Joseph, le plus célèbre des modèles noirs du XIXe siècle

Publicité

Joseph ou le renouveau du modèle noir au XIXe

Par

Joseph dit "Joseph le nègre" est un modèle noir du XIXe siècle, célébré de son vivant pour son charisme et son professionnalisme. Toute sa vie, il a fréquenté les ateliers d'artistes parisiens et prêté ses traits aux peintures de Géricault, Ingres, Chassériau et bien d'autres encore.

Alors que la plupart des modèles n’ont jamais connu la gloire, Joseph fait figure d’exception. Acrobate devenu modèle professionnel, il a marqué la peinture du XIXe siècle et on retrouve ses traits ou sa musculature dans plusieurs œuvres du romantisme parisien.

Il n’est pas en France un seul artiste peintre ou sculpteur qui ne connaisse Joseph le nègre, le plus beau modèle qui ait couru les ateliers de Paris.                                    
“Un modèle philosophe”, Le Figaro, 1858

Publicité
Etude d'homme d'après le modèle de Joseph, Théodore Géricault, vers 1818-1819, huile sur toile
Etude d'homme d'après le modèle de Joseph, Théodore Géricault, vers 1818-1819, huile sur toile
- Musée d'Orsay

Né à Saint-Domingue vers 1793, il quitte son île au moment de l’indépendance haïtienne. En 1804, il débarque à Marseille puis gagne Paris où il vit de petits boulots.

En 1808, il se fait engager comme acrobate et joue l’Africain dans la troupe de Madame Saqui. Sa musculature impressionne et il acquiert rapidement un certain succès qui va attirer sur lui l’œil de grands peintres. 

Modèle de prédilection de Géricault

En 1818, il devient le modèle de prédilection de Théodore Géricault pour son célèbre Radeau de la Méduse. Joseph pose pour les trois personnages noirs de cette œuvre gigantesque. La renommée du tableau de Géricault va apporter à Joseph une certaine célébrité, il commence alors à fréquenter de nombreux ateliers de peintres romantiques.  

Comme l’explique Émile de La Bédollière dans l’ouvrage collectif Les Français peints par eux-mêmes de 1840 :

“Pensez-vous que l’Haïtien, brûlé par le soleil des tropiques, va demeurer tranquille dans sa pose comme Napoléon sur la Colonne ? Non : vous voyez tout à coup sa figure s’épanouir, ses grosses lèvres s’ouvrir, ses dents blanches étinceler ; il se parle à lui-même, il se conte des histoires, il rit à gorge déployée ; il songe à son pays natal ; réchauffé par la chaleur du poêle, il rêve le climat des Antilles ; au milieu des émanations de la tôle rougie et de la couleur à l’huile, il respire le parfum des orangers.”

Cinq croquis d’après le modèle Joseph et un cavalier, Théodore Géricault, entre 1818 et 1824
Cinq croquis d’après le modèle Joseph et un cavalier, Théodore Géricault, entre 1818 et 1824
- Mba-Lyon. Alain Basset

Joseph participe au renouveau du modèle noir du XIXe siècle

Aux XVe et XVIe siècles, la représentation de l’homme noir est standardisée : une seule couleur, toujours avec les mêmes cheveux, le même nez. Puis au XVIIIe avec l'apogée de l’esclavage, la représentation des Noirs devient ornementale.

Avec l’essor du naturalisme et les débuts de l’anthropologie le XIXème siècle voit la figure noire se raciser : le corps des hommes et femmes noirs est dénudé la peinture entretient ainsi le mythe du “sauvage” en vogue. Mais la prestance de Joseph et son physique d’athlète le rapprochent aussi des icônes de l’Antiquité.

À partir de 1832, il est l’un des trois seuls modèles masculins de l’École des beaux-arts et devient modèle professionnel pour un salaire de 45,89 francs. Souvent entachés de préjugés raciaux, les témoignages à propos de Joseph sont unanimes pour lui reconnaître d’exceptionnelles qualités professionnelles et humaines.

En 1836, Ingres commande une étude du corps de Joseph à un de ses élèves, Théodore Chassériau, dans le plus grand secret. Le corps de l’ancien acrobate est sublimé dans une position compliqué qui demandera de nombreuses séances de pose. Chassériau confie avoir eu "bien des ennuis de la part du modèle qui trouvait la pose horriblement fatigante”.

Ingres souhaitait peindre Jésus chassant Satan, Joseph devant ainsi représenter Satan ce qu’ignoraient Chassériau et Joseph. Le tableau final ne verra jamais le jour.

"Joseph le Nègre" par d'Adolphe Brune, 1865. Photo Nelly Blaya/Collections du musée de Cahors Henri-Martin.
"Joseph le Nègre" par d'Adolphe Brune, 1865. Photo Nelly Blaya/Collections du musée de Cahors Henri-Martin.
52 min

Dans le milieu artistique jusqu'à la fin de sa vie

En 1865, on le retrouve vieilli et souriant dans l’œuvre d’Adolphe Brune Joseph le Nègre. Avec l’âge, il pose de moins en moins mais il se rend utile dans l’atelier de son ami Charles Gleyre. Jusqu’à sa mort, il fréquente les ateliers d’artistes parisiens. Dans l’article du Figaro de 1858 qui lui est consacré, le journaliste indique que Joseph aimerait "finir ses jours sur les tréteaux d’un atelier, au service de l’art".

À voir :
“Le modèle noir, de Géricault à Matisse”
exposition au Musée d’Orsay
26 mars-21 juillet  

À lire :

Catalogue de l'exposition
"Le modèle noir"
coédition Musée d’Orsay / Flammarion, 2019

“Noir, entre peinture et histoire”
de N. Ver-Ndoye et G. Fauconnier
Éd. Omniscience, 2018

26 min