Publicité

"L'Humanité" en redressement judiciaire : quatre histoires pour relire un siècle d'archives communistes

Par
Un spectateur de la Fête de l'Humanité à la Courneuve, en 1977
Un spectateur de la Fête de l'Humanité à la Courneuve, en 1977
© Getty - Francois Le Diascorn/Gamma-Rapho

Ce jeudi 7 février, le tribunal a placé en redressement judiciaire "L'Humanité", qui a lancé une nouvelle souscription pour éviter la faillite. L'occasion de revisiter 115 ans d'existence du journal fondé par Jean Jaurès en 1904 à travers quatre épisodes dans l'histoire de la gauche.

Savez-vous quel journal a hissé, le premier, le terme “sans-papiers” en tête de rubrique (en “têtière”, dans le jargon journalistique) ? L’Humanité, rejoint très vite par La Croix qui fera de même. Ce rubriquage remonte au mois d’août 1996, alors que la grève de la faim des sans-papiers réfugiés à Saint-Bernard, dans le XVIIIe arrondissement de Paris, s’intensifiait.

Le quotidien communiste n’invente pas le terme “sans-papiers”, qui naît d’abord sans le tiret et apparaît notamment le 13 décembre 1975 dans Libération. Mais L’Humanité, par cette têtière et par une couverture de longue haleine depuis trente ans, est un des médias qui redouble d’assiduité pour suivre les mobilisations pour les étrangers en situation irrégulière. Comme il couvre les mobilisations ouvrières et la relégation sociale depuis maintenant 115 ans et ses débuts en 1904, sous la houlette de Jean Jaurès.

Publicité

Plus d’un siècle après sa naissance, le quotidien souffre d’une sous-capitalisation, et vient de lancer une nouvelle souscription pour renflouer ses caisses, même si “L’Huma” revendique d’avoir gagné 8% d’abonnés en 2018. Ce jeudi 7 février 2019, le tribunal vient de placer en redressement judiciaire avec prolongation d'activité le quotidien qui s'était déclaré en cessation de paiement fin janvier. C'est l’occasion de relire un siècle de luttes sociales et d’histoire de la gauche française en ouvrant les cartons d’archives de L’Humanité.

1. "L’Humanité" aux côtés des luttes ouvrières : les sardinières de Douarnenez en 1924

Le journal a vingt ans lorsque la grève tonne du côté de Douarnenez. Même à l’échelle de la Bretagne et malgré la renommée de son kouign-aman, ce chef-lieu de canton du Sud-Finistère est une ville de second plan pour la presse nationale : à peine plus de 12 000 habitants au recensement de 1921. Mais c’est un gros port de pêche, une place forte de la sardine, même. A Douarnenez, les classes populaires sont aussi ouvrières, salariées des conserveries. Les familles s’entassent dans ce qu’on appelle alors des “casernes ouvrières”, où l’odeur de la marée et de l’huile de conserve n’attend pas au seuil du foyer.

Aux sardineries Chancerelle de Douarnenez, des "Penn Sardin" mettent en boîte le poisson dans les années 1920.
Aux sardineries Chancerelle de Douarnenez, des "Penn Sardin" mettent en boîte le poisson dans les années 1920.
- Wikicommons

Aux conserveries, les conditions de travail sont rugueuses et façonnent les rapports de forces politiques locaux : même sur ces terres bigotes, on vote rouge depuis qu’on a cessé d’envoyer à la mairie un patron des conserveries. En 1921, Douarnenez élira ainsi un maire communiste quelques mois à peine après le Congrès de Tours (fin 1920, date de la scission formelle entre socialistes de la SFIO et communistes de la SFIC). C’est seulement la deuxième fois en France que le parti communiste se hisse à la tête d’une municipalité et, au siège de L’Humanité, le port bigouden a sa petite notoriété.

