Publicité

Julia avant Bonello 2

Par

Cette semaine tiraillements entre Kokopelli version Clotilde de Gastines passée à la question dans Télérama, les agriculteurs malades des pesticides qu'Inès Léraud a rencontrés, le partenariat avec France TV nouvelles écritures et puis le désir de parler un peu plus de Julia. Julia c'est un documentaire que Julie et Jean Philippe Navarre couvent depuis plusieurs années. C'est surtout Julie qui couve car en fait la première fois qu'elle m'a parlé de ce projet elle m'a fait lire un synopsis de film. Mystère des glissements de territoire un beau jour c'est devenu un projet de documentaire radio . Comme j'ai envie que ce blog soit un territoire de partage j'ai demandé à Julie Navarre, comme je l'avais fait avec Céline Ters, de lever un peu le voile sur ce projet fragile : suivre son ami Julien dans son accès à un corps fantasmé puis incarné.

JULIA AVANT BERTRAND BONELLO 2
Julia Fragments du journal écrit débuté à la suite de l’annonce qui m’est faite de la transition prochaine de. Julia a démarré de son côté un journal filmé. Nous souhaitons raconter cette transition et je l’accompagne « caméra, mémoire au poing » dans les premières étapes de sa transition. Nous échangeons nos textes et nos images … puis les délaissons au fil du temps ils sont devenus « archives personnelles ». Le son devait être.

Publicité
JULIA
JULIA
- Julie Navarre

16 juin 2012 Ecrire c’est déjà entrer en relation. Bâtir avec des mots un échange à venir. C’est aussi un bouclier face aux émotions qui me submergent. Je pense à « Victor, Victoria » qui m’a beaucoup marqué lorsque j’avais une dizaine d’année, et plus récemment « La piel que habito » d’Almodovar, tellement dérangeant. La transformation est dans ce cas là subie et pose la question de ce qui fait l’identité d’une personne. Le corps, la peau, le visage, le sexe déterminent notre être mais au-delà de cette enveloppe charnelle, une entité plus forte que tout existe. Doit-on tenter de coïncider avec cette enveloppe ou doit-on adapter cette enveloppe avec ce que l’on se sent être ? Il n’y a pas de réponse simple à cette question posée.

15 octobre 2012 Maintenant je sais que le fil ce sera ta voix, celle qu’il te reste à trouver. La musique, ta guitare pour dire les sentiments qui t’habitent. Ta parole de jour en jour pour raconter ce chemin, ta naissance. Alors que faire des images ?

25 octobre 2012 « Victor, victoria » : James Garner coince Julie Andrews dans une ruelle sombre et lui dit avant de l’embrasser « Peu importe que vous soyez un homme ou une femme, je vous aime. » Dans « La piel que habito » Vera trouve, dans un journal, une photo d’elle avant, et délicatement embrasse du bout des doigts le visage de Vincente, pour un dernier au revoir.

13 novembre 2012 Une image du passé persiste : j’étais allée assister à une répétition de musique, je ne sais plus pourquoi j’avais accompagné mon frère ce jour là. Il y avait toute sa bande dont Julien. A la fin de la répétition, Chloé et moi étions prés de Julien , et il continuait de jouer de la guitare tout seul... J’avais le sentiment qu’il voulait attirer notre attention, mais je ne ressentais rien de l’ordre d’un quelconque jeu de séduction. J’avais en réalité le sentiment qu’il avait envie d’être « avec nous ». Je ne comprends qu’aujourd’hui combien mon sentiment était juste. Ce n’était pas un jeune homme tentant d’attirer le regard des deux filles, mais une âme de femme, cachée dans un corps d’homme, qui aurait tellement aimé rejoindre ses pairs.

15 novembre 2012 J’ai aimé aussi que Julia évoque Julien, ses moments de doutes ou de nostalgie de toutes ces petites choses qu’elle aimait vivre en homme. Je m’autorise alors aussi un peu à garder un souvenir de lui… J’aime croire que quelque chose de lui demeurera en elle. Ca me semble important sans vraiment savoir pourquoi…. sans doute parce que je souhaite qu’une partie de son être perdure au-delà de son changement d’apparence et d’identité. (…)