Publicité

Jean-Claude Carrière : "J'ai essayé d'utiliser toutes les formes d'écriture de mon temps"

Jean-Claude Carrière le 16 avril 2014 lors de la remise de sa Médaille de Commandant de l'Ordre du Mérite.
Jean-Claude Carrière le 16 avril 2014 lors de la remise de sa Médaille de Commandant de l'Ordre du Mérite.
© AFP - Patrick Kovarik

1996. Premier entretien avec Jean-Claude Carrière, personnalité aux multiples facettes, à la fois romancier, réalisateur, scénariste, auteur dramatique, acteur. Ici, c'est le conteur d'histoires qui va se raconter.

Jean-Claude Carrière est l'invité de l'émission "A voix nue". Dans ce premier épisode, l'homme au parcours éclectique et atypique, se définit avant tout comme un conteur qui pour lui "a plus qu'une place de pur divertissement". "Le conte est originel sous sa forme mythique, du conte des origines", observe-t-il. Toutes les sociétés ont besoin de ces récits, dès l'enfance des individus, ils se transmettent.

J'ai longtemps répondu que s'il y a un point commun à toutes ces activités, c'est celle de conteur au sens de celui qui raconte des histoires comme le conteur dans les sociétés traditionnelles. [...] J'ai toujours été une sorte de bateleur qui se dissimule derrière des personnages qu'il met en scène, qu'il présente.

Publicité

"A voix nue" avec Jean-Claude Carrière 1/5. Diffusion du 01/04/1996

27 min

Je suis né dans une famille sans livres et sans conteurs. Je le suis devenu par un mélange de hasard, de vocation, de don et de travail. [...] Ma première culture a été d'apprendre à labourer avec un cheval, à distinguer les champignons mauvais des bons, à pêcher à la main et à braconner dans la rivière. C'est cela qu'on m'a appris.

En conteur qu'il est, Jean-Claude Carrière donne sa définition de ce qu'est une histoire : " L'histoire c'est ce qui sous une forme narrative divertissante, quelques fois dramatique, apporte une petite lumière particulière."

Attiré par l'Orient et notamment l'Inde, il dit rechercher une pensée "plus souple, moins figée, moins dogmatique que la nôtre".

Nous vivons, nous, dans les traditions monothéistes, où la vérité a été donnée une fois pour toutes dans un livre et on ne peut plus la toucher, forcément puisqu'elle vient de Dieu. Je préfère, et de beaucoup, la tradition orientale qui dit que le corpus d'histoires mythologiques qui nous porte, il ne faut surtout pas le tenir pour un récit historique. Or, cette confusion, hélas, se fait chez nous et pas chez eux. On présente comme historiques des événements qui sont mythologiques.

  • "A voix nue" 1/5
  • Première diffusion le 01/04/1996
  • Producteur : Lucien Attoun
  • Réalisation : Nicole Salerne
  • Indexation web : Odile Dereuddre, de la Documentation de Radio France
  • Archive INA - Radio France