Trois ans plus tard, quand les Penn Sardin se mettent en grève, le quotidien communiste répond présent. Les ouvrières douarnenistes doivent ce nom de “Penn Sardin” à la coiffe qui cache leurs cheveux à l’usine, censée représentée une tête de sardine (“penn” signifie “tête” en breton). Aux sardineries, une majorité de femmes étêtent, ébouillantent ou sertissent le poisson, car quand la mer n’est pas trop mauvaise, les hommes sont plutôt pêcheurs en mer, quitte à pousser jusqu'à l’île d’Yeu. Mais le secteur est en crise et, pour survivre par mauvaise saison, il arrive qu’on doive expédier en Amérique des kilomètres de dentelle brodée maison.

Grévistes des conserveries de sardine marchant sur le port de Douarnenez pendant la vague de grèves de 1924-1925
Grévistes des conserveries de sardine marchant sur le port de Douarnenez pendant la vague de grèves de 1924-1925
- Wikicommons

Ce 21 novembre 1924, elles sont 1 600 commises d’usines à débrayer dans les vingt-et une conserveries du port, bientôt rejointes par 500 hommes grévistes. Dans les jours qui suivent, c’est tout le secteur qui se soulève. La revendication de celles qui s’appellent “les émeutières” est d’abord salariale, alors qu’elles touchent tout juste 80 centimes de l’heure, et rien du tout lorsqu’il s’agit d’attendre le poisson des heures durant. Aux conserveries, on dit que les huit heures légales arrachées au législateur en 1919 ou l’interdiction du travail de nuit pour les femmes tiennent plutôt du vœu pieux.

Pendant un mois et demi, les Penn Sardin marchent chaque matin sur les quais du port. Parfois, on garde la messe de neuf heures mais on a rendez-vous pour la lutte des classes. Daniel Le Flanchec, le maire communiste qui vient d’être élu le 7 octobre 1924 (et qui mourra déporté à Buchenwald) les soutient ? Le voilà bientôt destitué par le préfet, et la grève des sardinières prend une étoffe nationale : L’Humanité a dépêché en pays bigouden Daniel Renoult, un journaliste que Jaurès avait fait venir auprès de lui à la rédaction en 1908. C’est lui qui couvre la grève, mais Charles Tillon, responsable cégétiste en Bretagne n’est pas en reste pour relayer auprès du parti communiste ce nouveau conflit bigouden.

Distribution de vivres à la mairie de Douarnenez pendant une grève en 1903
Distribution de vivres à la mairie de Douarnenez pendant une grève en 1903
- Wikicommons

Vingt ans plus tôt, les ouvrières de la mer avaient déjà débrayé : c’était la crise de la sardine, et on disait localement que cette Bretagne-là avait “une faim noire”. Les sardinières avaient obtenu après plusieurs mois de grève d’être payées à l’heure et plus aux mille sardines. Fin 1924, quand les 2 100 grévistes récidivent, des responsables syndicaux et politiques débarquent de toute la France pour irriguer la lutte, et L’Humanité est aussi une grammaire commune.

Le 4 décembre 1924, un meeting sous les halles du port s’achève dans ce que le journaliste de L’Humanité décrit comme “une charge sauvage” dans l’édition du lendemain, 5 décembre 1924 : “Le sang ouvrier a coulé à Douarnenez”. A la Une, l’article n’est qu’un petit écho, en bas à gauche, mais un entrefilet en appelle à la solidarité nationale pour renflouer la caisse de grève des sardinières - “Il faut les aider” :

On veut tourner ce mouvement calme jusqu’ici en mouvement d’émeute. Les travailleurs qui crèvent de faim avec leurs salaires de famine sauront déjouer ces grossières manoeuvres et poursuivront la lutte jusqu’à complète satisfaction. Travailleurs, adressez les fonds à Boville, secrétaire de la Fédération de l’alimentation, 33 rue de la Grange-aux-belles, Paris.

