Publicité

Joan Miro : "Le surréalisme, c'était une délivrance pour moi"

Joan Miro, âgé de 88 ans, devant l'une de ses dernières lithographies "Espana" à Saint-Paul-de-Vence, le 11 juillet 1981.
Joan Miro, âgé de 88 ans, devant l'une de ses dernières lithographies "Espana" à Saint-Paul-de-Vence, le 11 juillet 1981.
© AFP - Ralph Gatti

1971. Dans l'émission de 1971, "Les témoins", consacrée aux différents acteurs du groupe surréaliste, le peintre et sculpteur Joan Miro raconte son rapport au mouvement et surtout à la pensée surréaliste et à sa peinture dans laquelle il voit de "la magie".

Dans cette émission en plusieurs parties qui porte sur le surréalisme et dont nous vous proposons de réécouter un large extrait, c'est au tour de l'artiste Joan Miro, alors âgé de 78 ans, de raconter comment il fut amené à faire partie du groupe surréaliste. Il se remémore la figure de Max Jacob qu'il avait rencontré "par hasard", tous les deux travaillant dans des ateliers rue Blomet à Paris au début des années 1920.

Je ne fréquentais pas beaucoup de peintres, je fréquentais plutôt des poètes.

Publicité

Dès 1919, lors de son premier séjour à Paris, Joan Miro se souvient qu'il voulait aller à l'atelier d'artistes de la Grande Chaumière "pour dessiner", "comme entraînement" car il n'avait pas encore d'atelier personnel.

Joan Miro dans l'émission "Les Témoins" sur France Culture le 22/04/1971.

14 min

Paris m'a tellement frappé un coup, comme ça... paf ! Ça m'a tellement mis KO que je n'ai pas pu du tout travailler. Ça a été une très, très grosse secousse, Paris, pour moi. Alors j'ai renoncé à travailler et le matin j'allais au Louvre et l'après-midi j'allais voir des expositions. Mais du point de vue travail : zéro, zéro, zéro ! J'étais incapable.

Vis-à-vis du groupe des surréalistes, Joan Miro s'est toujours vu comme quelqu'un "de très libre" qui a su garder son "indépendance" : "Ça me gênait qu'on me colle une étiquette." Mais il reconnaît de la "magie" dans la peinture surréaliste et même "un envoûtement".

Je n'ai jamais accepté qu'on me mette une étiquette sur moi. J'étais très libre, j'ai toujours gardé mon indépendance vis-à-vis des surréalistes. Moi, ça me gênait qu'on me colle une étiquette.

  • "Les témoins : le surréalisme" 
  • Première diffusion le 22/04/1971 
  • Producteur : Jean-Jacques Lévêque
  • Indexation web : Odile Dereuddre, de la Documentation de Radio France 
  • Archive Ina - Radio France