Publicité

Jules Verne, écrivain d'images

Par
Gravure du roman de Jules Verne "Vingt Mille Lieues sous les mers" (édition illustrée, 16 novembre 1871).
Gravure du roman de Jules Verne "Vingt Mille Lieues sous les mers" (édition illustrée, 16 novembre 1871).

Du Nautilus à un détour par la lune, en passant par le centre de la terre ou une odyssée en ballon, comment les récits contés par Jules Verne sont-ils parvenus à s’ancrer, visuellement, si profondément dans notre imaginaire ?

Chacun a en tête une image du Nautilus, le sous-marin de Vingt mille lieues sous les mers , du ballon de Cinq semaines en ballon,  ou encore une vision romancée de ce à quoi pourraient bien ressembler les strates inférieures de la planète Terre. Jules Verne a dépassé les frontières, imaginaires comme internationales : il est ainsi l’auteur le plus traduit après Agatha Christie ; en tout et pour tout, ses romans ont bénéficié de plus de 4700 traductions.

"Jules Verne Grand Ecran", au Lieu Unique, à Nantes.
"Jules Verne Grand Ecran", au Lieu Unique, à Nantes.

Ce succès mondial, Jules Verne le connaît dès la parution de ses premiers ouvrages et le doit beaucoup aux éditions Hetzel. Ses écrits très détaillés sont abondamment illustrés avec des dessins signés Riou, Férat, de Neuville, Benett, Georges, ou Roux, capables de conférer aux descriptions une crédibilité quasi-scientifique.

Publicité

Contrairement à ses contemporains écrivains, Jules Verne considère en effet que “l’illustration bonifie le récit” , comme l’explique Jean Demerliac, commissaire de l’exposition Jules Verne, grand écran , au Lieu Unique à Nantes :

Écouter

1 min

Un homme de théâtre Verne est un homme d’images, et il est d’ailleurs auteur à préférer la scène. “Verne est un peu tombé malgré lui dans le livre,  précise Jean Demerliac. Il voulait écrire des pièces de théâtre et, quand il a pu adapter ses romans en pièces à grand spectacle, c’est là qu’il a trouvé un accomplissement. Le livre pour lui n’était pas la chose la plus importante, mais pour nous elle l’est devenue parce que nous n’avons pas vu les pièces. Nous n’avons plus que les livres, illustrés, comme témoignages de ce qu’il a pu être.

J'adorais la scène et tout ce qu'il y avait autour, et écrire des pièces est toujours le travail qui me procure le plus de plaisir. Jules Verne

Jules Verne écrit au total une quarantaine de pièces (dont plusieurs en collaboration avec l’auteur Adolphe Dennery), qu’il s’agisse d’oeuvres originales, d’adaptation éponymes, ou encore de pièces mélangeant à loisir les personnages de ses romans. Ainsi, Voyage à Travers l’impossible , présentée pour la première fois en novembre 1874 au Théâtre de la Porte-Saint-Martin, proposait au public de découvrir sur les planches rien de moins que Michel Ardan, le capitaine Nemo, T. Ardelett ou le Docteur Ox.

Le chef-d'œuvre de Jules Verne, sous sa couverture rouge et or de livre de prix, la pièce qui en fut tirée, derrière le rideau or et rouge du Châtelet, ont excité notre enfance et nous ont communiqué plus que les mappemondes, le goût des aventures et le désir du voyage. Jean Cocteau

Plus d’un siècle plus tard, les personnages de Jules Verne continuent d’évoluer sur les planches. Récemment encore, une adaptation de 20 000 lieues sous les mers  signée Christian Hecq et Valérie Lesort était jouée à la Comédie française, au Théâtre du Vieux Colombier.

20 000 lieues sous les mers
20 000 lieues sous les mers

Sur scène, le Capitaine Nemo, Aronnax, Ned et Conseil déambulent dans un décor à l’esthétique rétrofuturiste, dans les entrailles du Nautilus, devant un hublot derrière lequel nagent des créatures marines, marionettes hybrides. Pour les créer, Valérie Lesort s’est beaucoup inspirée de l’imaginaire vernien :

Écouter

2 min

20 000 lieues sous les mers à la Comédie Française
20 000 lieues sous les mers à la Comédie Française

Le cinéma vernien Jules Verne n’a jamais porté V_ingt mille lieues sous les mers_  sur les planches, mais le cinéma ne s’est pas privé de l'adapter, à commencer par George Méliès, dès 1907. L’écrivain, lui, s’il s’intéressait au relief, méprisait pourtant le cinématographe, raconte Jean Demerliac en présentant des plaques de lanternes magiques, les ancêtres des projecteurs de diapositives :

Écouter

2 min

Des plaques pour une lanterne magique au Lieu Unique.
Des plaques pour une lanterne magique au Lieu Unique.

Le dédain de Jules Verne pour le cinéma n’empêche pas de nombreux réalisateurs de donner vie, sur grand écran, à ses personnages. Avec plus de 300 films inspirés de ses romans, celui qui est surnommé “le père de la science-fiction” est un des auteurs les plus adaptés au monde, après Shakespeare et Dickens, comme en atteste la quantité d’affiches de cinéma dépeignant les héros de Verne sur les murs du Lieu Unique.