Un mois plus tard, alors que le mouvement s’organise, le patronat a fait venir depuis Paris de ces briseurs de grève dont on loue les services par officine interposée. Une fois “les jaunes” installés à l’hôtel, c’est l’escalade le 2 janvier 1925 quand ils tentent d’abattre l’édile communiste de Douarnenez. On a tiré sur le maire, la foule l’apprend et c’est l’émeute. Le Flanchec, seulement blessé à la gorge, n’y passera pas en fin de compte, mais en tout, cinq hommes sont touchés, dont trois marins, et le 3 janvier 1925, L’Humanité fait ses gros titres sur la sardine rouge : “A Douarnenez, première flaque de sang fasciste”, sur six colonnes. Et, juste en-dessous : “Le patronat de Douarnenez fait assassiner les grévistes". Dans la foulée, les sardinières ont gain de cause, les patrons cèdent après cinquante jours de grève : ce sera 1 franc de l’heure.

Jusqu’en 1951, la ville de la sardine restera communiste, avant de basculer à droite. En 1971, Michel Mazéas, un enseignant PCF, raflera de nouveau la mairie, pour s’y maintenir jusqu’en 1995, consolidant l’image de “Douarnenez-la-rouge”. Depuis 2017, c’est François Cadic, un antiquaire Les Républicains, qui dirige la ville où l’on ne compte plus que trois conserveries. Mais de cette grande grève historique de 1924, reste un chant : Le Chant des sardinières. Près d’un siècle plus tard, des chorales l’entonnent encore en mémoire de cette terre catholique rougie de la colère de ses ouvrières :

Entends-tu monter le chant des sardinières ?
Elles chantent comme tu dirais une prière
Pour ne pas voir ta misère
Entends-tu enfler le chant des sardinières ?
Elles chantent comme tu dirais une prière
Pour calmer des larmes amères
Entends-tu gronder le chant des sardinières ?
Elles chantent comme tu dirais une prière
Pour étouffer ta colère
Entends-tu crier le chant des sardinières ?
Elles chantent mais ce n’est plus une prière
Elles se sont mises en grève hier
Entends-tu hurler le chant des sardinières ?
Elles chantent mais ce n’est plus une prière
C’est la marche des émeutières
Entends-tu le silence des sardinières ?
Leur silence pendant la prière
Du sang a rougi leur terre

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

2. Moscou et Staline dans le creux des colonnes de "L’Humanité" : vingt ans de purges plus ou moins subliminales

Impensable de tramer l'histoire de L'Humanité sans évoquer la manière dont le quotidien, qui jusqu'en 1994 affichera en Une “Organe central du Parti communiste (S.F.I.C.)”, a vécu et retranscrit la dérive autoritaire du régime de Staline. Staline arrive au pouvoir à la mort de Lénine, le 21 janvier de cette même année 1924, alors que le journal a vingt ans tout juste. 

Kalinin, Boukharine, Tomsky, Kamenev, Staline et Zinoviev portent le cercueil de Lénine durant ses funérailles, le 26 janvier 1924.
Kalinin, Boukharine, Tomsky, Kamenev, Staline et Zinoviev portent le cercueil de Lénine durant ses funérailles, le 26 janvier 1924.
© Getty - Topical Press Agency

Quand Staline évincera pour de bon Trotski, le “léniniste fractionniste”, en novembre 1927 avant de le faire déporter à Alma-Ata, Winston Churchill estimera la purge “impitoyable”, certes… “mais peut-être pas inutile”. C’est en anglais dans le texte, et ça figure en toutes lettres dans le premier tome des Mémoires de guerre de l’ancien Premier ministre britannique (publiées en français en 2009) : il aura fallu l’épouvantail de Trotski pour voir Londres au diapason de L’Humanité. Car lorsque Trotski tombe en disgrâce à Moscou, le quotidien français ne louvoie guère et endosse explicitement une ligne orthodoxe. Alors que Moscou le dit “hérétique”, L’Huma annonce en Une de son édition du 16 novembre 1927 “l’exclusion de Trotsky et de Zinoviev”, évoquant “un suprême avertissement” pour les autres. Sur-titre : “Discipline révolutionnaire” :

Le Parti communiste russe, le Parti de Lénine, âme de la révolution triomphante, ne pouvait, en effet, tolérer plus longtemps que la politique juste qu’il applique soit attaquée au profit de la bourgeoisie par une poignée de ses membres en révolte ouverte contre ses décisions, quel que soit le rôle qu’ils aient joué dans le passé.”Et juste un peu plus loin :“Les chacals contre-révolutionnaires peuvent hurler de joie. Ils peuvent essayer de répandre aux quatre coins du monde les plus fantaisistes rumeurs. Ils n’empêcheront pas les ouvriers et les paysans dirigés par le parti bolchévik, qui a fait glorieusement ses preuves, de continuer victorieusement l’édification du socialisme.

