Publicité

Jean Renoir : "J'ai terminé la guerre avec l'idée qu'il valait mieux se dévouer à d'autres activités"

Pierre Fresnay et Jean Gabin dans le film "La Grande Illusion" (1937) de Jean Renoir.
Pierre Fresnay et Jean Gabin dans le film "La Grande Illusion" (1937) de Jean Renoir.
© Getty - Sunset Boulevard/Corbis

1958. Au micro de Jean Serge en 1958, Jean Renoir évoque son film "La grande illusion" sorti en version intégrale cette année-là. L'occasion pour le cinéaste de se plonger dans ses souvenirs de guerre d'abord dans la cavalerie puis dans l'aviation.

Le cinéaste Jean Renoir s'entretenait avec Jean Serge en 1958 dans une série de dix entretiens rediffusés en 2001 dans "Mémorables".  Cette année-là, son film "La Grande illusion" (datant de 1937), ressort en version intégrale. Ce film considéré comme un chef-d'oeuvre du cinéma, il le considère être un "hommage", "un témoignage d'affection" pour la cavalerie et l'armée française d'avant la Grande Guerre. A cette occasion, Jean Renoir évoque ses souvenirs dans l'armée : "C'est comme si j'étais tombé dans la Lune, mais dans une Lune que j'ai tout de suite beaucoup aimée et à laquelle je me suis beaucoup attaché".

Je suis parti tout de même à la guerre avec une culotte rouge, des bottes, une tunique bleue, un col blanc et avec un casque à crinière de cheval et une lance ! Car je n'étais pas encore officier, j'étais sous-officier et je portais la lance.

Publicité

Il raconte des anecdotes de guerre, ses blessures parfois sévères, les amitiés qui se nouaient aussi fortes que soudaines, le chaos des combats au front et à l'arrière.

Jean Renoir dans "Mémorables", une série d'entretiens réalisée en 1958 et rediffusée en 2001. 3/10

26 min

Jean Renoir poursuit avec ses souvenirs d'aviation, après avoir obtenu son brevet de pilote. Il dit son admiration pour ces premiers pilotes.

Nos moniteurs appartenaient au premier lot des aviateurs et les aviateurs du début c'était avant tout des mécanos. C'était des types qui aimaient l'automobile, le vélo, la moto, c'était des coureurs. Ces gens-là étaient entrés dans l'aviation simplement parce qu'ils considéraient que c'était la continuation naturelle de leurs métiers plus ou moins liés à la mécanique. Le deuxième lot, les gens qui sont arrivés après, c'était des gens dans mon cas, c'était surtout des cavaliers qui ne pardonnaient pas à la guerre d'avoir supprimé les chevaux et qui espéraient sur des avions retrouver un peu de leurs sensations de cavaliers. Ce sont eux qui ont donné ces premiers as de la guerre.

  • "Mémorables" avec Jean Renoir 3/10
  • Première diffusion le 09/05/2001
  • Producteur : Jean Serge
  • Indexation web : Odile Dereuddre, de la Documentation de Radio France