Publicité

L'écrivain comorien Ali Zamir obtient finalement son visa

Par
L'écrivain comorien Ali Zamir
L'écrivain comorien Ali Zamir
- DR Editions Le Tripode

L'auteur d' "Anguille sous roche", publié aux éditions Le Tripode, s'était vu refusé son visa. La mobilisation menée par son éditeur, Frédéric Martin, lui a permis d'obtenir l'autorisation de venir.

Ali Zamir pourra finalement bien prendre l'avion pour la France comme prévu le 3 septembre, et répondre à l'invitation de festivals littéraires, comme les Bibliothèques idéales, à Strasbourg, et les Correspondances de Manosque.  Le ministère de l'Intérieur a expliqué mercredi 17 août que l''écrivain comorien a désormais toutes les autorisations nécessaires. 
Il aura fallu pour cela la mobilisation de Frédéric Martin, directeur des éditions Le Tripode, et éditeur de ce jeune auteur comorien. Il avait fait savoir la veille qu'Ali Zamir s'était vu refuser son visa. "Nous allons pouvoir accueillir cet écrivain, auteur d'un immense texte", se réjouit l'éditeur.

L'écrivaine Véronique Ovaldé est l'une des premières à avoir signé la pétition mise en ligne pour demander un visa pour Ali Zamir. La situation m'a paru ahurissante", explique-t-elle.  Le texte d'Ali Zamir est "fulgurant" et "c'est une chance pour la France qu'il y ait des gens comme lui qui écrivent en français de l'autre côté de l' Océan Indien".

Publicité

Véronique Ovaldé est l'une des premières à avoir signé la pétition

1 min

Le ministère de l'Intérieur affirme aujourd'hui que le visa que "n'avait pas été refusé, le dossier était toujours en cours d'instruction (...) C'était un peu long mais la décision a été rendue".

La préfecture de La Réunion avait en fait  refusé le transit de l'écrivain sur le territoire de ce département d'Outre-mer, sans préciser les raisons de cette décision. "Le dossier administratif fait trois lignes. Il est noté "refus de visa," motif de refus "refus de la la préfecture de La Réunion". Donc le motif du refus est un refus ! Quand vous voyez ça, vous vous dites c'est un autre monde, raconte Frédéric Martin (...) La France, et l'Europe en général, sont en train de transformer le continent en citadelle."

Frédéric Martin, directeur des éditions Le Tripode

2 min

Frédéric Martin répond à Marie-Pierre Vérot.

Le premier roman du jeune écrivain comorien - qui réside sur l'île d'Anjouan -  a déjà été sélectionné par plusieurs prix littéraires, comme le Prix du roman Fnac, le Prix de littérature francophone Senghor, le Prix Stanislas du premier roman et le Prix Hors Concours.

Pour son éditeur, ce jeune auteur "est une incarnation de la culture française dans ce qu'elle peut avoir de généreux. Quand on a la chance d'avoir un auteur de cette ampleur là on l'accueille, pas pour lui faire plaisir, mais pour nous faire du bien."

Une pétition pour demander un visa pour Ali Zamir avait été mise en ligne.