Publicité

L'homme, meilleur ennemi du singe

Par
Gorilles en Ouganda, en novembre 2015. Il n'en resterait que 400 dans ce pays.
Gorilles en Ouganda, en novembre 2015. Il n'en resterait que 400 dans ce pays.
© AFP - Isaac Kasamani

Des gorilles aux gibbons, en passant par des lémuriens, environ 60% des primates seraient menacés d'extinction en raison de la dévastation résultant des activités humaines. Une recherche parue dans la revue américaine Science Advances alerte sur le destin de nos lointains cousins.

Sur les 504 espèces de singes recensées à travers le monde, les trois quarts sont en déclin et 60 % en risque d'extinction. Avec une disparition qui pourrait être rapide, d'ici 25 à 50 ans, pour ces proches parents biologiques concentrés majoritairement dans 4 pays : le Brésil, l'Indonésie, la République démocratique du Congo et Madagascar.

Carte de la répartition des primates dans le monde. En vert: le pourcentage d'espèces menacées. En rouge, le pourcentage de population en déclin.
Carte de la répartition des primates dans le monde. En vert: le pourcentage d'espèces menacées. En rouge, le pourcentage de population en déclin.
- Science Advances

A écouter : Biodiversité, vers la sixième extinction de masse ?

Publicité

"La vérité, c'est que nous sommes à un moment critique pour un grand nombre de ces créatures", assure Paul Garber, professeur d'anthropologie à l'Université d'Illinois et principal co-auteur de l'étude publiée dans la revue américaine Science Advances.

Les menaces sont multiples et s'additionnent

Il y a le changement climatique, la chasse, et surtout la déforestation et l'agriculture, qui à elle seule affecte les trois quarts des espèces. L' agriculture, ou la demande toujours plus grande, effrénée de produits agricoles : le soja produit au Brésil, l'huile de palme en Indonésie, le riz, le sucre de canne, etc. La production de viande a aussi accéléré la déforestation aux quatre coins de la planète. Les singes, orangs-outans par exemple en Indonésie, voient leurs habitats disparaître au profit des activités humaines : agriculture industrialisée, surexploitation forestière, exploitation également d'hydrocarbures, de mines dans les forêts tropicales. Des activités qui nécessitent la construction de route, fragmentent l'habitat des primates et amoindrissent le brassage génétique des populations de singes.

A écouter : Du gorille à l'homme, il faut sauver les grands singes - Travaux publics, 2006

Autre exemple : en Chine, c'est l’exploitation du caoutchouc qui a provoqué la quasi extinction du gibbon à joues pâles et du gibbon de Hainan.

Un gibbon de Hainan adulte en septembre 2015
Un gibbon de Hainan adulte en septembre 2015
© AFP - Yang Guanyu / XINHUA

Les guerres, les mines antipersonnelles et le braconnage menacent aussi petits et grands singes... Des animaux essentiels aux écosystèmes puisqu'ils contribuent au maintien et à la régénération des forêts des graines. Les singes jouent un rôle très important dans l'économie des territoires qu'ils occupent.

A écouter : Peut-on limiter l’extinction des espèces ?

Il est urgent, souligne le rapport, de sauver ceux qui sont loin d'être les seuls menacés. Les éléphants étaient ainsi 1 million en Afrique en 1970, pour moins de 400 000 aujourd’hui. Et on s'inquiétait aussi récemment entre autres du sort du guépard ou du pangolin.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.