Publicité

Jean-Paul Belmondo : "J'ai passé ma jeunesse dans les ateliers de peintres"

Jean-Paul Belmondo entouré de sculptures de son père Paul Belmondo, pour l'émission "Cinépanorama" le 20 janvier 1960.
Jean-Paul Belmondo entouré de sculptures de son père Paul Belmondo, pour l'émission "Cinépanorama" le 20 janvier 1960.
© AFP - Dominique Gonot / Ina

1985. Jean-Paul Belmondo en 1985 dans l'émission "Agora" évoque la mémoire de son père sculpteur, à propos de l'ouvrage "Paul Belmondo" (éd. du Chêne).

Invité de l'émission "Agora" en 1985 à l'occasion de la sortie d'un recueil des œuvres de son père, le sculpteur Paul Belmondo, Jean-Paul Belmondo parle de leurs relations père-fils, de son caractère, de son goût pour le travail. "Il faut s'accrocher, disait-il, travailler, travailler, travailler et je crois que j'ai retenu cela. Lui-même, jusqu'à la fin de sa vie, travaillait sans arrêt", se souvient-il.

J'aimais bien venir dans son atelier quand je jouais au théâtre par exemple à mes débuts que j'avais des petits rôles, j'aimais bien venir parler avec lui pour me rassurer. Il était mon public numéro un. [...] Après, ça a continué au cinéma, il n'allait voir que mes films d'ailleurs ! Le succès que j'ai eu l'a beaucoup amusé.

Publicité

Jean-Paul Belmondo invité de l'émission "Agora" le 18/02/1985 sur France Culture.

28 min

Il insiste sur les conseils que lui donnait son père, invariablement, il lui demandait de travailler la technique, sa diction, les classiques, de retourner sur les planches de théâtre.

Mon père me disait toujours : "Mais tu ne travailles pas assez mon p'tit !" Il me disait ça à une époque où je tournais cinq films par an ! "Tu ne travailles pas assez ta technique"... Ma sœur, qui est une danseuse étoile, fait six heures de danse par jour alors pour un acteur il pensait qu'il fallait que je continue de travailler ma diction à la maison, à travailler les classiques. Même à 83 ans il me disait : "Mais prends un texte classique de temps en temps !" Quelque part il n'avait pas tout à fait tort parce qu'un acteur a besoin de se nourrir de bons textes, ce qui n'est pas toujours le cas évidemment dans le cinéma, donc effectivement je prends de temps en temps des classiques et je me rebalance quelques tirades pour moi !

Jean-Paul Belmondo évoque la Nouvelle Vague, il répond à l'idée de rébellion que prônait ce nouveau cinéma.

Quand Godard est arrivé et que j'ai fait ce film ["A bout de souffle"] avec lui, j'ai pensé que ce film ne sortirait jamais. Donc on n'était pas en train de se dire :"On révolutionne le cinéma !" Il n'y avait pas de son témoin, pas de truc comme ça, rien... On était dans la rue et on parlait comme ça, il y avait la caméra dans une petite voiture de poste à l'époque qu'on poussait à la main et Godard marchait à côté ou en face et qui disait : "Dis-lui je t'aime, dis-lui je ne t'aime pas..." et on répétait ! Donc je me disais, on s'amuse bien, c'est marrant mais ça ne sortira jamais ! Et puis ce film est sorti et a fait une révolution...

  • "Agora" 
  • Première diffusion le 18/02/1985
  • Producteur : Eliane Contini
  • Indexation web : Odile Dereuddre, de la Documentation de Radio France
  • Archive INA - Radio France