Dix ans plus tard, de nouvelles vagues de purges ont lieu à Moscou. Ce sont les grands procès des années 1937 et 1938, qui cette fois ciblent par exemple Boukharine, Rykov (le chef du gouvernement) ou encore Iagoda (ministre de l’Intérieur de Staline, de 1934 à 1936). Durant une semaine et demie, en mars 1938, un auditoire trié sur le volet assiste aux audiences à Moscou. La presse internationale est là, et L’Humanité n’est pas en reste. Sur ces prévenus de haut rang accusés d’avoir comploté contre le pouvoir soviétique ou contre Staline en personne, le journal écrit dans son édition du 8 mars 1938 : "Boukharine est contraint d’avouer qu’en 1918 il voulut faire arrêter Lénine, Staline et Sverdlov. Il a dit lui-même qu’il fallait les tuer.” Sur-titre : “Le peuple soviétique juge ceux qui le frappaient dans le dos."

Comme d’autres, Boukharine est exécuté le 15 mars, et pendant plusieurs semaines, comme par exemple dans l’édition du 7 mai 1938, on trouvera en feuilletant L’Humanité un petit encart publicitaire qui vante “une utile brochure qu’il faut largement répandre” sur le procès de “vingt-et-un droitiers et trotskistes” (1,5 francs le petit fascicule de 32 pages signé d’un certain André Willard). Ce Willard est avocat au barreau de Paris, militant du Parti communiste français. Il était au tribunal durant ce troisième grand procès stalinien, et argumente auprès des communistes de France, sous forme d’un plaidoyer vigoureux, combien Moscou faisait face à un vaste complot. 

La pub pour la petite brochure de Willard figurera longtemps dans les colonnes de L’Huma, et c’est seulement en 1956 avec Nikita Krouchtchev que le PCF entendra les conditions dans lesquelles les aveux avaient pu être arrachés aux prévenus. Le doute s’était-il cependant infiltré dans l’esprit des dirigeants français puisqu’on constate que le nombre d’articles consacrés à l’URSS dans L’Humanité commence à diminuer courant 1938, pour se faire plus rares en 1939 ? Difficile à affirmer cependant, et on peut aussi penser que c’est d’abord le pacte germano-soviétique qui a refroidi les relations entre le PCF et Moscou, alors que les communistes français s’investissaient explicitement dans l’antifascisme.

Le soutien de L’Humanité à Staline face à la menace contre-révolutionnaire ne tient toutefois pas seulement d'un catéchisme dévot. Les années passant, on peut aussi s’intéresser aux silences ou aux omissions dans les colonnes du quotidien français, qui en creux éclairent à leur manière la disgrâce d’une personnalité. Prenez par exemple les compositeurs Sergueï Prokofiev ou Dmitri Chostakovitch : en 1935, le journal français les présente encore comme des fleurons de la musique soviétique, de grands compositeurs qui donnent du cœur à la lutte et du sens à la musique. Mais quand le régime soviétique, sous la houlette de Jdanov en particulier, jettera l’opprobre sur ces compositeurs accusés de “formalisme petit-bourgeois” ou d’”hermétisme” (“un jeu qui pourrait mal finir”, gronde un article anonyme dans la Pravda) après que Staline a détesté le Lady Macbeth de Chostakovitch, L’Humanité se gardera de faire écho à ces débats musicologiques. On cessera tout simplement peu à peu de croiser leur nom dans les pages du journal.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

