Publicité

L'anthropologue franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran pour des raisons inconnues

Par
"Ce qui s'est passé me préoccupe beaucoup", a déclaré ce lundi Emmanuel Macron au sujet du sort de Fariba Adelkhah
"Ce qui s'est passé me préoccupe beaucoup", a déclaré ce lundi Emmanuel Macron au sujet du sort de Fariba Adelkhah
- Capture d'écran d'une vidéo de "le cavalier bleu" de 2009

Fariba Adelkhah, directrice de recherche au Centre de recherches internationales de Sciences Po, a été arrêtée en juin dernier en Iran où elle effectuait ses travaux, affirme Le Point, relayant un site iranien. Le Quai d'Orsay a demandé des explications à Téhéran, sans réponse précise.

Fariba Adelkhah, anthropologue franco-iranienne de 60 ans, a disparu en Iran depuis trois semaines. La nouvelle a été confirmée ce lundi par le ministère des Affaires étrangères qui a indiqué qu'"aucune réponse satisfaisante n’a été apportée à ses demandes (d'information) à ce jour". Pour Le Point, qui a révélé l'affaire, elle a été arrêtée à son domicile de Téhéran, en juin, par les Gardiens de la révolution iraniens. Emmanuel Macron s'est dit préoccupé par cette nouvelle qui intervient alors que la France tente d'apaiser les tensions croissantes entre l'Iran et les Etats-Unis. 

Une spécialiste des réseaux religieux et du féminisme arrêtée sans raison précise

Souvent invitée sur notre antenne, comme en février dernier dans Culture Mondes, Fariba Adelkhah est directrice de recherche au CERI, le centre de recherches internationales de Sciences Po, à Paris. Très respectée par ses pairs, elle a obtenu son doctorat en anthropologie à l’EHESS en 1989. Membre des comités scientifiques de Iranian Studies et de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, ses recherches portent sur l’anthropologie sociale et l’anthropologie politique. Auteure de tribunes dans Le Monde au moment de la contestation verte (en 2009), cette spécialiste des réseaux religieux et du féminisme en Iran travaillait notamment ces derniers temps sur les relations transfrontalières entre l'Iran et l'Afghanistan, autour du thème de la femme.

Publicité
58 min

En août 2009, Fariba Adelkhah avait déclaré dans un entretien à l'Express : "En Iran, le chercheur est considéré comme un agent 007." Elle réagissait à la libération de Clotilde Reiss, chercheuse française arrêtée en Iran pour "espionnage". La jeune femme n'avait pu revenir en France qu'en mai 2010.

34 min

Invitée des Matins ce mardi, la journaliste du Point Armin Arefi explique que l'arrestation de Fariba Adelkhah a été révélée vendredi dernier par le site internet iranien de défense des droits de l'homme Gozaar, basé aux États-Unis. Une information confirmée dimanche à demi-mot par le porte-parole du gouvernement iranien lors d'un point presse, selon l' agence de presse semi-officielle Tasnim News : "J'ai entendu cette information.", a déclaré Ali Rabiei.

Le régime des mollahs s'en est déjà pris plusieurs fois à des binationaux. Rappel de Nathanaël Charbonnier

1 min

1h 02

Emmanuel Macron préoccupé dans un contexte de fortes tensions entre l'Iran et les Etats-Unis

"Ce qui s'est passé me préoccupe beaucoup", a déclaré le chef de l'Etat, depuis la Serbie où il était en visite. Emmanuel Macron a demandé des "clarifications" à son homologue iranien, Hassan Rohani. Mercredi dernier, le conseiller diplomatique du Président français, Emmanuel Bonne, avait rencontré ce même Hassan Rohani à Téhéran pour tenter d'apaiser les très fortes tensions actuelles entre l'Iran et les Etats-Unis, au sujet notamment du nucléaire.

Lors de son point presse de ce lundi, le Quai d'Orsay a de son côté précisé que "les autorités françaises ont été récemment informées de l’arrestation en Iran de Mme Fariba Adelkhah, ressortissante de double nationalité française et iranienne". Avant d'ajouter :

Les autorités françaises ont dans ce contexte effectué des démarches auprès des autorités iraniennes pour obtenir de leur part des informations sur la situation et les conditions de l’arrestation de Mme Adelkhah et demander un accès consulaire comme il est prévu dans ces circonstances, préalable nécessaire à sa libération rapide.                                                
Aucune réponse satisfaisante n’a été apportée à ces demandes à ce jour.                                                
La France appelle les autorités iraniennes à faire toute la lumière sur la situation de Mme Adelkhah et leur réitère ses demandes, en particulier celle d’une autorisation sans délais pour un accès consulaire.