Josep Bartoli et l'exode espagnol : son crayon est une arme

Dessin de Josep Bartoli
Dessin de Josep Bartoli

Josep Bartoli et l'exode espagnol : son crayon est une arme

Publicité

Josep Bartoli et l'exode espagnol : son crayon est une arme

Par

Histoire | Il y a 80 ans avait lieu la Retirada, ou l'exode par les Pyrénées de près de 500 000 espagnols fuyant le franquisme. Parmi eux, un dessinateur républicain, Josep Bartoli. Il croque la vie dans les camps français, un témoignage exceptionnel. Voici son histoire et ses dessins.

Février 1939, il y a 80 ans. En deux semaines, un demi-million de républicains fuient l’Espagne de Franco pour la France. Josep Bartoli est l’un d’eux. Voici son histoire.

Sur la route
48 min
Planche d'un carnet de Josep Bartoli, dessiné dans le camp de Bram, 1939
Planche d'un carnet de Josep Bartoli, dessiné dans le camp de Bram, 1939
- Josep Bartoli / Collection personnelle de Georges Bartoli

L'arme du crayon

Dessinateur et caricaturiste, Josep est un républicain convaincu. En 1936, il fonde un syndicat des dessinateurs de presse. En 1937, militant du parti communiste catalan, il se bat sur le front d’Aragon. À 30 ans, il rencontre à Barcelone l’amour de sa vie : l’Andalouse Maria Valdés. En janvier 1939, sous les balles, elle apprend qu’elle est enceinte. Barcelone va tomber aux mains de Franco, elle doit se réfugier en France. Leur séparation est un déchirement, elle ne veut pas quitter Josep. Ils échangent un ultime regard, sur le quai de la gare. Bombardé par l’armée allemande, son train n’arrivera jamais en France. Des années plus tard, Josep la cherchera en vain. Il n’aura jamais d’enfant.

Publicité
Dessin de Josep Bartoli, dans un camp en France, en 1939
Dessin de Josep Bartoli, dans un camp en France, en 1939
- Josep Bartoli / Collection personnelle de Georges Bartoli

La France des camps

Le 14 février 1939, Josep traverse les Pyrénées à pied dans la neige avec 1 000 camarades espagnols. Les fascistes sont à ses trousses. Il pense arriver en pays ami des républicains, patrie des droits de l’Homme. Mais la France de Daladier panique. 

La presse se déchaîne contre ces “hordes de rouges”, alors qu’au même moment, sur une autre frontière, Hitler se prépare.

Les autorités improvisent des camps dans lesquels 350 000 républicains sont internés. Sous-alimentés, malades, séparés de leurs familles, les hommes meurent par milliers. Le gouvernement nomme "camp de concentration" ces installations précaires gardées par des militaires et des tirailleurs sénégalais.

"Le camp d’Argelès-sur-Mer ne sera pas un lieu pénitentiaire, mais un camp de concentration. Ce n’est pas la même chose."
Albert Sarraut, ministre de l’Intérieur, février 1939

Josep arrive dans un camp près de Perpignan. Il y contracte le typhus. Hospitalisé, il s’évade. Il est aussitôt repris et transféré dans un autre camp, à Bram. Il commence à dessiner sur un carnet qu’il cache des gardiens. Il poursuit son “oeuvre de résistance” derrière les barbelés. Artistes et enseignants montent une “presse des sables” et animent des activités culturelles : récitals de poésie, chants collectifs, cours d’alphabétisation... Une culture de l’exil naît dans ces “baraques-galeries”.

Josep Bartoli, dans les années 1930 en Espagne
Josep Bartoli, dans les années 1930 en Espagne
- collection personnelle de Georges Bartoli

De l'autre côté de l'Atlantique

Josep finit par s’enfuir pour de bon. Il rejoint Paris, puis Mexico. En 1943, le gouvernement républicain en exil et 20 000 opposants au franquisme l’accueillent. Le Mexique offre l’asile à de nombreux réfugiés espagnols. Josep côtoie les artistes engagés dans la révolution mexicaine. Il devient l’amant de Frida Kahlo. 

En 1944, il publie son recueil de dessins Campos de concentracion - 1939-1940. Établi ensuite à New York, artiste reconnu, il ne retournera en Catalogne qu’en 1977, deux ans après la mort de Franco. 

80 ans après la “Retirada”, après des années de silence, un centre de mémoire sur l’exil républicain ouvre ses portes à Perpignan. Aujourd’hui, un tiers de la population des Pyrénées-Orientales est issue de la Retirada

Dessin de Josep Bartoli, France 1939
Dessin de Josep Bartoli, France 1939
- Josep Bartoli / Collection personnelle de Georges Bartoli