Publicité

L'art de la préhistoire à travers 4 grottes ornées

Gravures rupestres de la grotte d'Altamira (Espagne)
Gravures rupestres de la grotte d'Altamira (Espagne)
© Getty - Universal History Archive

France Culture Education. Véritable grotte ou simple abri sous roche, les chefs-d'œuvre de l'art pariétal fascinent depuis la découverte des peintures et gravures d'Altamira en 1879. Une sélection d'émissions pour découvrir quatre "chapelles Sixtine" de la préhistoire et leurs extraordinaires représentations d'animaux.

Avec sa ronde d'aurochs, de chevaux, de cerfs, de taureaux, de bisons, ses mains négatives, ses figures anthropomorphes parfois, avec ses lignes pures, sa palette d'ocres, de bruns, de rouges et de noirs, l’art pariétal fascine. Il nous ramène à nos origines, nous semble paradoxalement proche et lointain. Depuis la découverte en 1876 de la première grotte ornée en Espagne, il a pourtant fallu du temps aux hommes du XXe siècle pour accepter que ces peintures soient bien l'œuvre de leurs ancêtres du paléolithique. Jusqu'aux années 1950, nombreux étaient ceux qui n'acceptaient pas que ces hommes, venus s'installer progressivement dans toute l'Europe durant l'ère glaciaire, aient été capables de réaliser de tels chefs-d'œuvre. Depuis, les progrès de la datation au carbone 14 ont permis de démontrer le contraire. Cette sélection d'émissions propose de partir à la découverte des grottes Chauvet et Cosquer, de celle d'Altamira et de Lascaux, dont le sens des superbes représentations d'animaux qui ornent leurs parois nous demeure encore en partie mystérieux.

A l'entrée des gorges de l’Ardèche, la grotte Chauvet raconte l'histoire des premiers homo sapiens arrivés en Europe il y a 36 000 ans. Celle, aussi, de ceux qui, à la même époque, se sont avancés dans son obscurité pour réaliser des gravures et des peintures pariétales extraordinaires : des chevaux, des lions, des rhinocéros et bien d’autres animaux saisis sur le vif, courant, chassant ou s’affrontant. Découverte en 1994, la grotte Chauvet est la plus vieille grotte ornée au monde. Forts des erreurs commises dans la grotte de Lascaux, archéologues et scientifiques ont défini pour la protéger un protocole d’étude très strict. Cette émission propose de découvrir cette grotte fermée au public pour des raisons de conservation, mais dont la reconstitution qui en a été faite a ouvert ses portes en 2015.

Publicité
58 min

Située à Santillana del Mar, près de Santander en Cantabrie​, la grotte d'Altamira est la plus célèbre de toutes les grottes ornées d'Espagne. Surnommée la chapelle Sixtine de l’art quaternaire, ses peintures constituent un chef d'œuvre de l'art rupestre paléolithique. En 1879, Maria, une petite fille de 8 ans qui accompagne son père, l'archéologue Marcelino Sanz de Sautuola, qui effectue des fouilles dans la grotte, s'écrie qu'elle a vu des taureaux peints au plafond. Mais la communauté archéologique internationale se déclare sceptique vis-à-vis de cette découverte et l'archéologue espagnol est considéré comme un affabulateur, voire un imposteur par les préhistoriens de l'époque. A partir de cette histoire qui en marque le point de départ, cette émission retrace l'histoire de la lente reconnaissance de l’art pariétal, qui ne sera officiellement reconnu qu'en 1902 par ses deux "parents", les préhistoriens français Henri Breuil (1877-1961) et Emile Cartailhac (1845-1921).

55 min

Le 12 septembre 1940, Marcel Ravidat, 18 ans, Jacques Marsal, 15 ans, Georges Agniel, 16 ans, et Simon Coencas, 13 ans, explorent les alentours du village de Montignac en Dordogne à la recherche d’une entrée menant aux souterrains du château de Lascaux. Rêvant de découvrir un trésor enterré, les quatre adolescents s'introduisent dans une étroite galerie souterraine repérée quelques jours auparavant. Ce qu'ils vont découvrir à la place du trésor espéré va bouleverser à jamais notre connaissance du monde préhistorique. Les peintures couvrant les parois de la grotte représentent en effet un témoignage inestimable de l'art des homo sapiens qui s'y sont aventurés il y a 21 000 ans. Dans cette archive exceptionnelle enregistrée en 1948, Marcel Ravidat et Jacques Marsal reviennent sur leur découverte, huit ans auparavant, de cette grotte dont la troisième réplique a été inaugurée en décembre 2016, permettant d'admirer en situation, et jusque dans le moindre détail, la totalité de ses peintures.

Située dans la calanque de la Triperie, à Marseille, près du cap Morgiou, la grotte Cosquer - du nom de son inventeur, le plongeur Henri Cosquer qui l'a découverte en 1985 - est la seule grotte sous-marine ornée du monde. Occupée au Paléolithique (vers -27 000 puis -19 000 ans), elle était à l’air libre : la mer était alors située 130 m plus bas. A la fin de la période glaciaire, l’eau commence à monter, et engloutit petit à petit les salles. Aujourd'hui, l’entrée de la grotte se situe à 37 m de profondeur, et de la cavité originelle, il ne reste plus qu'un tiers, soit les deux plus hautes galeries. Cette émission, en donnant la parole à un spécialiste des grottes ornées, Laurent Bruxelles, permet de comprendre le travail archéologique mené dans la grotte Cosquer, sur les parois de laquelle plus de 500 peintures et gravures ont été inventoriées : des mains noires et rouges, des chevaux, bisons, bouquetins, et même - c’est unique en art pariétal - de grands pingouins et des phoques.

27 min