3. L'affaire Iveton : deux semaines à l'allumage pour arriver trop tard

Connaissez-vous l’histoire de Fernand Iveton, né le 12 juin 1926 au Clos-Salambier, un quartier d’Alger ? C’est une page longtemps méconnue de la guerre d’Algérie, une histoire qui hante la mémoire de la gauche française. Et c'est aussi l'histoire des rotatives de L'Humanité qui chaufferont trop tard. D’origine européenne et né sur le sol algérien, Iveton était Algérien et tenait à cette identité. Il était aussi communiste, membre du Parti communiste algérien. Iveton était jeune, marié depuis peu, ouvrier à Alger à l’usine Electricité et gaz d’Algérie.

Depuis octobre 1956, Iveton, déjà délégué CGT à l’usine, avait intégré une cellule du FLN. Rien de complètement atypique puisqu'à cette date, deux ans après le début de la guerre d'Algérie, le PCA (Parti communiste algérien) avait déjà rallié la cause des frères qui luttaient pour l’indépendance. Sauf qu’à Paris, le Parti communiste français n’était pas encore sur cette position. Dans la foulée de la Révolution russe, le Parti communiste français était pourtant bien sorti de terre sur une ligne clairement anti-impérialiste, et les communistes français de la première heure ne sont pas les plus fervents partisans de la France coloniale, loin s'en faut.

Mais, dans les années 30, l’alliance antifasciste sous le sceau du Front populaire aura raison des velléités anti-coloniales au PCF : à l'époque, il s'agit plutôt d'éviter que la gauche se fracasse sur des questions coloniales ou que les fascistes fassent main basse sur les colonies. Et en mai 1945, le PCF est membre du gouvernement qui massacre à Sétif et dans la région de Constantine. Dans L'Humanité, rien ou presque dans l'édition du 11 mai 1945, trois jours après des dizaines de milliers de morts. Puis dans les jours qui suivent on accusera plutôt les anciens vichystes de jouer les agents provocateurs, rappelait l'historien Alain Ruscio dans un article de 2007- "la censure veillait" :

Chaque journal "hébergeait" un fonctionnaire spécialement chargé de lire tous les articles et de donner son accord. La lecture des articles que L’Humanité, par exemple, consacra en cette période à l’Algérie montre des coupures partout : une, deux, dix lignes censurées. Deux articles l’ont même été intégralement, les 18 (165 lignes) et 26 mai (180 lignes). Il serait du plus haut intérêt historique d’avoir accès à ces paragraphes."

En 1956, les choses tournent mal pour Iveton, dénoncé alors qu'il vient de planquer une bombe à l'usine. La bombe, déposée dans un vestiaire désert, n'explosera même pas mais, très vite, le voilà qui fait office d'exemple. Interpellé, le militant qui vient de fêter ses trente ans devient le visage de la menace pour les Européens, alors que des attentats au “Milk-bar” ou à “La Cafétéria”, des cafés algérois très fréquentés, ont fait plusieurs victimes. Au pas de course, Iveton devient un symbole pour les autorités qui veulent afficher la plus grande fermeté, tandis que l’OAS n’est encore qu’en germination. Il a beau avoir toujours refusé les attentats et préféré le sabotage, Iveton se retrouve en quelques heures à incarner sur son seul nom (souvent mal orthographié, avec un Y) l’ennemi intérieur “communiste-FNL”, comme dit la presse conservatrice de la IVe République. 

Fernand Iveton à son arrestation, en 1956, à Alger.
Fernand Iveton à son arrestation, en 1956, à Alger.
© AFP

Pendant deux semaines, L'Humanité, elle, ne dira rien de cette histoire : le quotidien s'aligne sur le parti, qui a décidé de prendre ses distances avec Iveton, pourtant militant communiste. Six mois plus tôt, le 12 mars 1956, les députés communistes avaient voté les "pouvoirs spéciaux" à l'Assemblée nationale. Le silence pour Iveton est un prolongement. “Aucune campagne de défense n’est menée”, confirme aujourd’hui Alain Ruscio dans une importante somme, Les Communistes et l’Algérie, éditée par François Gèze, et à paraître courant mars 2019 à La Découverte. “C’est un provocateur, tu ne te présentes pas”, commence même par dire le parti à son grand avocat maison, Gaston Amblard.

