Publicité

Kafka et le trouble de la postérité

Par
Franz Kafka
Franz Kafka
- Wikimedia Commons

En demandant à son ami Max Brod de brûler son œuvre après sa mort, Franz Kafka a voulu signifier qu'il ne partageait pas "ce rêve traditionnel prêté aux créateurs où l'art semble une manière mémorable de s'unir à l'histoire"...

Le testament de Kafka pose la question du "trouble de la postérité" en matière de création artistique : en demandant à son ami Max Brod de brûler son œuvre après sa mort, l'auteur du Procès a voulu signifier qu'il ne partageait pas "ce rêve traditionnel prêté aux créateurs où l'art semble une manière mémorable de s'unir à l'histoire"... (Maurice Blanchot). Pourtant Kafka, qui a brûlé sa vie pour son œuvre, montre l'impossibilité de partir sans laisser quelque chose, puisque sa demande ambiguë était peut-être conçue pour n'être pas respectée.

Voici, mon bien cher Max, ma dernière prière : tout ce qui peut se trouver dans ce que je laisse après moi (c'est-à-dire, dans ma bibliothèque, dans mon armoire, dans mon secrétaire, à la maison et au bureau ou en quelque endroit que ce soit), tout ce que je laisse en fait de carnets, de manuscrits, de lettres, personnelles ou non, etc. doit être brûlé sans restriction et sans être lu, et aussi tous les écrits ou notes que tu possèdes de moi d'autres en ont, tu les leur réclameras. S'il y a des lettres qu'on ne veuille pas te rendre, il faudra qu'on s'engage du moins à les brûler. Lettre de Franz Kafka à Max Brod, 1921

Publicité

Pour afficher ce contenu SoundCloud, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une conférence enregistrée en 2015.

Jean-Philippe Domecq, romancier et essayiste.

%C3%A0%20r%C3%A9%C3%A9couter : %22La%20m%C3%A9tamorphose%22%20de%20Franz%20Kafka