Publicité

Jul : "C'était une évidence d'aborder la ségrégation raciale dans les aventures de Lucky Luke"

Par
Lucky Luke : Un cow-boy dans le coton (Jul et Achdé, d'après Morris)
Lucky Luke : Un cow-boy dans le coton (Jul et Achdé, d'après Morris)
- Editeur : Dargaud

Quatre mois avant la sortie de l'album, l'auteur de bande-dessinée Jul s'exprime sur le tout nouveau Lucky Luke : "Un cow-boy dans le coton". Dévoilée pendant le mouvement mondial de protestation contre le racisme, la couverture résonne fortement avec l'actualité.

Le prochain album de Lucky Luke - le troisième réalisé par le duo Jul (scénario) et Achdé (dessins) - ne sort que le 23 octobre prochain, mais tout le monde comprendra pourquoi l’éditeur Dargaud a décidé de dévoiler sa couverture quatre mois avant sa mise en librairies : Lucky Luke et un shérif noir, main dans la main, au beau milieu d’un champs de coton, voilà une image qui effectivement "résonne avec l’actualité" - comme le note le communiqué de presse de l’éditeur.

Regardons bien cette couverture où le héros blanc partage la vedette avec un personnage noir. Chacun des deux hommes tient son colt comme si un danger éminent ou un ennemi commun les menaçait. La mine anxieuse affichée par les deux protagonistes inscrit cette scène dans un registre dramatique. Ce danger qu’affrontent les deux hommes armés aurait pu rester hors-champs comme cela se fait d’habitude pour susciter la curiosité du lecteur, mais ici il y a une volonté manifeste de le désigner d’emblée et de le représenter. Tout le monde comprend de quoi il va être question dans le prochain Lucky Luke en apercevant, en arrière-plan, les capuches et les torches associés au sinistre Ku Klux Klan. 

Publicité

L’histoire se passe pour la première fois en Louisiane, où notre cow-boy solitaire hérite d’une immense plantation de coton. Lucky Luke va devoir se battre contre les fermiers blancs quand il décide de redistribuer son héritage aux fermiers noirs. "Dans cette lutte contre les puissants de la région et contre la ségrégation raciale, il va être, contre toute attente, épaulé par les Dalton, pourtant venus pour l’éliminer, et par les Cajuns du bayou, ces Blancs laissés-pourcompte de la prospérité du Sud" précise le communiqué de presse. Contre le fléau du racisme, même les Dalton se rangent du bon côté ! Mais ce n’est pas tout : Lucky Luke ne s’en sortira gagnant cette fois qu’avec l’aide d’une étonnante figure du Far West, un certain Bass Reeves, "authentique personnage entré dans l’Histoire en tant que premier Noir nommé shérif adjoint à l’ouest du Mississippi, avec une réputation de roi de la gâchette" nous précise Dargaud, fier de son bon coup. Enfin on aura aussi compris que si la couverture du dernier Lucky Luke, Un cow-boy dans le coton, est dévoilée un peu plutôt que d’habitude c’est pour qu’aucune mauvaise langue ne puisse dire en automne que l’album a été conçu à la va vite pour des raisons commerciales ou opportunistes après le mouvement mondial de protestation né après la mort de George Floyd, un Américain noir étouffé par le genou d'un policier à Minneapolis. 

Le Réveil culturel
26 min

Trois questions à Jul, scénariste de "Un cowboy dans le coton"

En reprenant en 2016 le personnage créé par Morris en 1947- et rendu populaire par ses aventures écrites par René Goscinny dans les années 70 - Jul a souhaité aborder la vie des invisibles et des minorités qui n’ont pas eu droit au chapitre dans cette reconstitution en bande dessinée de la Conquête de l’Ouest. Dans La Terre promise, la communauté juive retrouvait sa place dans cette saga de l’Amérique. Dans Un cow-boy dans le coton, Jul s’est penché sur la douloureuse histoire des Noirs en Amérique.

Le Réveil culturel
26 min

Comment ce sujet, aujourd'hui brûlant d'actualité, s'est imposé à vous ?

