Publicité

Jorge Amado, la chaleur du conteur

Par

Alors que le Salon du livre 2015 revêt les couleurs du Brésil du 20 au 23 mars, nous vous proposons de découvrir ou redécouvrir chaque jour un écrivain brésilien à travers des archives sonores.

Salon 2015 / J. Amado / A.M. Machado / B. Carvalho / M. Hatoum / C. Lispector

> retrouvez ici tout le programme de France Culture au Salon du livre

Publicité

Aujourd'hui : Jorge Amado

_"Je ne suis pas né pour être célèbre ni illustre, je ne me mesure pas à cette aune, je ne me suis jamais senti un écrivain important, un grand homme : juste un écrivain et un homme. Enfant grapunia -- des terres du cacao --, citoyen de la ville pauvre de Bahia, où que je me trouve je ne suis qu'un simple Brésilien marchant dans la rue, vivant." _Jorge Amado, Navigation de cabotage , 1992

C'est une oeuvre en dyptique qu'il nous a laissée pour héritage, traduite en une cinquantaine de langues, où les écrits engagés voisinent avec ceux du conteur. Une oeuvre littéraire qui prend souvent racine dans le terreau de sa chère province de Bahia, où le rapport entre peuple et culture est extraordinairement fécond.

En 1978, dans l'émission "Rencontre", sur France Culture, Patrice Galbeau recevait Jorge Amado, en compagnie de quatre des ses amis : les écrivains Gilles Lapouge et Frédéric Vitoux, l'éditeur André Bay et la traductrice Alice Raillard. Après avoir évoqué la manière dont l'imaginaire prenait le pas sur le réel, voire le suscitait, dans l'oeuvre d'Amado, ils questionnent l'écrivain brésilien sur son talent de conteur et son apprentissage du récit :

> Cette archive sera diffusée dans son intégralité dans la Nuit spéciale Brésil de France Culture, du samedi 22 au dimanche 23 mars 2015.

Immense écrivain de l'école moderniste, Jorge Amado est né au Brésil dans l'Etat de Bahia en 1912, et mort dans ce même Etat en 2001. C'est à 19 ans, en 1931, qu'il écrit son premier roman,* Le Pays du carnaval* , qui dépeint la découverte de son pays par un jeune Brésilien à la fin des années vingt, après une enfance passée en Europe. Un an plus tard, l'écrivain précoce publie Cacao , qui brosse la vie misérable des ouvriers des plantations de cacao (à noter que le père de Jorge Amado était exploitant d'une plantation). Ces deux premiers textes lui font d'emblée grossir le rang des grands romanciers.

Deux maîtres-mots : humanisme et démocratie

Mais la fin des années trente est assombrie par la mise en place de la dictature militaire de Getulio Vargas ("L'Estado Novo"). Amado est emprisonné une première fois. Après un exil en Argentine en 1941, il revient au Brésil en 1945 où, membre du parti communiste, il se fait élire député. En 1947, le parti communiste est déclaré illégal. Ses membres sont arrêtés et torturés. L'écrivain se réfugie à Paris durant trois ans. Il gagne ensuite la Tchécoslovaquie pour deux ans. Rentré au Brésil en 1955, après avoir voyagé en Union soviétique et en Europe, il prend ses distances avec la politique et se consacre principalement à sa plume.

A un certain moment j'ai voulu faire une réflexion sur le destin de l'homme, et sa possibilité de battre son destin malgré toutes les choses qui lui sont défendues. Jorge Amado

Près de 25 romans, quelques recueils de nouvelles, des contes, des biographies.... La gigantesque oeuvre de Jorge Amado a été récompensée par de nombreux prix, dont le Goncourt brésilien en 1994.

Citons quand même quelques titres phares : Bahia de tous les saints (1938), qui décrit les tribulations d'un gamin des rues dans la ville, Gabriela, girofle et cannelle (1958), un roman d'amour écrit cinq ans après la mort de Staline par un Jorge Amado désanchanté par les dérives idéologiques du communisme et soucieux de rompre avec le réalisme socialiste, ou encore La Boutique aux miracles (1984), livre que son auteur chérit tout particulièrement.