Publicité

Jean Vilar : "Les grandes traditions de la machinerie théâtrale sont celles de la marine à voile"

Jean Vilar en 1963
Jean Vilar en 1963
© Sipa - Universal Photo

1997. En 1966, France Culture enregistrait des entretiens menés par Agnès Varda avec l'homme de théâtre Jean Vilar. La chaîne les a diffusés dans le cadre de la série "A voix nue" en juillet 1997. Dans ce premier épisode, Jean Vilar évoque son enfance à Sète et fait le point sur sa carrière théâtrale.

Premier volet d'une série "A voix nue" diffusée en 1997 et reprenant des entretiens de 1966 entre Agnès Varda et Jean Vilar. Celle-ci le fait réfléchir à ce que signifie d'être chef de troupe, un métier qu'il considère comme "le plus absorbant, ou le plus tuant, ou le plus fatiguant"  de ce qu'il connaît du monde du théâtre. Il revient ainsi sur son parcours dans le théâtre public national. Il relate l'histoire du nom du TNP (Théâtre national populaire) en insistant sur l'aspect national : "Je trouve que c'est un des plus beaux titres que puisse avoir un théâtre en France."

Jean Vilar raconte qu'à Sète, il allait très peu au théâtre mais très souvent au cinéma. Pour sa génération, il explique qu""il n'y avait pas de distinguo entre le cinéma d'art ou le cinéma commercial."  Il évoque sa ville natale, les joutes qui s'y tenaient sur les canaux dont il était très admiratif. Sans en avoir conscience, il en a peut-être tiré des leçons de mise en scène, "celles de spectacles de plein air" .

Publicité

Jean Vilar "A voix nue" 1/5 le 07/07/1997

24 min

Avant même la création proprement dite d'un théâtre populaire en Russie, il existait dans la France bourgeoise de la Troisième République, un théâtre appelé populaire et qui avait une optique et une politique populaire.

  • "A voix nue" avec Jean Vilar 1/5
  • Première diffusion le 07/07/1997
  • Producteur : Agnès Varda
  • Réalisation : Marie-Andrée Armynot
  • Indexation web : Odile Dereuddre, de la Documentation de Radio France
  • Archive INA - Radio France