Rencontre.

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé ce mardi une série de mesures en réponse à la crise des "gilets jaunes", notamment le gel provisoire de la hausse des taxes sur le carburant. Mais suffiront-elles à enrayer un "acte 4" du mouvement ? Certains "gilets jaunes", comme Jean-Christophe Haro, patron d'une PME, accusent un mal plus profond, que de simples suspensions de taxes ne pourront résoudre. 

A 50 ans, ce patron d'une société spécialisée dans le transport de colis est "gilet jaune" de la première heure. Et il a suivi en direct, devant son poste de télévision, les annonces du gouvernement. "C'est même pas donner, c'est suspendre ! s'écrie-t-il. C'est histoire de calmer le jeu, et je ne suis pas sûr que ce sera assez. Moi, j'ai l'impression qu'on nous a méprisés."

Publicité

Ecoutez le reportage de Mélanie Juvé sur Jean-Christophe Haro

2 min

Le moratoire sur la taxe des carburants, "pas suffisant" pour ce patron d'une société de transports en Lorraine.
Le moratoire sur la taxe des carburants, "pas suffisant" pour ce patron d'une société de transports en Lorraine.
© Radio France - Mélanie Juvé

Ses 18 salariés livrent dans les environs de Nancy (Meurthe-et-Moselle) mais aussi dans la Meuse. La hausse continue des taxes sur le diesel touche directement son activité. "Cela fait treize ans que j'ai ma société. Jusqu'à présent on disait que l'on se maintenait, mais à un moment on n'y arrive plus. Si je me suis mobilisé, c'est aussi pour être reconnu. Les petits patrons ne sont pas des gens qui sont dans le CAC 40 et qui ne font rien. Moi, je suis sur le terrain à partir de 6 heures du matin avec mes salariés. On fait partie des oubliés. On ne parle jamais de nous"

Quand votre trésorerie fond de mois en mois, vous n'avez pas la main dessus.                                  
Jean-Christophe Haro

4 min

Un bilan négatif cette année

Ce chef d'entreprise compte 18 camionnettes diesel. En un an, sa facture de carburant a augmenté de 23%, soit 25 000 euros de perte sur sa trésorerie. "J'aimerais continuer avec une certaine sérénité, sans attendre ma facture de gasoil et en me disant comment je vais faire. En treize ans, c'est la première fois que je fais un bilan négatif", explique-t-il.

Depuis trois semaines donc, Jean-Christophe Haro a deux casquettes : patron la semaine, "gilet jaune" le week-end, se rendant sur différents barrages filtrants en Lorraine, comme Frouard, dans l'agglomération de Nancy. Il ne pratique pas vraiment les réseaux sociaux mais plutôt ses réseaux professionnels et amicaux. 

"Oui, j'ai une conscience écologique. Mais..."

Jean-Christophe Haro revendique aussi une conscience écologique. Mais, précise-t-il, "il faut qu'on nous donne les moyens. Moi, si demain on m'offre la possibilité d'enlever mes camionnettes diesel en me donnant une solution plus écologique, il n'y a pas de problème ! Mais je ne vois pas comment ça peut se faire. Déjà, je crois que ça n'existe pas vraiment. On est en campagne et j'ai des camionnettes qui font 300 km par jour et je ne connais pas la solution par rapport à ça. C'est bien beau de faire des primes, mais il faut avoir l'argent quand même pour changer de voiture. 

J'ai une partie de mon équipe qui se rend compte qu'en faisant un plein tous les deux jours avec le véhicule de la boite, ça coûte énormément cher. Et je les  sensibilise. Je leur dit d'éviter les démarrages trop brusques et d'autres gestes d'éco conduite. Mais on a beau faire tous les efforts possibles, même si l'on gagne 0,5 litres au 100 ce n'est pas ça qui va nous sauver."  

Père et fils "gilets jaunes"

Pour lui, le mouvement des "gilets jaunes" est protéiforme : "Je n'ai pas assez d'éléments pour comparer avec 68. Mais pour moi, si je remonte dans mes souvenirs les plus lointains, c'est la première fois qu'on a une vraie mobilisation venant du peuple. Il y a des dizaines de revendications : le pouvoir d'achat, le gasoil, les impôts... Avant, on manifestait pour une raison bien précise. Aujourd’hui, c'est rare qu'il y ait deux revendications pareilles."

Mon année de naissance, c'est 1968, comme par hasard !                                  
Jean-Christophe Haro

A 50 ans, Jean-Christophe se mobilise pour que les "petits patrons" comme lui soient reconnus.
A 50 ans, Jean-Christophe se mobilise pour que les "petits patrons" comme lui soient reconnus.
© Radio France - Mélanie Juvé

Si ses salariés partent manifester parfois avec lui, ce père de deux enfants se sent soutenu par sa famille, confie-t-il. Il partage sa mobilisation avec son fils Enzo, 19 ans, étudiant en BTS en alternance transports. "Je pense que son rêve serait de reprendre la société. Et il se rend compte des difficultés actuelles, il se mobilise avec moi. Mais il est en train de se poser des questions pour savoir s'il a choisi la bonne voie pour son futur métier." 

Ce patron prévient déjà : il enfilera à nouveau son "gilet jaune" s'il le faut le week-end prochain, avec son fils, pour un "acte 4". Mais il prône le dialogue et a toujours rejeté la violence, qui discrédite selon lui le mouvement. Il distingue aussi les casseurs des "gilets jaunes".

45 min