Publicité

Karl Marx, Dubaï et House of cards : la Session de rattrapage

Par
Anna Akhmatova, Dubaï, Karl Marx
Anna Akhmatova, Dubaï, Karl Marx
© AFP - Radio France

Sélection. Retrouvez chaque samedi la sélection hebdomadaire des programmes de France Culture à réécouter.

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir chaque semaine la Session de rattrapage par e-mail

Bonjour à toutes et à tous,

Publicité

Objectif Marx ! Il y a 150 ans paraissait le premier tome du Capital, l'œuvre majeure de Karl Max. L'occasion de (re)parcourir cet opulent ouvrage, de saisir à travers ses critiques et son hostilité à l'égard du système capitaliste, les traits d'une époque et d'une société. L'occasion également de comprendre l'influence du théoricien de la révolution sur le XIXe siècle. Mais aussi de réfléchir à la pertinence de ses concepts aujourd'hui et sa présence en filigrane dans les débats économique et politique. Puis avec le dernier Nobel d'économie, de sortir du fatalisme dénoncé par Le Capital et mesurer le pouvoir sur les marchés de la psychologie humaine. Et pour votre capital immatériel, la session qui suit... Bonnes écoutes ! Alice Pairo

COMPRENDRE

UAE, Dubaï, immeubles sur Sheikh Zayed Road
UAE, Dubaï, immeubles sur Sheikh Zayed Road
© AFP - Philippe Turpin

Exode. C’est le sud qui attire aujourd’hui. Les pays du Golfe sont la troisième destination de migration économique au monde. L'Europe, les Etats-Unis, le Canada et l'Australie ne sont plus les seuls pays migratoires. De nouvelles trajectoires et de nouvelles motivations, auscultées par l’économiste El Mouhoub Mouhoud. (Entendez-vous l’éco, 58 min)

Destin commun. Le philosophe et sociologue des sciences Bruno Latour démontre en quoi la question climatique est au centre de la géopolitique. "La politique c'est un territoire, un sol, une définition du paysage, un monde commun" nous rappelle-t-il. Entre les lignes, des pistes comme des remèdes pour le monde dans lequel on vit, dans lequel on va. (La Grande Table, 33 min)

Perturbateur européen. L’affaire du glyphosate, molécule contenue dans les pesticides dont on soupçonne fort la toxicité, met en lumière le lien trouble entre lobbys et experts au sein de l’Europe. Dans les commissions, dans les revues, les scientifiques perdent leurs repères alors qu’ils sont censés nous protéger. (Dimanche, et après ? 44 min)

APPRENDRE

Joseph Conrad en 1916.
Joseph Conrad en 1916.
- NYPL Digital Gallery

Le Miroir de la mer. Qui était l’écrivain Joseph Conrad ? Sa vie est souvent confondue avec celle de ses personnages, comme lui marins et voyageurs. Mais le romancier écrivait dans Typhon : “Il y a des choses, voyez-vous, qu’on ne trouve pas dans les livres.” Lumière sur une vie obscure et effervescente. (La Compagnie des auteurs, 59 min x4)

Emerveillement. Des “morceaux de temporalité enchantée”, c’est ainsi que Jankélévitch appelait la musique. Que nous dit-elle que ne peuvent nous communiquer les mots ? Le philosophe - qui était aussi musicien - tente de nous éclairer sur ces indéfinissables impressions. (Le journal de la philo, 4 min)

Socio fighting. Dans son ouvrage Le Danger sociologique, Gérald Bronner dénonce les dérives de la sociologie déterministe héritée de Durkheim et de Bourdieu qui irait jusqu’à nier un certain libre-arbitre à l’individu. Un débat qui semble éternel. Mais, au fond, qu’attend-on vraiment de la sociologie ? (Du Grain à moudre, 40 min)

(RE)DECOUVRIR

Portrait d'Anna Akhmatova par Natan Altman
Portrait d'Anna Akhmatova par Natan Altman
© AFP - A. Sverdlov / RIA Novosti / Sputnik

Icône. Anna Akhmatova savait se délester des “prestiges de sa haute culture” et parler comme une femme du peuple. Poétesse de la souffrance russe, elle l’était aussi de l’espoir : “Les plus sombres jours de l'année. Ont pour devoir de devenir lumière.” écrivait-elle. (Jacques Bonnaffé lit la poésie, 3 min)

C’est beau ! Enthousiasme des critiques en visite dans l’exposition parisienne de chefs-d’œuvre du MoMA de New-York. Cézanne, Brancusi, Frank Stella, Felix Gonzàles-Torres… face aux œuvres, tentative de définition d’une "ligne" MoMA. Ensuite, sur la nouvelle expo Gauguin, c’est beaucoup plus sévère… (La Dispute, 56 min)

Transgression. Liberté absolue envers la sexualité et la maternité, affects et émois assez faibles, capacité à commettre régulièrement toute sorte d’atrocités… Analyser Claire Underwood, héroïne de la série "House of Cards", permet peut-être de percer à jour sa fascinante opacité. (Personnages en personne, 29 min)

LA CITATION

Le comédien Jean Rochefort, décédé cette semaine, se confiait dans A voix nue en 2012 sur sa vision du métier d'acteur et le rôle social qu'il revêtait pour lui :

Quand j'ai joué un mélodrame à Aubervilliers, j'allais tous les soirs en face prendre une cuisse de poulet, que je mangeais dans ma loge avant de jouer. Au bout de six ou sept jours, étant un petit peu connu par le cinéma, cette bouchère me dit "mais qu'est-ce que vous faites tous les soirs, chez nous à Aubervilliers ?" Je lui ai dit "Madame, je joue dans le théâtre d'Aubervilliers juste en face' et elle m'a dit "ah bon...". Et j'ai compris que ça ne la regardait pas et là ça a été à mon sens tragique. J'ai été voir plusieurs ministres de la culture qui s'en foutaient royalement. Là, j'ai été extrêmement malheureux de voir que nous rations ce virage si important d'amener les gens des villes voir les spectacles. Car beaucoup de metteurs en scène se sont servis de nos sous pour faire des laboratoires de théâtre...

Avant de se quitter, nouveau détour par la Russie - dont c'est le 100e anniversaire de la Révolution. Partons ensemble sur la ligne du Transsibérien. Mis sur rails par la Russie impériale, pris en marche par les Bolcheviks, c'est à bord de ses trains légendaires que Marie-Hélène Fraissé et Jean-Pierre Quittard proposaient aux auditeurs en 1984 d'embarquer et rejoindre le fleuve Amour. (Les Nuits de France Culture, 1h30). A la semaine prochaine !