Publicité

L'allergie aux plaques

Par

Lors d'une discussion récente avec un prochain invité de L'Atelier du Son , il fut question du 37 rue de l'Université (Paris 7e). C'est à cette adresse que se tenait le Club d'Essai, lieu d'expériences radiophoniques, ainsi que les laboratoires sonores et musicaux de Pierre Schaeffer jusqu'à la fin des années 50. Peut-être qu'à force de l'évoquer, on arrivera un jour où l'autre à assécher cette nostalgie d'un endroit dédié au maniement du son et à la découverte de ses pouvoirs - mais là n'est pas la question ;).

/
/
© Radio France - TB

Ce futur invité a été un habitué du lieu, avant de se retrouver via le Service de la Recherche de l'ORTF dans d'autres satellites de l'audiovisuel public puis dans notre Maison de la radio. Mais il a connu cet hôtel particulier, décrit par Jean Tardieu comme un "satellite heureux", dont les grands traits n'ont pas changé cinquante ans plus tard.Pour le piéton, Paris peut vibrer par les plaques de marbre gravé posées sur les façades. On y rappelle les faits de Résistance, parfois les morts de la Libération de Paris, ou encore des vies d'artistes passées derrière les murs. La plaque pour trace, la trace comme écho.

Publicité

Le 37 rue de l'Université abrita liberté et tentatives, invention et découvertes. On entrait sans frapper, racontaient ceux qui y étaient passé à l'âge de leurs 20 ans. C'est sans doute une métaphore, mais ça donne une idée de l'esprit.

Au cours de cette discussion, cet invité (à venir) me dit qu'il a été question d'une plaque commémorative, rappelant l'époque bouillonnante de l'immeuble, aujourd'hui anonyme. Et il ajouta : *"Les habitants s'y sont opposés. Ils craignaient les curieux. Pierre Schaeffer, c'est de la musique, ils avaient peut-être peur d'un effet Gainsbourg" * (dont la maison est continuellement graffitée).

Par le premier phonogène à coulisse ! Par tous les morphophones ! Si un jour une plaque à la mémoire du travail de Tardieu et Schaeffer génère un tag de fan, à soixante ans de distance, réjouissons-nous ! Pour eux et pour le quartier. Le 7e arrondissement, à deux pas des caves de St Germain-des-Prés qui s'agitaient à la même époque que le Club d'Essai et que le GRM (Groupe de recherches musicales), a été un espace vivant et jeune. Aujourd'hui les portes semblent se fermer même aux tentatives de s'en souvenir. Quoi qu'il en soit, les murs n'ont pas besoin de plaque pour continuer de résonner...