Les affiches des adaptations de Verne au Lieu unique, à Nantes.
Les affiches des adaptations de Verne au Lieu unique, à Nantes.

Ces films, plus ou moins fidèles, ont joué un rôle essentiel dans l’imprégnation de l’imaginaire collectif par l’imagerie vernienne. Les réalisateurs, s’ils étaient certainement des amateurs de ces récits d’aventure, voyaient également en ces adaptations un intérêt commercial : Jules Verne étant un auteur lu dans le monde entier, il était plus facile d’exporter leurs films. Jean Demerliac :

Écouter

2 min

Les adaptations comme les romans ont marqué tout un pan de la culture, littéraire comme cinématographique, de l’empreinte de Verne. Le *Vingt mille lieues sous les mers de Richard Fleischer * (1954) ou L'Invention diabolique  de Karel Zeman (1958) ont ainsi contribué à la création du fameux style rétrofuturiste, ou steampunk , qui esthétise une époque victorienne où la technologie s’en tient aux engrenages et aux machines à vapeur.

Dans L'Invention diabolique , aussi nommé Les Aventures fantastiques , le réalisateur tchéque Karel Zeman mêle techniques d'animation et acteurs réels, faisant pénétrer un peu plus loin l'imaginaire vernien. Les personnages semblent ainsi évoluer directement dans les illustrations des éditions Hetzel :

Le pouvoir de pénétration de l’image, qu’on le déplore ou non, est finalement très supérieur à celui des textes ”, estime Jean Demerliac :

Écouter

1 min

Une oeuvre protéiforme L’imaginaire du “père de la science-fiction” est partout. Des attractions de Disneyland Paris comme le Space Mountain , inspiré du canon de De La Terre à la Lune , ou la visite du Nautilus de Vingt mille lieues sous les mers , à des jeux vidéo empruntant l’esthétique steampunk  de Verne, tels Bioshock Infinite  ou Dishonored .

Modèle en métal du Nautilus Disney.
Modèle en métal du Nautilus Disney.

Je suis convaincu que Jules Verne aujourd’hui serait tout aussi à propos qu’il y a 100 ans. Il n’a pas vieilli. Je ne dirais pas que c’est un prophète, mais c’est vraiment un précurseur, d’où l’intemporalité de son oeuvre. C’est quelqu’un d’international, d’intemporel et de touchant ”, juge Nicolas Nebot, directeur artistique derrière Le Voyage extraordinaire de Jules Verne une comédie musicale jouée au Théâtre Mogador.

Dans ce spectacle chanté à destination des plus jeunes et de leurs parents, les metteurs en scène ont imaginé la genèse des personnages de l’écrivain, lorsque ce dernier, encore âgé de 13 ans, contait ses histoires à son frère et sa soeur. L’occasion, pour Nicolas Nebot, d’interroger les liens entre le créateur et ses créatures en proposant un medley des héros de Verne que n’aurait pas renié l’écrivain : Michel Strogoff, Michel Ardan, Phileas Fogg ou encore le Capitaine Nemo se partagent ainsi l’affiche.

L'opposition créature/créateur, Jules Verne face au Capitaine Nemo.
L'opposition créature/créateur, Jules Verne face au Capitaine Nemo.

Les adaptations de Jules Verne se nourrissent entre elles, inspirent à leur tour des récits réinventés, preuve en est de l’esthètique *steampunk * à laquelle n’échappe pas le Capitaine Nemo dans cette très libre adaptation. Pour brosser un portrait crédible de Jules Verne enfant, Rabah Aliouane, metteur en scène, a visité les musées qui lui étaient consacrés, et en est également revenu aux ouvrages originels :

Écouter

2 min

Même si c’est une fiction qu’on raconte, se réjouit Rabah Aliouane, ce qui m’a surpris c’est la réaction de certains parents qui m’ont dit, en sortant du spectacle : « J’ai envie de relire Jules Verne, de le lire à mes enfants ». Ca, c’est extraordinaire ! ”. Les adaptations renvoient ainsi, constamment, à l'oeuvre originelle signée Jules Verne, et la boucle est bouclée. “C_’est un conte qui parle d’aventure bien sûr, mais qui est une toile de fond pour parler de l’enfance, de l’âge adulte, des rapports père-fils, mais également des créatures et de leur créateur. Qui a l’ascendant sur l’autre ?_  Interroge Nicolas Bebot. Est-ce qu’une création peut prendre vie à part entière une fois que l’auteur n’est plus là ? ” Au vu du devenir de l’oeuvre de Jules Verne, on serait tenté de dire oui. Exposition "Jules Verne, Grand Ecran"

"Riche de très nombreux documents récemment acquis par le Musée Jules Verne, l’exposition au Lieu Unique, à Nantes, met en relief, avec une vivante érudition, les liens étroits qui existent entre l’écrivain et le cinéma."

Du 29 octobre 2015 au 3 janvier 2016, entrée libre.

Comédie musicale "Le Voyage Extraordinaire de Jules Verne"

"Embarquez en famille pour un voyage inoubliable dans les étoiles et sous les mers. En sous-marin, en ballon ou en passant par le centre de la terre, 15 artistes chanteurs, danseurs et comédiens vous feront vivre une aventure musicale sur les traces du jeune Jules Verne." Jusqu'au 3 janvier au Théâtre Mogador.