Publicité

"L'essentiel aujourd'hui pour Disney c'est "La Guerre des étoiles", mais surtout d'attaquer Netflix"

Par
© AFP - Ethan Miller / Getty

Entretien. Disney vient d'annoncer la préparation d'une "toute nouvelle trilogie" de "La Guerre des étoiles", à quelques jours de la sortie l'épisode VIII, tout en révélant des résultats en baisse, inférieurs aux attentes des analystes. Avec en tête de rivaliser avec Netflix.

Le groupe Disney a annoncé jeudi une nouvelle trilogie de "La Guerre des étoiles", la quatrième, mais aussi une série télévisée Star Wars pour son futur service de diffusion en flux, prévu fin 2019. Acheté en 2012 à George Lucas, l'épopée intergalactique est devenue la franchise cinématographique la plus rentable de tous les temps, déclinée en jouets, produits dérivés en tous genres ou attractions dans des parcs. A eux seuls, les deux derniers films ont rapporté 3 milliards de dollars. Fan de la première heure de la saga, journaliste à Paris Match et chroniqueur cinéma pour franceinfo, Fabrice Leclerc nous a expliqué comment Disney mise sur Star Wars

Star Wars est-elle définitivement devenue un pilier stratégique de Disney ?

Publicité

Oui.  Parce que cela génère énormément d'argent. Et c'est aussi une marque extraordinaire. Bob Iger, le PDG de Disney, parlait hier de Star Wars comme du "plus grand mythe moderne". Donc avoir cette marque est pour eux essentiel. Après, il faut vraiment relativiser les choses. L'annonce d'une nouvelle trilogie n'est pas uniquement due à la baisse des résultats de Disney. Elle tombe certes au bon moment, mais elle était attendue depuis longtemps et je crois que ce sont deux dossiers totalement différents. 

Ces annonces ne sont pas destinées aux investisseurs ?

L'occasion fait le larron. C'est vrai que révéler une nouvelle trilogie et une série à venir est fait pour rassurer les investisseurs. Mais une nouvelle trilogie, on en parlait depuis plusieurs mois et la baisse des résultats est presque une goutte d'eau dans cette empire. L'essentiel aujourd'hui pour Disney, c'est évidemment Star Wars, mais c'est surtout le fait que Disney a décidé de lancer une plateforme concurrente de Netflix. C'est ce qui agite aujourd'hui le monde hollywoodien. Disney est décidé à "se payer" Netflix et à utiliser tous ses grands coups, et notamment ses films, pour ce projet fédéré avec d'autres studios de cinéma.  Cette plateforme de diffusion est le grand enjeu économique actuel. Plus que la nouvelle trilogie Star Wars, qui va certes ramener beaucoup de "cash", mais qui n'est qu'une goutte dans l'empire Disney. Parce que Disney ce sont aussi Marvel, les parcs, beaucoup de chaînes de télévision, et aujourd'hui le plus gros empire de l'entertainment à Hollywood. 

5 min

La Guerre des étoiles est-elle une arme de destruction massive face à Netflix ?

On peut dire ça. En tout cas, il s'agit de relancer et conforter la machine Disney face à Netflix. Aujourd'hui, Netflix est le grand acteur de la vidéo à la demande dans le monde. Les studios hollywoodiens avaient passé des accords avec Netflix. Aujourd'hui, le fait que Disney s'attaque à cet empire avec la collaboration des autres studios américains va entièrement rebattre les cartes et amener une nouvelle donne à Hollywood. Et à Hollywood, on est là pour parler business et pas artistique. Cette plateforme de diffusion de Disney est LA grande annonce de ces derniers jours, et Star Wars est la cerise sur le gâteau.

C'est "Disney contre attaque" ? 

C'est plutôt "Le retour de Disney" (rires)... dans la diffusion de contenus. Après, Star Wars est bien sûr un élément primordial, un vecteur d'audience. On lance une nouvelle trilogie, mais on lance aussi et surtout une série télé, qui va être je pense le fer de lance de la nouvelle plateforme. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Et Disney s'attendait à une telle rentabilité de son achat en 2012 ?