Jul : Pour moi ce n'est pas un sujet d'actualité, c'est un sujet actuel. La question fondamentale de l'esclavage, juste à la sortie de la guerre de Sécession, et de la ségrégation raciale, c'est quelque chose qui a modelé de manière gigantesque les Etats-Unis, y compris le Far West, et c'était une évidence de l'aborder dans les aventures de Lucky Luke. Par une stupéfiante coïncidence d'événements, l'annonce de cet album sur lequel nous travaillions depuis quatre ans a lieu en pleine tourmente mondiale sur ces questions : cela montre juste à quel point un tel album arrive à point pour écrire cette histoire commune !

Comment avez-vous préparé cet album ?

Jul : Le schéma habituel d'une aventure de Lucky Luke, c'est : il y a un problème, Lucky Luke arrive, et il sauve tout le monde. Eh bien là j'ai très vite compris que la complexité du sujet méritait beaucoup plus de finesse : Lucky Luke qui débarque en Louisiane dans un monde qui lui est totalement étranger ne sait déchiffrer aucun code de ce monde étrange et violent. C'est pourquoi l'associer à un personnage venu de l'histoire réelle du Far West, un véritable Marshall Noir mythique, aussi héroïque que notre cow-boy solitaire, était passionnant. Achdé a eu le coup de génie de débusquer cette figure mythique largement occultée pour en faire un héros de BD, et les milliers de pages de documentation sur le Sud, l'esclavage, le monde des plantations et du bayou m'ont permis de faire véritablement de la dentelle dans un sujet tellement incandescent. Et le fait de donner vie à d'autres personnages noirs très singuliers nous a permis aussi d'écrire une histoire diverse plus juste et intéressante que s'il ne s'agissait que de "figurants". 

Après la récente polémique autours du film Autant en emporte le vent - qu'HBO a décidé de retirer de sa plate forme car jugé raciste, avant de le reprendre accompagné d'une note de contextualisation- peut-on maintenant questionner la représentation, parfois caricaturale, qui a été faite des Noirs dans la bande-dessinée franco-belge ?  

Jul : Sur ces sujets il y a une polémique par jour et cela reflète surtout le fait que ces questions ont été refoulées pendant tellement longtemps... Si notre album contribue à bâtir une histoire commune et des représentations enfin justes pour tout le monde, cela sera une grande victoire ! Comme toujours, Lucky Luke est avant tout une série construite à l'origine sur la parodie du western hollywoodien, et lorsque l'on évoque le monde des plantations même après l'abolition de l'esclavage, on ne peut éviter de puiser dans ces images devenues symboliques d'Autant en emporte le vent ! Mais lorsqu'on travaille sur la question, nous avons en surimposition les photos des lynchages et des tortures subies par les Noirs... Et c'est de tout cela que l'on hérite en terme de représentations, et qu'il faut mettre en scène dans une aventure et dans une comédie, alors que l'histoire des Noirs aux Etats-Unis est avant tout une tragédie insensée. Il y a un point d'équilibre très très délicat à trouver. En ce qui concerne les représentations, on sait que l'héritage des caricatures de la bande dessinée franco-belge n'échappe pas plus que tous les arts aux stéréotypes de son temps : c'est pourquoi Achdé a pris un soin scrupuleux à réinventer une façon de représenter les personnages en tenant compte de l'évolution de notre conscience et de notre regard aujourd'hui ! Rester dans l'humour et la caricature, en échappant au conditionnement de notre vision, sans trahir ni l'esprit de Morris et Goscinny mais en s'attachant aux individualités singulières de chacun des personnages : vous imaginez le défi ! Avoir une des grandes BD de notre patrimoine qui s'empare de cette question, alors que la référence précédente restait Tintin au Congo, l'enjeu est de taille ! 

Les aventures de Lucky Luke : Un cow-boy dans le coton (Achdé et Jul d'après Morris)
Les aventures de Lucky Luke : Un cow-boy dans le coton (Achdé et Jul d'après Morris)
- Editeur : Dargaud