Tandis qu’une instruction très à charge sera bâclée à grande vitesse, c’est Maître Smadja, un jeune commis d’office d’à peine 26 ans, terrorisé, qui écopera du dossier Iveton à Alger. Terrorisé, mais lucide : alors que la presse se déchaîne contre Iveton qui attend son procès à la prison Barberousse où le général Aussaresses reconnaîtra qu’il a été torturé, le silence des ténors communistes n’est d’aucun contre-poids.

Le 18 novembre 1956, six petits jours après la bombe qui n’a jamais explosé, un “procès en flagrant délit” s’ouvre à Alger devant une foule vengeresse. Une semaine plus tard, l’auditoire applaudit lorsque le verdict tombe : la peine de mort pour Fernand Iveton. C’est la première fois qu’un prévenu d’origine européenne est condamné à mort depuis le début de la guerre d’Algérie. Ce sera la seule fois jusqu’en 1962. Dans les archives radiophoniques de l'ORTF, on annonce la sentence en surlignant deux fois plutôt qu'une qu'Iveton est celui que le PCF a "abandonné", et le terme rebondit d'une édition à l'autre. Lorsque le verdict tombe, L’Humanité n’a pas encore évoqué une seule fois l’affaire. Deux semaines de silence, répète-t-on aujourd'hui, incrédule, dans les rangs du quotidien communiste, où le nom d'“Iveton” a gardé quelque chose d'un trauma qui résonne en mea culpa.

Le tout premier article sur l'affaire paraît enfin le 26 novembre, au lendemain de la sentence. A Paris, le journal ne présente pas Iveton comme un militant FLN mais comme un “communiste” qui milite au parti depuis l’âge de 16 ans. Le 4 décembre, L’Humanité appelle enfin à la mobilisation contre un procès inique et, le 10 décembre, un article de bonne taille exhorte pour la première fois à “sauver Fernand Yveton” (avec un Y). Entre-temps, le Parti communiste français a décidé d'envoyer l'un de ses ténors du barreau. L'avocat débarque le 26 décembre à Alger, puis rentre à Paris déposer conjointement avec la Ligue des droits de l’homme une demande de grâce auprès de René Coty.

Mais l’affaire Iveton est aussi celle d’une bataille pour l’opinion publique et le ministre de la Justice, un certain François Mitterrand, rejette catégoriquement la demande de grâce. A l'époque, le PCF pèse 5,5 millions de voix, soit 25% des suffrages pour le deuxième parti de France aux élections législatives de 1956. La mobilisation des réseaux communistes, parti et journal, aurait-elle changé le cours des choses si elle n’avait pas tant tardé ? C’est la question, lancinante, qui court tout au long des pages sèches, nerveuses, et souvent impeccables, de De nos frères blessés, le récit que Joseph Andras consacrait en 2016 à Fernand Iveton, mort guillotiné avant d’être oublié dans le ressac pas très fier d’une mémoire de la gauche française.

5 min

La position du Parti communiste sur la guerre d'Algérie évoluera plus tard. Ironie de l’histoire, le tout premier éditorial que L’Humanité finira par consacrer à l’affaire Iveton, sous la plume de l’écrivain communiste Pierre Courrade, date de l’édition du 11 février 1957. Il n’y en aura pas d’autre : ce jour-là, sur le coup de quatre heures du matin, Fernand Iveton vient juste d’être guillotiné. 

