Jean Paul Gaultier, unique en son style

Publicité

Jean Paul Gaultier, unique en son style

Par

le fil culture | "L'enfant terrible de la mode" présente son dernier défilé ce mercredi soir au Théâtre du Châtelet. Après 50 ans de carrière dans la haute couture et le prêt-à-porter, l'un des couturiers français les plus célèbres au monde quitte les podiums. Retour sur cinq grands traits qui ont fait sa marque.

Pour ses cinquante ans de carrière, Jean Paul Gaultier a décidé de raccrocher. Son défilé-show Haute Couture au théâtre du Châtelet ce mercredi soir est le dernier de sa carrière. Hasard du calendrier, ou pas, il y a tout juste dix-huit ans, une autre icône de la mode quittait définitivement les podiums : Yves Saint Laurent présentait son dernier défilé.

Jean Paul Gaultier, fils d’un comptable et d’une caissière, a grandi à Arcueil (Val-de-Marne). Enfant, il prend les rideaux de sa grand-mère pour en faire des tenues à son ours en peluche. Le jour de ses 18 ans, il débute sa carrière dans la haute couture chez Pierre Cardin. À 24 ans, il fonde sa propre maison de couture. Aujourd’hui âgé de 67 ans, Jean Paul Gaultier ne prend pas pour autant sa retraite. "La maison de Couture Gaultier Paris continue avec un nouveau projet dont je suis l’instigateur et qui vous sera révélé prochainement" a-t-il confié à l’AFP il y a quelques jours. Avec ses marinières, ses bustiers à seins coniques et ses hommes en jupe et talons aiguilles, Gaultier a toujours bouleversé les styles pour devenir le couturier français le plus atypique au monde et l'un des plus connus. 

Publicité

La marinière, l’indémodable

La marinière, pièce de toutes les collections de Jean Paul Gaultier, ici lors d'u défilé à Buenos Aires (Argentine) le 22 mars 2018
La marinière, pièce de toutes les collections de Jean Paul Gaultier, ici lors d'u défilé à Buenos Aires (Argentine) le 22 mars 2018
© AFP - EITAN ABRAMOVICH

La marinière faisait partie de son tout premier défilé en 1976. Et évidemment de son spectacle autobiographique "Fashion Freak Show", en 2018 aux Folies Bergères. Au fil des décennies, Jean Paul Gaultier l’a imaginé aussi bien pour les femmes que pour les hommes, en t-shirt comme en robe, jusqu’à en habiller le buste du flacon de parfum Le Mâle. Dans l’émission "À voix nue", en décembre 2018, le créateur confiait que plusieurs éléments sont à l'origine de cette marinière. D’abord son enfance, lorsqu’il portait des t-shirt rayés. Puis il y avait les t-shirt de la Marine qu’il achetait au marché aux puces. Et le film Querelle de Fassbinder, adapté du roman Querelle de Brest de Jean Genet, dont le héros principal est un jeune marin. Le film sort en 1982, Jean Paul Gaultier présente à la même période sa collection "dadaïste" (ce qui signifie pour le couturier "des mélanges incongrus, choses qui ne se mettent pas ensemble, des détournements") et dans cette collection, explique-t-il "il y avait à la fois les marins de Querelle de Brest et pour la première fois, des robes-corset, différentes des bustiers que j’avais fait auparavant". 

Le corset conique, sous toutes les coutures

C’est l’autre pièce phare de Jean Paul Gaultier, inspirée également de son enfance. Très proche de sa grand-mère, il admirait ses tenues étant petit.

Elle était tout habillée de noir, je découvrais des voiles de deuil absolument magnifiques. Elle avait des chapeaux avec des plumes de paradis et elle avait un corset. Et là, le corset, pour moi, cela a été la découverte ! Cet objet avec des lacets, assez rigide, avec une couleur chair, saumon, était très étonnant. J’ai demandé à ma grand-mère ce que c’était, elle m’a dit ‘c’est orthopédique’ mais c’était aussi pour la silhouette. Alors, elle prenait du vinaigre, elle l’avalait, elle avait à ce moment-là une espèce de suffocation. Donc l’estomac se resserrait et là il fallait tirer, tirer, tirer pour avoir la taille étranglée ! C’était fascinant et incroyable pour moi et c’est resté gravé à tout jamais.                                                                                  
Jean Paul Gaultier dans À voix nue sur France Culture le 3 décembre 2018

Madonna porte le corset conique lors du Blond Tour Ambition, ici à Rotterdam le 24 juillet 1990
Madonna porte le corset conique lors du Blond Tour Ambition, ici à Rotterdam le 24 juillet 1990
© Getty - Gie Knaeps

Quant au corset à seins coniques porté par Madonna lors de son Blond Ambition Tour en 1990, il a en réalité été porté bien des années auparavant par Nana, l’ours en peluche de Jean Paul Gaultier. Petit, Jean Paul Gaultier rêvait d’avoir une poupée. Son ours en peluche lui a donc servi de cobaye. "C’était le premier ours transgenre, auquel j’ai mis les premiers seins coniques, avant Madonna", s’amuse-t-il. 

