Jean Renoir : "Si l'on pouvait caractériser Auguste Renoir, il faudrait employer le mot de pudeur"

Publicité

Jean Renoir : "Si l'on pouvait caractériser Auguste Renoir, il faudrait employer le mot de pudeur"

Auguste Renoir dans son atelier à Cagnes-sur-Mer aux environs de 1907.
Auguste Renoir dans son atelier à Cagnes-sur-Mer aux environs de 1907.
© Getty - Apic

1958. Avant dernier entretien avec Jean Renoir, fils du peintre Auguste Renoir, dont il raconte sa façon de penser et de voir le monde, "un peu caméléon" qui cherche le contact, ouvrant ses portes à ses amis artistes ou non, et refusant jusqu'au bout de se prendre pour un génie.

Dans ce neuvième volet de la série d'entretiens enregistrés en 1958 avec le cinéaste Jean Renoir, celui-ci revient sur la légende du pinceau attaché à la main de son père Auguste Renoir, alors paralysé par une polyarthrite : "En réalité, il tenait son pinceau, le pinceau n'était pas attaché." A la fin de la guerre, Jean Renoir, en convalescence, lui a beaucoup tenu compagnie et a pu ainsi l'écouter raconter des bribes de sa vie.

Heureusement, moi non plus je ne pouvais pas marcher à cause de mes blessures et nous passions nos journées au coin du feu et nous parlions, nous nous racontions des histoires, c'était la seule distraction de Renoir. Et il avait bien besoin de distractions car ses souffrances étaient grandes.

Publicité

Jean Renoir fait appel à ses souvenirs : le sculpteur Maillol s'est installé un temps auprès de Renoir, "il avait commencé un buste de Renoir qui était un chef-d’œuvre" ; mais aussi Matisse, "un homme extrêmement calme et agréable".

Ce monde de Renoir était vraiment "un monde Renoir". Je m'en rends compte maintenant, plus que quand j'étais petit. Il y avait d'abord cette espèce de gaieté qui naissait de la fréquentation de mon père. Il y avait aussi ce fait qu'aucune opinion autour de lui ne semblait être définitive. Il admettait toutes les idées, il admettait toutes les situations.

Jean Renoir dans "Mémorables", une série d'entretiens réalisée en 1958 et rediffusée en 2001. 9/10

25 min

Sur les fréquentations de son père, Jean Renoir peut affirmer : "Le tout Paris non conformiste a été son ami !"

L'ambition de mon père lorsqu'il rencontrait quelqu'un était de le connaître, en réalité il était constamment en train de faire le portrait de son interlocuteur, peut-être pas avec un pinceau mais en esprit. Et la seule façon de faire un portrait, est de connaître non seulement l'aspect extérieur mais tous les secrets intérieurs du modèle. A cause de cela, mon père était, tout du moins très superficiellement, un peu caméléon dans son désir d'établir un pont immédiat entre l'interlocuteur et lui.

Et Jean Renoir de conclure cet entretien sur le génie de son père, terme que le peintre refusait d'entendre à son propos :

Quelques fois, mon père m'a parlé de cette espèce de rencontre de la matière et de l'esprit qui peut parfois être réalisée par des êtres exceptionnels dans l'histoire de l'Eglise, des Saints ont réalisé cela, dans l'histoire de l'art, des génies l'ont réalisée. Je pense que mon père y est arrivé plusieurs fois. Lui, ne pensait pas qu'il y était arrivé mais il savait que des êtres y étaient arrivés et il espérait s'en approcher un petit peu.

Grands écrivains, grandes conférences
58 min
  • "Mémorables" avec Jean Renoir 9/10
  • Première diffusion le 17/05/2001
  • Producteur : Jean Serge
  • Indexation web : Odile Dereuddre, de la Documentation de Radio France