Publicité

"L'Enfer", le spectacle le plus dantesque

Par
"L'Enfer de Dante", avec Syd Maters, Marie-Sophie Ferdane, et les solistes.
"L'Enfer de Dante", avec Syd Maters, Marie-Sophie Ferdane, et les solistes.
© Radio France - Pierre Ropert

Avignon 2016. Avez-vous déjà vu... "L'Enfer", de Dante, interprété sur une musique pop et mélancolique ? Dans la série "Le spectacle le plus...", nous vous proposons de découvrir un extrait de la "Divine Comédie", sur une musique composée par le groupe Syd Matters, superbement interprété par Marie-Sophie Ferdane.

"Donc pour ton mieux je pense et je dispose / que tu me suives, et je serai ton guide, / et je te tirerai d’ici vers le lieu éternel / où tu entendras les cris désespérés / de ceux qui hurlent à la seconde mort." / Alors il s’ébranla, et je suivis ses pas." L'Enfer Dante.

Sous les platanes, la nuit à peine tombée, la voix de Marie-Sophie Ferdane résonne dans l'enceinte du Musée Calvet. Ce soir, elle est Dante, et le timbre de sa voix entraîne avec elle les spectateurs au fin fond des abysses. Si c'est Virgile qui guide Dante le poète dans les neuf cercles de l'Enfer, c'est, ici, le groupe Syd Matters et les solistes de la Maîtrise de Radio France qui enlèvent les spectateurs jusque dans les abîmes sans fonds des mondes souterrains. Avec eux, ils traversent le Styx, croisent la route du Cerbère, dévisagent Nemrod et toisent Lucifer lui-même. Les compositions de Jonathan Morali, qu'on aurait pu imaginer percussives, brutales, conformes à l'idée que l'on se fait des enfers, prennent le contre-pied parfait de nos attentes infernales, et proposent a contrario une transe, un espèce de cauchemar lent pour visiter les limbes.

Publicité

"J'ai toujours lu "L'Enfer" de Dante comme quelque chose de très personnel, clarifie Jonathan Morali, leader du groupe Syd Matters. C'est l’enfer DE Dante, l'enfer qui a donné l’image des enfers de la culture occidentale moderne. Ca part d’une image qui est très personnelle, très intime. Dante parle d’un moment de sa vie, de son temps, et j’ai essayé d’aborder ça d’un point de vue très intime, très intérieur."

"J'ai abordé cela comme un cauchemar plus que comme quelque chose de grandiloquent et spectaculaire, ce qui est en général l’interprétation qui est faite de cette oeuvre." Jonathan Morali, de Syd Matters

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La version proposée par France Culture de "L'Enfer de Dante" est le troisième opus de la collection Fiction Pop, après "Vendredi ou les limbes du Pacifique" avec Michel Humeau et Moriarty pour "Le Maître et la Marguerite" de Boulgakov. Le groupe Syd Matters, emmené par le musicien et chanteur Jonathan Morali, s'est prêté au jeu de la composition sur une oeuvre de son choix : "Alexandre Plank [ndlr : le réalisateur de cette adaptation radiophonique] m’a demandé de choisir dix ouvrages qui m’intéressaient pour en faire une adaptation musicale. J'avais mis "L'Enfer" un peu par hasard, parce que c’est un bouquin qui me fascine depuis longtemps, se rappelle Jonathan Morali. Je ne pensais pas vraiment que ça pourrait coller à ce genre d’exercice. Mais c’était tellement improbable, qu’un groupe pop français essaye de faire une adaptation de Dante, que ça lui a tout de suite plu. C'est le fait que, justement, ce ne soit a priori pas très évident."

"Tout est parti du contraste qu’il y avait entre nous, d’où on vient, et cette oeuvre classique gigantesque." Jonathan Morali, de Syd Matters

"L'Enfer" de Dante, de par ses descriptions très imagées, dures, convient en effet parfaitement, explique Alexandre Plank, à l'exercice radiophonique :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Toute la difficulté, donc, a été de lier ensemble les textes et les sons d'ambiance. Les musiques de Syd Matters sont des musiques d'atmosphère, elles accompagnent le récit, l'exaltent. "A partir du moment où les musiciens sont sur des atmosphères, ils ne travaillent pas sur des images exactes, précise Alexandre Plank. Ils ne nous disent pas 'C’est cette partie qu’on veut garder, parce qu’on en a besoin'. Donc c’est Pauline Timmonier [ndlr : l'adaptatrice] et moi qui avons choisi les passages que l’on trouvait magnifiques. On a essayé de garder une histoire cohérente, de faire en sorte que ça se comprenne, qu’on soit avec Dante, qu’on le suive dans ces pérégrinations, sur son chemin."

"Mon maître entre dans le marais qui a le nom [de] Styx, / le sinistre ruisseau, [et] il arrive / au pied d’affreuses berges grises. / Et moi qui regardais très fixement, / je vis des gens boueux dans ce marais, / tous nus, et à l’aspect meurtri. / Ils se frappaient, mais non avec la main, / avec la tête, avec la poitrine, et avec les pieds, / tranchant leurs corps par bribes, avec les dents." L'Enfer, de Dante.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Jonathan Morali surtout, a abordé le texte "comme un élément musical" pour l'intégrer à sa composition. "La musique n'a pas été faite autour du texte, assure-t-il, mais le texte a été conformé à une forme plus musicale, comme s'il s'agissait d'un instrument. [...] On a travaillé d'une manière très musicale, Pauline Timmonier écoutait les morceaux, moi j'écoutais le texte, et on a essayé de faire du découpage presque rythmique, très mélodique, et donc abordé ces moments-là d’un point de vue de musicien. [...] Je n'aurais pas pu faire autrement, ça aurait été une catastrophe, on ne va pas se mentir !"

Jonathan Morali, pour accompagner ses compositions, a choisi d'incorporer les voix des solistes de la Maîtrise de Radio France. Cet agencement musical à trois voix (Syd Matters, les solistes et l'interprète du texte) crée un rythme qui, s'il est toujours juste, semble parfois curieusement décalé. Car le texte original de Dante est en tercets, et il faut donc en préserver l'unité, particulièrement au niveau du sens, afin de ne pas déstructurer l’ensemble du rythme. "On est tous dans des rythmes différents, estime Marie-Sophie Ferdane, l'interprète, entre le chœur qui a des choses à faire avec une grande amplitude et moi qui dois avancer de manière concrète, et parfois rompre le rythme de la musique pour être sûr que le sens prime".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Le texte est une référence pour avoir des repères, confirme la soliste Alexandrine Monnot. Et Jonathan nous faisait des signes pour savoir quand on devait commencer ou s'arrêter. Mais il y a aussi des chansons où nous commencions nous-mêmes, ce qui était plus facile, et nous reconnaissions certaines mélodies. On notait sur nos partitions, par exemple, 'deux fois tel motif, sur tel instrument' pour nous repérer. Mais c'est vrai qu'on a pas eu un filage tout de suite parfait, ça a pris un peu de temps."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La prestation finale a laissé les spectateurs largement conquis, hochant la tête en rythme sans le réaliser. Si "L'Enfer" de Dante tient du cauchemar éveillé, ce monument de la littérature, porté par la musique lancinante de Syd Matters et la voix, puissante et presque murmurée, de Marie-Sophie Ferdane, c'est, pour une fois, un cauchemar que l'on prend plaisir à vivre.

  • "L'Enfer, de Dante", ce lundi 11 juillet à 21 h, au musée Calvet d'Avignon. Cette fiction pop pourra être écoutée à l'antenne de France Culture le mardi 12 juillet, à 20 h.