4. Des chars à Prague à la chute du Mur : trois décennies de mue dans "L'Humanité"

Camions incendiaires dans les rues de Prague, août 1968.
Camions incendiaires dans les rues de Prague, août 1968.
© Getty

On a coutume de dire que c’est en 1968 que le parti communiste français prend pour de bon ses distances avec Moscou. L’épisode est connu, il s'incarne dans l’effroi qui suit l’écrasement du "Printemps de Prague" en Tchécoslovaquie. Le 22 août cette année-là, la direction du PCF exprime publiquement que “le bureau politique du PCF […] exprime sa surprise et sa réprobation à la suite de l’intervention militaire en Tchécoslovaquie.” Dans la nuit du 20 au 21 août, 400 000 soldats, plus de 6 000 chars et pas loin de 1 000 avions venaient de pilonner la tentative d’émancipation du parti communiste tchécoslovaque de Dubcek. Cette hybridation idéologique porte un nom pour toujours associé à ces chars qui écrasent le "Printemps de Prague" : c'est “le socialisme à visage humain”.

A Paris, le parti communiste avait été largement brocardé pour son silence au moment de la répression de l’insurrection à Budapest, en 1956. Douze ans plus tard, les temps ont changé et le PCF s’affranchit de l’URSS de Krouchtchev. Les éditions publiées alors par L’Humanité racontent cette mue, qui est aussi un déchirement pour les militants communistes et les lecteurs de “L’Huma”. Un texte paraît le 21 août dans L’Humanité, derrière le gros titre “La surprise et la réprobation”. On le trouve toujours dans les archives en ligne du quotidien communiste :

De très graves événements se déroulent en Tchécoslovaquie. Des troupes soviétiques, bulgares, polonaises, hongroises et de la République démocratique allemande ont pénétré cette nuit sur l'ensemble du territoire tchécoslovaque. Le Bureau politique du Parti communiste français, qui avait affirmé sa vive satisfaction à la suite des rencontres de Cierna et de Bratislava et de leurs conclusions positives, exprime sa surprise et sa réprobation à la suite de l'intervention militaire en Tchécoslovaquie. Dans la dernière période, le Comité central du Parti communiste français a précisé qu'il considérait que les problèmes surgissant entre les partis communistes devaient être examinés et résolus par des discussions fraternelles lors de rencontres bilatérales et multilatérales, à la fois dans le respect de la souveraineté de chaque pays, de la libre détermination de chaque parti et dans l'esprit de l'internationalisme prolétarien.

Notre parti, qui avait exprimé sa préoccupation sur certains aspects de la réalité tchécoslovaque, avait également affirmé qu'il appartenait au Parti communiste de Tchécoslovaquie d'agir contre les éléments antisocialistes afin de préserver et d'étendre les conquêtes socialistes. Le Parti communiste français n'a cessé de lutter en ce sens en faisant connaître son opposition à toute intervention militaire venant de l'extérieur, aussi bien dans les décisions de son Bureau politique et de son Comité central que dans les démarches de son secrétaire général, auprès du PCUS et du PCT. Le Bureau politique décide la convocation en session extraordinaire du Comité central.

Directeur de L’Humanité de 1974 à 1994, le journaliste communiste Roland Leroy replongera à froid dans les carnets qu’ils tenait quotidiennement au moment de la répression soviétique. Il en tirera un livre, _La Quête du bonheur (_publié en 1995 chez Grasset), et de quoi raconter la mémoire d’un journal et d’une famille communiste au sens large :

Ces notes témoignent de la gravité des événements, de l'esprit de haute responsabilité des dirigeants tchécoslovaques et du désarroi de la population, jusqu'alors liée par une profonde et historique solidarité avec le peuple russe. J'ai vécu le moment où tout un peuple perdait sa traditionnelle et solide amitié pour un autre, perdait sa “slavophilie”.

