Publicité

Kurdes : la carte d'un peuple apatride

Par

Carte. Alors qu'en Turquie, en Irak et en Syrie, communes et régions autonomes kurdes voient le jour, qu'en est-il aujourd'hui de la reconnaissance de ce peuple apatride ?

Littéralement “pays des Kurdes”, le Kurdistan, en tant qu’Etat-nation reconnu par la communauté internationale, n’existe pas : le peuple kurde est écartelé entre quatre Etats, soit plus de 30 millions de personnes réparties entre Irak, Iran,Turquie et Syrie. Depuis deux siècles, les Kurdes ne cessent de se battre pour leur reconnaissance. Entre affaiblissement des régimes et fragmentation territoriale de la région, tireront-ils leur épingle du jeu conflictuel qui embrase le Proche-Orient ?

Survolez et cliquez sur les zones pour obtenir des informations détaillées concernant le contrôle des villes turques et l'autonomie des zones irakiennes et syriennes. Zoomez et circulez dans la carte grâce au bouton +/- :

Publicité

Sources : Eric Biegala, Hamit Bozarslan, "Conflit kurde" (Autrement, 2009), AFP, Cihan.

Chronologie

  • Début du XXe siècle : L’espace de peuplement kurde est intégré dans l’Empire ottoman.
  • 1920 : Le traité de Sèvres promet un "territoire autonome des Kurdes" dans le sud-est de l'Anatolie.
  • 1923 : Le traité de Lausanne compromet la création d’un Kurdistan : Arrivée de M. Kemal en Turquie, découverte de pétrole dans la zone kurde.
  • 1946 : [IRAN] République autonome kurde de Mahabad (22 janvier-15 décembre)
  • 1968 : [IRAK] L’arrivée au pouvoir du parti Baas accentue la répression ; 1988 : campagne d'extermination des Kurdes (opération Anfal) ; 1991 : bombardements, 2 millions de Kurdes fuient en Turquie et en Iran.
  • 1984-1999 : [TURQUIE] guerre civile : 40.000 morts.
  • 2005 : [IRAK] Suite à l'intervention américaine qui a permis aux peshmergas de contrôler la zone kurde, la Constitution reconnaît l’autonomie du Kurdistan.
  • 2012 : [SYRIE] Déclaration d'autonomie de 3 régions kurdes. Lutte armée contre l'Etat Islamique.
  • 2015 : [TURQUIE] Reprise des combats armés ; déclaration d'auto-gouvernenement des principales villes kurdes.

La lutte pour la reconnaissance

C’est la conscience d’appartenir à une même culture qui fait le ciment de l’identité kurde. Ni Arabes, ni Turcs, ils se disent descendants des Mèdes antiques. Ils parlent une langue proche du persan, mais sont majoritairement sunnites, bien qu'ils comptent également parmi eux des Chiites, des Yézidis, des Juifs et des Chrétiens. Depuis la chute de l'Empire Ottoman à la fin de la Première guerre mondiale, pas une décennie ne s'est écoulée sans une révolte massive ou des émeutes kurdes dans l'un de leurs quatre pays de peuplement. Hamit Bozarslan, historien des Kurdes, estime à plus de 300.000 le nombre de victimes kurdes du combat pour la reconnaissance de leurs droits politiques et culturels. La crise actuelle au Proche-Orient constituerait-elle une chance historique pour le peuple kurde ? Les nouvelles responsabilités militaires, économiques et politiques des Kurdes peinent pour autant à masquer l'extrême complexité de leur situation et de leurs aspirations fragmentées.

Des Kurdistans ?

Dès l'éclatement de l'Empire ottoman dans les années 1920, l'histoire kurde se scinde en quatre histoires, tributaires des pays où les Kurdes résident : Irak, Syrie, Turquie et Iran. Ces histoires parallèles entrent aujourd'hui souvent en tension : guerre civile entre les deux partis PDK et UPK au Kurdistan irakien de 1994 à 1996, ou Kurdes irakiens soutenus par les néo-conservateurs américains et ayant accepté les deniers turcs, face à un PKK marxiste-léniniste radical en guerre civile avec la Turquie. Ces *querelles "intra-kurdes" imposent d'envisager les quatre cas de façon distincte, d'autant plus depuis que l'expansion de l'Etat islamique a bouleversé l'équilibre entre minorité kurde et gouvernement central de chaque pays :

  • Le Kurdistan autonome irakien: La Constitution irakienne reconnaît en 2005 l’autonomie du Kurdistan irakien, la plus aboutie des constructions proto-étatiques kurdes. Les Kurdes d’Irak disposent légalement d’un président, Massoud Barzani, d’un gouvernement et d’un parlement. Plusieurs consulats étrangers sont installés dans la capitale Erbil, pôle de croissance économique attractif pour toute la région.
  • Les trois zones kurdes autonomes syriennes : Le 12 novembre 2013, le Parti de l'union démocratique (PYD), jumeau du PKK turc, annonce l'autonomie du Kurdistan syrien. Cette administration gère depuis dans trois régions sans continuité territoriale les questions "politiques, militaires, économiques et de sécurité dans la région".
  • Les communes autogérées turques : Deux ans et demi après le cessez-le-feu, des affrontements meurtriers ont repris cet été entre forces de sécurité turques et rebelles kurdes. A quelques semaines des législatives anticipées du 1er novembre, l'AKP au pouvoir poursuit une "logique de guerre", selon les deux députés démissionnaires du HDP, premier parti pro-kurde à avoir été représenté à l'Assemblée. Cette escalade quotidienne de violence aurait provoqué la mort de 1.200 personnes, et suscité une succession de déclarations d'auto-gouvernement dans les principales villes kurdes d'Anatolie, du Conseil municipal paritaire de Cizre au quartier retranché de Batman ou Bismil.
  • Des Kurdes iraniens, écartés du rêve ? : Premier pays à voir se réaliser en 1946 le rêve d'un Kurdistan indépendant (l'éphémère République de Mahabad en 1946), et doté d'une province administrativement appelée "kurde", l'Iran contraste pourtant avec ses voisins dans la reconnaissance internationale des droits de la minorité kurde. La présidence de M. Ahmedenedjad est d'emblée marquée par une répression accrue et une contestation kurde de plus en plus radicale. Aujourd'hui, l'ennemi commun des Kurdes et du gouvernement iranien étant l'Etat islamique, les Kurdes d'Iran ne parviennent pas à trouver leur place dans ce combat, qui aurait pu porter ses fruits sur le terrain de l'unité et de la reconnaissance pour leur peuple.

_Ecoutez "Turquie, la continuation de la politique par d'autres moyens", _le Magazine de la rédaction, un reportage d'Eric Biegala.

A écouter sur France Culture, une sélection d’émissions récentes diffusées sur les Kurdes et le Kurdistan :

Kurdistan Irakien : Naissance d'un pays

44 min

Table ronde d'actualité internationale - Turquie : Jusqu’où ira l’offensive d’Ankara contre les

50 min

Les Kurdes à l’épreuve de la guerre / France-Russie : les conséquences diplomatiques de l’affaire du

1h 17