L'histoire des Dalaï-Lamas (3/4) : La fragilité d'un pouvoir

Publicité

L'histoire des Dalaï-Lamas (3/4) : La fragilité d'un pouvoir

Le 14ème Dalaï-Lama, Tenzin Gyatso, en exil en Inde le 1er mars 1959 après l'invasion du Tibet par la Chine.
Le 14ème Dalaï-Lama, Tenzin Gyatso, en exil en Inde le 1er mars 1959 après l'invasion du Tibet par la Chine.
© Getty - Daniele Darolle/Sygma

1993. Troisième épisode d'une série de quatre émissions des "Chemins de la connaissance" sur l'histoire des Dalai-Lamas, avec Roland Barraux, diplomate et écrivain et Wangpo Bashi, secrétaire du Bureau du Tibet en France. Ils abordent la fragilité du pouvoir politique des Dalaï-Lamas.

Dans ce troisième volet des "Chemins de la connaissance" consacrés à l'histoire politique et spirituelle des Dalaï-Lamas, l'écrivain Roland Barraux relate le récit fantastique au 17ème siècle du cinquième Dalaï-Lama, Lobsang Gyatso, dont on a caché pendant une quinzaine d'années la mort.

Lobsang Gyatso a été le détenteur absolument illimité puisqu'il fusionnait la religion et le pouvoir politique. Il a été un visionnaire, il a vu un peu la politique avec ses yeux intérieurs. Il a eu tellement de présence que, au moment où il est mort, son entourage a éprouvé le besoin de masquer sa disparition. [...] Politiquement, tout le monde a eu un peu intérêt à maintenir l'idée de sa survie.

Publicité

"Les Chemins de la connaissance" sur l'histoire des Dalaï-Lamas (3/4) - Une diffusion du 04/11/1993.

18 min

Par la suite, la situation politique au 18ème siècle commence à se complexifier avec l'intervention administrative chinoise dans la vie politique tibétaine, à laquelle s'ajoutent l'intérêt des Anglais porté sur cette région, ainsi qu'une guerre déclenchée par le Népal.

Wangpo Bashi explique les tribulations dans les relations entre le Tibet et la Chine à travers les siècles.

C'est là qu'il y a un élément de fragilité qui s'inscrit dans l'histoire tibétaine à partir du 13ème siècle, les Tibétains ont cherché des appuis à l’étranger auprès des Mongols ou des Mandchous. L'un a besoin de l'autre et vice-versa. [..] Il n'y avait pas eu de mésentente forte car tous les deux savaient qu'il y avait besoin d'un certain équilibre politique, religieux, moral, culturel. Il y avait des soutiens mutuels pendant tous ces siècles. Les dynasties chinoises ont eu des relations très étroites avec les souverains du Tibet en la personne du Dalaï-Lama.

  • "Les Chemins de la connaissance"
  • Première diffusion le 04/11/1993
  • Producteur : Roland Auguet
  • Réalisation : Michèle Prudhon
  • Indexation web : Documentation de Radio France
  • Archive INA - Radio France