L'expérience du concert à 360° au Printemps de Bourges

Publicité

L'expérience du concert à 360° au Printemps de Bourges

Par
La première de Molécule à 360°, au Rex Club au mois d'octobre, prêt à plonger dans le noir
La première de Molécule à 360°, au Rex Club au mois d'octobre, prêt à plonger dans le noir

Cette année, le Printemps de Bourges accueille Molécule, compositeur de musique électronique, pour un show à 360°. Un artiste au milieu de la foule, le public plongé dans le noir, et un ingénieur du son chargé de faire bouger la musique dans toute la salle.

C'est un rêve depuis la fin des années 60. En 1967, Pink Floyd fait sensation avec un concert en quadriphonie - soit quatre sources sonores - et l'ingénieur du son qui peut déplacer le son à 270 degrés dans la salle à l'aide d'un joystick.   

12 enceintes, 360 degrés

Avec ce nouveau projet "Molécule à 360°", la salle est plongée dans le noir, et grâce à 12 enceintes, le son se déplace dans toute la pièce sur les ordres de l'ingé-son, Hervé Déjardin. Depuis que ce membre du département innovation de Radio France a ce nouvel outil  entre les mains, on ne peut plus l'arrêter. "Tu peux faire tourner la caisse claire doucement autour de la salle. Pour les sons plus nerveux tu peux leur donner des mouvements plus brusques, sans perdre l'équilibre sonore. Et quand tu mets tout ensemble, ça crée un véritable univers" jubile-t-il en bidouillant son interface.

Publicité
Les cercles bleus symbolisent les sons, qui bougent dans la pièce selon les ordres de l'ingénieur Hervé Déjardin
Les cercles bleus symbolisent les sons, qui bougent dans la pièce selon les ordres de l'ingénieur Hervé Déjardin
© Radio France - Capture d'écran

Le public criait quand je déplaçais les sons"

Leur premier concert à 360°, donné au mois d'octobre au REX Club, est gravé dans sa mémoire. "Le fait de plonger les gens dans le noir, cela les rend beaucoup plus en osmose avec le son. Je m'amusais à mettre tous les sons à un endroit, puis à les déplacer d'un coup, et les gens criaient, ça générait des réactions enflammées" se rappelle-t-il.

Il accompagne Molécule, compositeur électronique à la démarche singulière. Pour cette tournée, il a capté des sons au Groenland, grâce notamment à la prise de son binaurale : des micros fixés dans les oreilles pour capter exactement ce que perçoit l'être humain.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Et c'est lui qui pousse pour continuer l'expérience Molécule à 360°. "Ce qui me plaît c'est de proposer au public une expérience nouvelle. Cette expérience perturbe les sens, c'est quelque chose à la fois intime et très collectif, quelque chose de la communion" explique-t-il.

Et cette expérience est nouvelle pour le public, mais également pour lui, pourtant habitué aux concerts/concepts. "Cela influence mon jeu en concert.  il y a une part d'improvisation importante et là au REX on a joué 1h40. Cela étire, ça donne vie à certains sons qui sur une stéréo sont noyés, là j'ai envie de jouer sur ce son et le triturer presque jusqu'à l'infini" détaille Romain Delahaye aka Molécule.

C'est la technologie L-ISA, créée par l'entreprise L-Acoustique, qui permet aujourd'hui cette expérience. Et au delà du 360°, ils comptent révolutionner le concert live. Finies les deux barres d'enceintes de chaque côté de la scène, il y en aura désormais cinq en façade, mais aussi plusieurs sur les côtés et au plafond, à la demande. Frédéric Blanc-Garin est ingénieur chez L-Acoustique, et il est très satisfait des récentes collaborations avec Alt-J, Christine and the Queen ou encore Aerosmith. "On peut envoyer des sons dissociés, des atmosphères, soit surtout une acoustique virtuelle. On peut faire comme si le groupe jouait dans les catacombes ! " s'extasie-t-il.

C'est dur de repasser à la stéréo

Cette diffusion immersive - déjà possible avec un casque évidemment - est amenée à se généraliser, avec les nouveaux canaux de diffusion dans les voitures et dans les salons. A Radio France, près de 300 contenus, fictions et œuvres musicales n'attendent que ça. "Depuis des années qu'on travaille dans ce studio avec du son 3D, la stéréo ça devient dur" lâche Hervé Déjardin dans un rire.

Enfin certains musiciens ont préféré s'affranchir de la technique pour proposer une expérience "360°" à leurs fans. Le collectif Colonies de vacances, est composée de quatre groupe de noise (Papier Tigre, Electric Electric, Pneu et Marvin). Depuis une tournée commune en 2011, ils organisent des concerts avec un groupe dans chaque coin de la pièce, les 11 musiciens se répondant au sein du même morceau dans un ballet noise à vous retourner le cerveau. Ou quand la technique est trahie par les génies.