Pour pouvoir embarquer, la botaniste a dû se travestir en homme.
Pour pouvoir embarquer, la botaniste a dû se travestir en homme.

Jeanne Barret, la première femme à avoir fait le tour du monde - #CulturePrime

Publicité

Jeanne Barret, première femme à avoir fait le tour du monde

Par

Petite orpheline bourguignonne, botaniste brillante, elle sera la première femme à faire le tour du monde, travestie en homme en 1767. On doit à Jeanne Barret la découverte en France de près de 3 000 espèces de plantes.

Jeanne Barret est engagée à 22 ans comme gouvernante auprès d’un médecin et botaniste, Philibert Commerson. Elle entreprend à ses côtés l’étude de la flore, apprend à reconnaître et à classer les plantes, confectionne des herbiers… Ils sont amoureux et Jeanne tombe enceinte alors qu’ils ne sont pas mariés. Honnis par leur entourage, ils déménagent à Paris et perdent leur enfant en bas âge.

Ils fréquentent les plus grands scientifiques parisiens de l’époque comme les naturalistes Jussieu et Buffon. Philibert est ainsi recommandé pour accompagner Bougainville dans un voyage autour du monde. Sa mission ? Observer, collecter, classer et conserver des spécimens de la flore locale à chaque escale. À cette époque, les femmes sont interdites sur les navires du Roi depuis 1689, mais Jeanne en décide autrement.

Publicité

Se travestir pour monter à bord

Le 1er février 1767, depuis Rochefort, elle embarque avec Philibert, travestie en homme : cheveux coupés à la garçonne, poitrine bandée, en pantalon... Elle se fait appeler Jean, valet et assistant du botaniste. À bord de L’Étoile, puis de La Boudeuse Jeanne et Philibert font route vers les Amériques. Pour faire taire les rumeurs, Jeanne redouble de travail sur le pont :

Comment reconnaître une femme dans cet infatigable Baré ? (...) [Elle avait] un courage et une force qui lui avaient mérité le surnom de "bête de somme". Louis-Antoine de Bougainville, 1772

À chaque escale, elle s’aventure avec Philibert à la recherche de nouvelles espèces. Ils élaborent un gigantesque herbier et découvrent près de Rio de Janeiro un arbrisseau qu’ils nomment bougainvillea , le bougainivillier, en hommage à leur capitaine. D’après le Voyage autour du monde de Bougainville, Jeanne Barret qui avait réussi à duper tout un équipage pendant deux ans, aurait été démasquée et agressée par des Tahitiens lors d’une escale :  

À peine Baré, eut mis pied à terre, que les Tahitiens l’entourent, crient que c’est une femme et veulent lui faire les honneurs de l’île. Louis-Antoine de Bougainville, 1772

Cependant, les journaux de bord des compagnons de Bougainville évoquent plutôt des agressions sexuelles venant de l’équipage. Elle se protège avec deux pistolets le reste de la traversée.

Les années sur l'île Maurice

Jeanne et Philibert débarquent et s’établissent sur l’isle de France, aujourd’hui île Maurice. Ils sont accueillis par le botaniste Pierre Poivre avec qui ils continuent la collecte de la flore locale. Cinq ans plus tard, Jeanne se retrouve seule après le décès de Philibert. Elle tient un cabaret et est même condamnée pour avoir vendu de l’alcool un jour de messe.
Elle fait envoyer les 34 caisses d’échantillons botaniques à Paris, à l’intérieur 5 000 espèces différentes dont 3 000 étaient encore inconnues en France. Elle se marie plus tard avec un soldat et ils rentrent en France. En 1785, Bougainville plaide pour qu’elle reçoive une pension royale, ce qu’elle obtiendra de Louis XVI qui la nomme alors “femme extraordinaire” pour avoir été la 1re femme à faire le tour du monde.

À lire :
“L’exploration du monde, une autre histoire des grandes découvertes”
Ouvrage collectif, sous la direction de Romain Bertrand
Éd. Seuil, Oct. 2019