Publicité

JR : la photographie sur les murs

jr.png
jr.png

De la cité des Bosquets à Montfermeil jusqu'en Palestine, des favelas de Rio aux quais de l'Île Saint Louis à Paris, le photographe JR affiche d'immenses portraits en noir et blanc sur les murs de nos villes.

© Woman are heroes / JR La légende raconte que JR aurait trouvé un appareil photo dans le métro parisien et que toute l'histoire serait partie de là. Interrogé à plusieurs reprises, ce trentaire aux lunettes fumées qui tient à son anonymat reste vague. De quoi nous laisser imaginer… Depuis 2001, cet artiste qui ne se considère pas comme un photographe, multiplie ses actions au quatre coins du monde.

Entre 2004 et 2006, il réalise ces premiers collages photographiques, des portraits d'habitants des quartiers de Seine Saint-Denis qu'il expose en grand format sur les murs de la cité. Ce projet intitulé Portraits d'une génération  est notamment révélé par les émeutes de 2005 lorsque les médias s'intéressent à ce quil ce passe dans les quartiers où JR a décidé de pratiquer la photographie en action.

Publicité

En 2007, c'est avec Marco qu'il réalise Face 2 Face , une gigantesque exposition illégale en Israël- Palestine. Des deux cotés de la barrière de sécurité, d'immense portraits d’Israéliens et de Palestiniens face à face sont collés dans huit villes palestiniennes et israéliennes.

jr_ted02.jpg
jr_ted02.jpg

En 2011, JR reçoit le prestigieux Ted Prize et créé ensuite le projet participatif InsideOut. L'idée ? Permettre aux personnes du monde entier de recevoir leurs portraits en grand format pour après les coller dans l'espace public, afin de soutenir une idée, un projet, une action et partager cette expérience.

© Kibera, Kenya / JR Aujourd'hui, c'est depuis New York que l'aventure de JR continue… avant de partir au Japon ou dans d'autres coins du globe.

Le 29 janvier 2013, l'artiste photographe JR était invité au Pavillon de l'Arsenal. L'occasion de revenir sur ses projets et l'aventure humaine de ce qu'il appelle « La Family ». En toute humilité, JR redonne la place à ceux qui ont réalisé avec lui tous ces projets. C'est une histoire de rencontres, de partage, quand la photographie interroge la place de l'art dans la cité et sa puissance d'action, entre poésie et acte politique.

Production : Pavillon de l'Arsenal / Captation et montage : Année Zéro, Guillaume Foresti

Exposition éphèmère Woman Are Heroes  sur les quais de Paris (2009) :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.