Il y a plusieurs logiques dans ce rapprochement et il faut savoir que George Lucas discutait depuis très longtemps avec Disney. Il y avait déjà eu un projet il y a une vingtaine d'années entre les deux marques. C'est vrai qu'aujourd'hui La Guerre des étoiles représente un ou deux milliards de recettes par film. La société Lucas film a été achetée pour un peu plus de quatre milliards de dollars et c'est une très bonne affaire. Il y a les produits dérivés qui sont une manne absolument énorme. Et cette manne est quasiment inquantifiable aujourd'hui. On estime entre 20, 30, 40 milliards de dollars de revenus globaux. C'est quelque chose de tentaculaire et presque sans fin.

Vous soulignez pour autant la liberté éditoriale de Lucas film

Oui. Parce que la société est dirigée aujourd'hui par Kathleen Kennedy, l'ancienne productrice de Spielberg et qui a beaucoup travaillé avec George Lucas. Et elle a elle une façon de travailler totalement indépendante. Avec des messages que l'on fait passer qui ne passent pas forcément ailleurs : une femme et un Noir sont les héros de la nouvelle saga. Disney est là pour "marketer" ses films, pour les sortir, pour travailler sur tous les dérivés. Mais la production d'un Star Wars reste très autonome. Et Kathleen Kennedy consulte encore George Lucas. Même si lui a été extrêmement clair : il voulait partir à la retraite. Je crois qu'il a passé la main et qu'il regarde cela d'un œil amusé et de retraité heureux, très en retrait. 

Mais jusqu'où peut aller cette galaxie qui s'étend ?

C'est une galaxie qui s'étend de plus en plus, mais ce n'est pas très particulier à Star Wars. Regardez Harry Potter, il y a eu sept ou huit films et il y a aujourd'hui des parcs d'attraction. James Bond, on en est à plus de 40 films. Ou regardez ce qu'il se passe avec Marvel et cette déclinaison de tous ses héros. C'est la façon en ce moment de travailler à Hollywood : une production très typée, très normalisée. Star Wars s'insère là-dedans. Cela peut continuer, même si je ne pense pas que l'on puisse créer une trentaine de films pour cette saga. Mais la nouvelle trilogie me semble assez logique, et les "spin off", ces films qui gravitent autour de l'histoire officielle, peuvent être assez intéressants. Il y en a un sur Han Solo qui sortira l'année prochaine, avant d'autres. Oui, il y a une envie de business évidente, mais il y a aussi, en tout cas dans la démarche de Kathleen Kennedy que j'ai rencontrée plusieurs fois, la volonté de préserver le temple. Cette femme qui a présidé les Oscars et le syndicat des producteurs américains n'est pas là avant tout pour faire de l'argent, mais pour continuer la saga et que cela soit le plus respectable possible. Elle me l'avait dit : "Je n'ai aucun intérêt à casser la poule aux œufs d'or. Je suis là pour continuer le travail de George Lucas".   

Pas de risque donc d'entamer le mythe, par exemple en passant du grand au petit écran ?

La série animée Star Wars Rebels existe déjà depuis longtemps et Lucas avait eu le projet d'une série télé en son temps. Ce ne sont pas des projets qui datent de quelques jours. Ils ont dix ou quinze ans et continuent à prendre vie. Mais dieu sait que la télévision américaine peut être de qualité, parfois plus que le cinéma d'ailleurs, et décliner une telle marque est juste une continuation de ce qu'avait lancé George Lucas.

Et les fans ne vont pas décrocher ?

On peut toujours dire que c'était mieux avant. Mais le fait essentiel de La Guerre des étoiles, et unique dans l'histoire du cinéma, est que cette saga en est à sa troisième ou quatrième génération de fans, sans perdre de sa force. Excepté peut-être James Bond. Avec aujourd'hui des adolescents et surtout des enfants pour qui cette saga est une marque essentielle. Il faut se souvenir que La Guerre des étoiles a 40 ans ! Donc les fans sont très multiples et la grande force est de pouvoir rayonner de 7 à 77 ans presque. C'est le brio de George Lucas, qui a aussi su parler à des gens sur la planète entière et inventer des jouets et des produits dérivés pour son histoire. A l'époque où tout le monde pensait que cela allait être un énorme échec, Lucas avait dit pour finir son film à la Fox qui devait le distribuer : "Ne me payez pas, je veux juste garder les droits sur les jouets et les produits dérivés."

A découvrir : Génération Jedi (franceinfo)