Publicité

L'asile pas à pas #1 : l'Ofpra prépare sa mission en Grèce

Par
Réfugiés arrivant à Lesbos en novembre 2015
Réfugiés arrivant à Lesbos en novembre 2015
© Reuters - Yannis Behrakis

série. La France s’est engagée à relocaliser 32 000 réfugiés de Syrie, d’Irak et d'Érythrée en 2 ans. Comment les choisir ? Comment les accueillir ? Notre série suit pas à pas, mois après mois, l’itinéraire de ces réfugiés et les coulisses de leur nouvelle vie française.

1er épisode : Préparer la mission

Dans les locaux de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides, à Fontenay, Mourad Derbak et Hugo Bechtel, de la division Europe Proche-Orient, se préparent à partir à Athènes. Une nouvelle mission hors les murs de l'Ofpra qui multiplie les entretiens avec les demandeurs d'asile dans les campements en France, notamment à Calais, mais aussi dans les camps du Haut Commissariat aux Réfugiés (UNHCR) au Proche-Orient - au Liban, en Jordanie ou encore en Égypte. Désormais, les agents se déplacent de plus en plus fréquemment en Grèce et en Turquie. En mai, puis en septembre 2015, la Commission européenne a réparti des quotas de relocalisation de réfugiés par pays européen afin de soulager la Grèce et l'Italie, submergés par les arrivées massives via la Méditerranée. Voici la répartition de ces quotas, ainsi que les places réellement ouvertes par pays, au 31 mai 2016 :

A écouter : "Les politiques d'accueil des réfugiés, avec Pascal Brice, directeur de l'Ofpra", L'Esprit public et "L'Ofpra hors les murs, à la rencontre de demandeurs d'asile en Grèce", Le Choix de la Rédaction

Publicité

L'Ofpra dispose de bureaux permanents à Athènes, c'est le seul pays européen dans ce cas, signe de la volonté de la France d'accélérer la cadence des relocalisations. Les missions s'y multiplient. En ce mois de mai, quelque 300 demandeurs d'asile syriens et irakiens ont rendez-vous pour passer un entretien. Ce sont les Grecs qui sélectionnent les dossiers. Les agents français viennent ensuite instruire les demandes.

A écouter : "Des migrations à l'exode (2/4) - Europe": la solidarité prise en défaut", Culturesmonde

Ce sont des missions très particulières, nous explique Mourad Derbak, chef de la division Europe Proche-Orient. Cet ethnologue de formation a intégré l'Ofpra en 1990 comme officier de protection. Sa longue expérience des conflits - Kosovo, Irak, Liban, Tchétchénie, Algérie... le mène toujours sur le terrain, notamment pour préparer ces missions hors les murs. Habituellement, ce sont les demandeurs d'asile qui viennent à l'Ofpra, mais là, les agents français se déplacent au plus près des drames vécus avant et pendant l'exil :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Cette vulnérabilité plus grande des demandeurs d'asile entendus lors de ces déplacements hors les murs est bien sûr une donnée prise en compte, ajoute Hugo Bechtel :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Deux caps ont été franchis fin mai 2016 selon le HCR : plus de 200 000 migrants et réfugiés ont traversé la Méditerranée pour arriver en Europe - en Grèce et en Italie, et plus de 2 500 personnes sont mortes lors de leur traversée :

Organiser ces missions hors les murs représente à chaque fois un défi logistique note Mourad Derbak. Habitué de ces missions, il se souvient de sa toute première avec l'Ofpra, au Kosovo, en 1999 : 8 000 personnes parmi les plus vulnérables avaient été ainsi exfiltrées par Paris et accueillies en France en 6 mois. Ces missions à l'étranger, explique-t-il, représentent toujours un défi logistique. Il revient sur la particularité de la Grèce où des dizaines de milliers de réfugiés sont dispersés dans l'ensemble du pays, souvent dans des conditions très précaires :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

A suivre : 2e épisode à Athènes - les entretiens avec les réfugiés candidats à la relocalisation.