L'UE est-elle une création européenne ?
L'UE est-elle une création européenne ?

L’Europe est-elle une création des États-Unis ?

Publicité

L’Europe est-elle une création des États-Unis ?

Par

Les Idées claires | L'Union européenne a-t-elle été créée par la CIA pour servir les intérêts américains ? C'est la question au cœur des Idées Claires, notre programme hebdomadaire produit par France Culture et Franceinfo destiné à lutter contre les désordres de l'information, des fake news aux idées reçues.

C'est un livre qui promettait des révélations fracassantes sur les origines de l'Union européenne. Pourtant, les dossiers secrets qu'il prétend révéler sont disponibles à tous en quelques clics. 

À quelques mois des élections européennes, Philippe de Villiers vient de publier J'ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu (Fayard). Un ouvrage sur la construction européenne et ses pères fondateurs. Parmi ces "révélations", Jean Monnet était en fait un agent de la CIA envoyé en Europe pour servir les intérêts des États-Unis et Robert Schuman, un ancien collaborateur de Vichy.

Publicité

Si Jean Monnet séjourne effectivement quelques temps aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, c'est surtout qu'il avait fui, comme beaucoup d'Européens, l'Occupation nazie. C'est de cet endroit qu'il prépare avec les Alliés la contre-offensive en Europe. Jean Monnet entretient après la victoire des liens étroits avec les États-Unis et ne s'en cachera jamais. 

Quant à Robert Schuman, s'il vote effectivement les pleins pouvoirs à Pétain en juillet 1940, dans les semaines qui suivent la débâcle de l'armée française, il prend immédiatement ses distances avec la politique du régime de Vichy. 

Il se réfugie dans sa Lorraine natale où il est arrêté par la Gestapo et emprisonné. Il est frappé d'indignité nationale automatiquement après la Libération, comme tous ceux qui ont été ministres de Pétain. Il est pourtant blanchi dès septembre 1945, par la commission de la Haute Cour.

Avec cet ouvrage, l'ancien candidat du Mouvement pour la France (MPF) reprend des thèses développées depuis longtemps par les partis eurosceptiques, notamment l'Union Populaire Républicaine (UPR) de François Asselineau. 

Ces arguments qui font de l'Union européenne un projet politique téléguidé par les États-Unis et d'inspiration nazie sont-ils valides historiquement ? Nous avons posé la question à Éric Roussel, journaliste et auteur d'une biographie de Jean Monnet.

L’Europe est-elle une création des États-Unis ?

Éric Roussel : "L’Europe n’a pas été pilotée à ses débuts par les services secrets américains. Ce qui est vrai, c’est qu’il y avait un contexte qui a fait que les États-Unis avaient un rôle de “protecteur”, notamment en raison de l’existence à l’Est de l’Europe, d’un État qui s’appelait l’Union soviétique. Ce danger commun, qui était perçu par beaucoup de responsables a favorisé le rapprochement entre les États-Unis et l’Europe à cette époque."

Jean Monnet était-il un agent de la CIA ?

Éric Roussel : "Présenter Jean Monnet comme un agent de la CIA relève aussi du complotisme. Il était proche des Américains, il ne l’a jamais caché, d’ailleurs ses archives sont ouvertes. Il s’est trouvé aux États-Unis de 1940 à 1943. Il a été associé de très près à l’élaboration de ce qu’on appelle le “Victory program”, le programme d’armement qui a permis d’abattre les forces de l’Axe. Le grand économiste John Maynard Keynes a dit que l’action de Jean Monnet avait raccourci la guerre d’un an. De ce fait, il avait un grand crédit aux États-Unis. Il a pu compter jusqu’à Kennedy à peu près sur l’appui du gouvernement américain."

Donc le projet européen est né aux États-Unis ?

Éric Roussel : "Le projet européen a mûri d’une certaine façon aux États-Unis pour la raison qu’il y avait un certain nombre de gens qui avaient fui l’Europe en raison de la victoire de l’Allemagne nazie. Il était exilé aux États-Unis, c’était également le cas de Paul-Henri Spaak, qui est devenu ensuite Premier ministre belge. 

C’était le cas de Monnet et c’était le cas d’un certain nombre de gens moins connus. Ils étaient tous à Washington pendant la guerre, ils se voyaient et ils ont essayé de réfléchir à des moyens d’éviter le retour de deux guerres mondiales qui avaient marqué le début du 20e siècle. À ce moment-là, on a commencé à échafauder, à penser à des projets d’unification, d’intégration européenne. Donc ces projets sont nés aux États-Unis de la réflexion de ces exilés."

Les États-Unis ont-ils financé la construction européenne ?

Éric Roussel : "Les Etats-Unis, plus ou moins directement ont certainement apporté un concours financier à l’unification européenne. Les historiens ont travaillé là-dessus. Un historien américain qui s’appelle Irwin Wall a écrit un livre qui fait la lumière sur tout ça “L’Influence américaine sur la politique française” qui était forte effectivement au début des années 1950 parce qu’il y avait cette menace soviétique qui était très importante. On vivait dans un contexte qui était pour le moins tendu."

Robert Schuman, l’un des pères fondateurs de l’Europe, a-t-il collaboré avec les nazis ?

Éric Roussel : "Robert Schuman, pendant quelques jours, a été membre du gouvernement de Pétain, il ne l’a jamais caché. Il y a eu une période intermédiaire entre le 16 juin et le 10 juillet 1940 durant laquelle Pétain s’est trouvé à la tête d’un gouvernement où il y avait d’ailleurs deux socialistes. Schuman faisait partie du gouvernement antérieur, il s‘est retrouvé membre de ce gouvernement Pétain. 

Il a voté les pleins pouvoirs à Pétain et ensuite il a observé une attitude complètement différente, il n’a absolument pas continué dans cette voie. Il a été relevé de la peine d’indignité nationale qui frappait automatiquement tous ceux qui avaient voté les pleins pouvoirs à Pétain et il a pu devenir ministre des Affaires étrangères et Président du Conseil. En 1940, il y a eu une période de flottement. Pétain a joué de l’image qu’il avait de “vainqueur de Verdun”. Et puis il était encore considéré comme un maréchal républicain, donc ça a trompé un certain nombre de gens."

La construction européenne était-elle une idée des nazis ?

Éric Roussel : "Présenter les choses en disant que le projet d’intégration européenne était en droit fil du projet hitlérien d’unification de l’Europe relève purement et simplement du complotisme. 

Walter Hallstein qui a été le premier président de la Commission européenne, était effectivement allemand, c’était un juriste. Il avait exercé ses fonctions dans les années d’avant-guerre. Il avait été obligé pour continuer à exercer ses fonctions d’adhérer à un certain nombre de groupements qui dépendaient plus ou moins du parti nazi. Il n’était pas le seul dans ce cas. 

On peut estimer qu’il aurait dû agir autrement. Pour autant il a été établi après la guerre qu’il n’y avait pas de sa part une adhésion au projet hitlérien. Il a été blanchi et il a pu devenir président de la Commission européenne. Les États-Unis qui étaient très vigilants sur le chapitre de la lutte contre le nazisme n’auraient pas appuyé quelqu’un qui aurait eu un passé national-socialiste pour devenir président de la Commission européenne."

Écoutez et abonnez-vous au podcast

Les Idées claires, c'est aussi une version à écouter d'une dizaine de minutes. À découvrir ici-même ou en vous abonnant pour ne pas rater un épisode.

L'Europe est-elle une création des Etats-Unis

9 min

Pour Android et autres applications : abonnez-vous avec le fil RSS.

Sur iTunes et téléphones Apple : abonnez-vous ici