C’était l’époque des pin-up dans les magazines, le couturier en herbe tentait de reproduire leurs seins, sans se douter que quelques décennies plus tard, l’une des plus grandes stars mondiales l’adopterait lors de sa tournée. Comme l’explique Katell Pouliquen dans un article de juin 2011 pour L’Express, "il troque en outil d’émancipation ce symbole d’enfermement honni par les féministes". Jean Paul Gaultier précise "après la révolution du Women’s Lib, les femmes ont brûlé leur soutiens-gorge. Moi, j’ai voulu montrer qu’elles pouvaient se saisir des apparats classiques de la séduction sans être victimes du désir masculin". 

En savoir plus : Les Faubourg d’Arcueil la rouge et le corset de ma grand-mère !

Le mélange des genres

Défilé Jean-Paul Gaultier, Prêt-à-Porter, collection Printemps-été 1985 à Paris le 20 octobre 1984
Défilé Jean-Paul Gaultier, Prêt-à-Porter, collection Printemps-été 1985 à Paris le 20 octobre 1984
© Getty - Daniel Simon / Gamma-Rapho

Jean Paul Gaultier entend bouleverser les clichés vestimentaires propres à chaque sexe. Quand Yves Saint Laurent, qui fait partie de "ses bases", fait porter des tailleurs aux femmes, Jean Paul Gaultier prône la jupe pour les hommes. En 1983, il lance le défilé "L’Homme objet", où ses modèles hommes arborent des marinières dos nu. Il entend montrer que les hommes aussi peuvent être séduisants. "J’étais révolté par certains détails comme le boutonnage différent chez l’un et l’autre sexe en fonction du rapport au portefeuille. J’ai donc créé un homme objet", raconte-t-il à L’Express en 2011. En 1985, la jupe pour homme fait son apparition à l’occasion de la collection "Et Dieu créa l’Homme". Plus de 3 000 exemplaires sont vendus. C’est en réalité un pantalon à très larges jambes muni d’un pan rabattable sur le devant. Il n’hésite pas non plus à faire porter des talons aiguilles aux hommes. 

Le créateur joue sur les genres à tel point qu’il est parfois difficile de savoir si c’est un homme ou une femme qui défile. 

Le 2 juillet 1994, à Paris, lors du 95e défilé homme automne / hiver
Le 2 juillet 1994, à Paris, lors du 95e défilé homme automne / hiver
© AFP - Pierre Verdy

En savoir plus : A nous deux la Mode : L’enfant terrible des années 80 et ses muses !

Des mannequins non conformistes

Dans les années 1980, Jean Paul Gaultier recrute de nouveaux mannequins par une petite annonce dans le journal Libération : "Créateur non conforme cherche mannequins atypiques. Gueules cassées ne pas s’abstenir." C’est aussi cela qui différencie Jean Paul Gaultier dans ce milieu très stéréotypé, codifié : la recherche systématique de la différence. Sur son podium, les femmes (et hommes) peuvent être petites, fortes, rousses, noires, âgées, transgenres… Une image bien loin de celle imposée lors des défilés. La mannequin Farida Khelfa, première franco-algérienne à connaître la notoriété, a été lancée par Jean Paul Gaultier. 

En 2006, il racontait au Monde quelques heures avant le lancement de son défilé-rétrospective "En Angleterre, les gens sont attirés vers la différence. En France, ils ont toujours un regard réprobateur." La différence, Jean Paul Gaultier l’a toujours aimée. Lui qui a été élevé dans une famille très ouverte, même au sujet de son homosexualité, dans une France à l’époque plutôt conservatrice.  

Inès de La Fressange au défilé Gaultier, Prêt-à-Porter, collection Printemps-été 1984, à Paris, le 15 octobre 1983.
Inès de La Fressange au défilé Gaultier, Prêt-à-Porter, collection Printemps-été 1984, à Paris, le 15 octobre 1983.
© Getty - Daniel Simon / Gamma-Rapho

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

En savoir plus : De la Marinière à la jupe pour homme, et vice versa ! Gueules cassées ne pas s’abstenir

Le Mâle, un parfum iconique

En 1995, Jean Paul Gaultier lance son premier parfum pour homme, Le Mâle, deux ans après Le Classique, dédié aux femmes. Il se classe numéro 1 des ventes en Europe pendant une dizaine d’années. Dans une interview au Figaro Magazine en 2009, le créateur explique cet engouement par la publicité "qui a diffusé des images très viriles mais ambiguës" et qui "a certainement compté". En 2012, Le Figaro écrit "cette pub-là colle tellement à son temps que le parfum, perçu lors de sa sortie comme une fragrance de niche à l’usage des homosexuels, bat tous les records au box-office de sa catégorie." La fragrance, c’est aussi ce qui explique son succès pour Jean Paul Gaultier :

La fragrance de ce parfum, quelque chose d’un peu sucré comme il en existait déjà pour la femme, mais pas encore pour l’homme. C’est une façon de rendre hommage au paradoxe de l’homme, qui compote toujours une part de féminité.                                                                                  
Jean Paul Gaultier au Figaro Magazine, en 2009

Une fragrance sucrée dans un flacon représentant un buste d’homme parfaitement sculptée dans une marinière, rangé dans une boîte de conserve. Décidément, tout un symbole. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Avec la collaboration de la documentation de Radio France