La réaction du Parti communiste français se voulait sans équivoque. Réprobation vigoureuse de l'intervention soviétique, réaffirmation d'une conception unissant de façon absolue le socialisme et la démocratie, indépendance nationale des pays socialistes. Sans équivoque, mais limitée. Limitée par la volonté de ne pas rompre le “front anti-impérialiste”, limitée par la conception du rôle pour le moins prééminent de l'Union soviétique, limitée aussi par une conception du rapport des classes sociales, conception retardant sur la réalité comme l'avaient déjà montré nos difficultés à saisir le sens nouveau des mouvements étudiants et universitaires français de Mai 68. D'ailleurs, ce qui se passa ensuite dans le Parti communiste français en témoigne. Le Comité central du Parti communiste français, en une sorte de balancement que nous appelions depuis longtemps déjà "lutte sur les deux fronts”, fut amené à relever de leurs responsabilités Roger Garaudy et Jeannette Vermeersch ; le premier condamnant sans nuance l'attitude soviétique, la seconde tentant de la justifier. Mais, pour le plus grand nombre de communistes, cette épreuve fut douloureuse, à la fois source de déception par rapport à l'idée de la réalité soviétique, source de déchirement pour choisir entre la solidarité avec l'URSS et le respect de nos propres principes et engagements.

Des Allemands de l'Est entrant à Berlin-Ouest en novembre 1989
Des Allemands de l'Est entrant à Berlin-Ouest en novembre 1989
© Getty - David Turnley/Corbis/VCG

En 1989, quand le mur de Berlin tombe au mois de novembre, voilà déjà quatre ans que Mikhaïl Gorbatchev a entamé sa politique de réforme baptisée “Perestroïka”. Le PCF et avec lui, L’Humanité, lui sont plutôt favorables, même si l’on s’inquiète ici ou là d’une “révolution par en haut” ou encore de risques de déraillement. Quand la foule se soulève pacifiquement dans les rues de Leipzig ou de Dresde en République démocratique allemande, le Parti communiste français et le SED (parti communiste est-allemand), ne sont pas parfaitement alignés, loin s'en faut. Au pouvoir depuis 1971, Erich Honecker, qui vient de céder le pouvoir à Egon Krenz, n’a cessé de militer pour une ligne très orthodoxe anti-Perestroïka, là où Paris affichait son soutien à Gorbatchev. 

Quand une brèche s’ouvre dans la frontière entre les deux Allemagnes dans la nuit du 9 novembre 1989, L’Humanité dépêche aussitôt deux envoyés spéciaux (l’un à l’Est, l’autre à l’Ouest), pour prêter main forte au correspondant permanent installé en RDA. Dans son éditorial du lendemain, Roland Leroy applaudit, estimant voir dans cette brèche populaire “une révolution dans la révolution”. En bonus, le journal publie un courrier que Georges Marchais (Secrétaire général du PCF jusqu’en 1994) vient d’adresser à Egon Krenz pour l’enjoindre à laisser souffler ce vent qui vient de se lever. Dans l’édition de L'Humanité du 11 novembre 1989, neuf pages en tout sont consacrées à l’événement.

En 2016, L’Humanité reviendra dans ses colonnes sur la manière dont le quotidien avait couvert l’événement. Voici un extrait de cet article d’une réflexivité pas si banale dans la presse française :

Dans son article sur un meeting organisé par le Parti communiste allemand, Yves Moreau, envoyé spécial, laisse la parole à des participants et l’on peut se rendre compte des débats qui se déroulent [...] L’événement s’est produit dans la nuit du 9 novembre, il est donc normal que cela soit le journal du 11 novembre qui en traite. L’angle des journalistes est de montrer que l’événement correspond à la volonté de la nouvelle direction est-allemande de s’inscrire dans les réformes lancées par Gorbatchev, et que c’est le parti de RDA qui en a pris la décision. La page 2 est ainsi consacrée à un meeting de plusieurs milliers de militants communistes allemands. On perçoit quand même dans l’article qu’il y a débat en Allemagne sur le rythme des réformes. Dans cette livraison du journal – signe malgré tout d’une difficulté –, pas de témoignages de manifestants ou d’Allemands autres que ceux qui participent au meeting du SED. Pour parer à l’anticommunisme et à la pression politique concernant la réunification, le journal met en avant Jean-Claude Gayssot, qui dit être un communiste heureux, et, surtout, cite Daniel Cohn-Bendit affirmant qu’il ne fallait pas parler de réunification, que l’essentiel n’était pas là.