Publicité

Jean Ricardou, le théoricien du nouveau roman

Par
Jean Ricardou et Claude Simon lors d'un séminaire, à Cerisy
Jean Ricardou et Claude Simon lors d'un séminaire, à Cerisy
- Binant, CC

Disparition. Il est mort le 23 juillet dernier. Jean Ricardou était l'un des auteurs du nouveau roman, qui avait également pour tenants Nathalie Sarraute, Alain Robbe-Grillet, Claude Simon… mais il était surtout le principal théoricien de ce mouvement.

À partir de 1950, un groupe d'écrivains composé notamment d'Alain Robbe-Grillet (auteur de Pour un nouveau roman en 1963), Nathalie Sarraute, Claude Simon, Michel Butor, Robert Pinget, presque tous édités aux Editions de Minuit, remettent en cause le roman traditionnel, fondé sur l'intrigue et les protagonistes, et rompent avec la tradition du réalisme balzacien. Un peu désarçonnée, c'est sous la dénomination "nouveau roman" que la critique (et notamment Émile Henriot dans Le Monde, en 1957) regroupe leurs œuvres, liées par des traits communs. Le mouvement est controversé, et d'aucuns tentent de l'enterrer dès sa naissance : "L’idée qu’il y ait un nouveau roman est une idée antipathique à beaucoup de monde, estimait Jean Ricardou sur France Culture en 1973 dans l'émission "Dialogues", À sa naissance, les journaux disaient que c’était une mode qui allait passer." Avant d'évoquer l'écrivain et éditeur Dominique de Roux qui ne voyait dans ce phénomène qu’"une sophistication produite par un éditeur malin, de mèche avec ses auteurs", résumant ainsi la pensée de beaucoup à l'époque.

"Si on reconnaît le groupe, le nouveau roman est une école, c'est-à-dire un bataillon avec un chef et sa petite escouade (…) À ce moment là, le nouveau roman, c’était ce qu’on disait aussi il y a dix ans, c’est les robots grillés, c'est-à-dire, ceux qui obéissent à Robbe-Grillet, qui sont à la fois des robots parce qu’ils obéissent au doigt et à l’oeil, et ils sont grillés bien entendu, parce qu’ils sont déjà morts. Donc l’existence du nouveau roman commence à poser des problèmes déjà en tant que c’est un groupe, s’il en est un." Jean Ricardou en 1973, déniant la nature de "groupe" au nouveau roman.

Publicité

Si le nouveau roman n'est ni une "sophistication" destinée à vendre des livres comme des petits pains, ni un groupe littéraire, qu'est-il ? Marqué par sa rencontre avec Alain Robbe-Grillet, Jean Ricardou, normalien, docteur ès Lettres, aspire à conceptualiser les procédés utilisés par les nouveaux romanciers. Pour ce faire, il les réunit à Cerisy-la-Salle en 1971, raconte Jean-Christophe Tournière, l’un de ses anciens camarades, qui participait à son séminaire de Textique (commencé en 1989) depuis 2005 :

Jean Ricardou et son travail sur le nouveau roman

2 min

Durée : 3 min 40

À écouter : Jean Ricardou définit le nouveau roman en cinq grands principes, sur France Culture, en 1971

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

À partir de 1984, le théoricien élargit ses réflexions sur les critères qui pourraient être partagés par tous les écrivains, et permettraient une écriture rationnelle, cohérente. Il inaugure une nouvelle discipline au Collège International de Philosophie (Paris) à travers un séminaire au cours duquel lui viennent ses premiers éléments de théorie matérialiste de l'écrit, et la baptise la Textique :

Jean-Christophe Tournière, sur Jean Ricardou et la Textique

2 min

Durée : 2 min