Publicité

L'incroyable destin du tableau volé de Gustav Klimt

Par
Le "Portrait d'une Dame" était porté disparu depuis 1997 mais il a été retrouvé et identifié 22 ans après. Un nouveau rebondissement dans l'histoire de cette oeuvre peinte en 1916-1917, quelques mois avant la mort de Klimt.
Le "Portrait d'une Dame" était porté disparu depuis 1997 mais il a été retrouvé et identifié 22 ans après. Un nouveau rebondissement dans l'histoire de cette oeuvre peinte en 1916-1917, quelques mois avant la mort de Klimt.
© Maxppp - Police italienne / EPA

Le fil culture. Une toile de Gustav Klimt a refait surface en Italie, vingt-deux ans après sa mystérieuse disparition. Retour sur le destin rocambolesque de "Bildnis einer Frau" (Portrait d'une Dame), retrouvé dans le jardin du musée de Plaisance et tout juste authentifié.

C’était l’une des œuvres les plus recherchées au monde, après La Nativité avec Saint-François et Saint-Laurent, du Caravage. Signée du célèbre peintre autrichien Gustav Klimt, elle a été dérobée en 1997 dans un musée de Plaisance, entre Parme et Milan (Piacenza en italien), la galerie Ricci Oddi. Vingt-deux ans plus tard, ce "Portrait d’une dame" a été retrouvé, par hasard, dans le jardin de cette même galerie le 10 janvier 2019. Après analyse, le tableau a été identifié ce 17 janvier : "C'est avec une grande émotion que je peux vous dire que le tableau retrouvé est authentique", a annoncé vendredi devant la presse, Ornella Chicca, magistrate chargée de l'enquête sur cette disparition. Le nouvel épisode d'une vie tumultueuse.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Dans une trappe cachée par du lierre !

Des travaux étaient en cours pour nettoyer et restructurer un mur extérieur de la galerie, quand un jardinier a soulevé une trappe cachée par du lierre et a découvert un sac poubelle noir dans lequel se trouvait un portrait ! "Je croyais que c'était une blague", explique Dario Gallinari, un membre du personnel du musée, dans une interview à RTL Info. "Je suis revenu du déjeuner quand les jardiniers m'ont appelé", précise l'agent, qui a immédiatement pensé à un Klimt.

Publicité

Le musée, offert à la ville en 1931 par l'industriel et mécène Giuseppe Ricci Oddi, ne souhaite pas faire d'annonces officielles tant que la peinture n'a pas été authentifiée mais des expertises sont en cours et elles seraient prometteuses. D'après le directeur de l'institution, Massimo Ferrari, interrogé par le quotidien La Libertà, "les timbres et la cire qui figurent au dos du tableau sont originaux", notamment ceux des expositions où l'œuvre a été exposée dans le passé. Mais d'autres résultats sont attendus tant cette toile a connu une vie mouvementée.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Reportage de la télévision italienne Telelibertà Piacenza avec des images de la trappe où a été retrouvé le tableau.

Le seul "double portrait" connu de Klimt

Le "Portrait d'une femme" a été peint par Gustav Klimt en 1916-1917, à la toute fin de sa vie. Le peintre symboliste autrichien est mort un an plus tard, en 1918, à l'âge de 55 ans. Mais ce qui rend cette huile sur toile de 55 sur 65 cm unique n'a été découvert qu'en 1996, un an avant sa disparition. Une étudiante en art de 18 ans, Claudia Maga, a découvert que l'œuvre avait été peinte au dessus d'une autre : un portrait de femme,  considéré comme perdu depuis 1912. 

Le portrait original et très longtemps insoupçonné peint en 1912 (à droite) et le nouveau datant de 1916-1917 (à gauche) : il s'agit du seul "double portrait" connu de Gustav Klimt.
Le portrait original et très longtemps insoupçonné peint en 1912 (à droite) et le nouveau datant de 1916-1917 (à gauche) : il s'agit du seul "double portrait" connu de Gustav Klimt.
- Wikimedia, domaine public

En passant en revue l'œuvre complète du peintre, la jeune lycéenne avait remarqué une forte ressemblance avec un précédent tableau de Klimt. "La jeune femme de l'autre tableau portait un châle et un chapeau mais elle avait le même regard au dessus de l'épaule gauche, le même sourire et le même grain de beauté sur la joue gauche", expliquait-elle dans une interview à la BBC en 2016. Mis au courant, le directeur de la galerie emballa la toile pour l'apporter à l'hôpital local où, en effet, les rayons X permirent de révéler la peinture cachée en dessous. Ce qui fait de ce tableau, encore aujourd'hui, le seul "double Klimt" connu du monde de l'art.

59 min

Pourquoi ce double portrait ? D'après la BBC, Gustav Klimt était tombé fou amoureux d'une jeune fille de Vienne, qui était vite devenue sa muse. Mais, lorsqu'elle mourut subitement, le peintre décida de recouvrir son portrait pour oublier sa peine.

Le vol de l'original puis le vol de la copie ?

Cependant, l'histoire ne s'arrête pas là et le tableau connaît une autre aventure rocambolesque : son vol. La disparition du portrait est constatée le matin du 22 février 1997 mais la police estime que le larcin a eu lieu trois jours plus tôt. Dans un premier temps, les enquêteurs évoquent un vol à la ligne de pêche, utilisée pour décrocher la toile du mur avant de la remonter par une ouverture sur le toit du musée, où le cadre a été jeté. Mais au moment de la réouverture de l'enquête en 2016, après la découverte d'empreintes ADN sur le cadre, cette thèse est abandonnée : impossible de faire passer le tableau vu l'étroitesse de l'ouverture dans le plafond, estime la police.

D'après la BBC, les carabinieri ont alors mis la main sur le voleur qui leur a avoué avoir commis son méfait trois mois avant le supposé vol. Il s'agit d'un trafiquant d'art connu de la région et qui obtient l'immunité en échange de sa collaboration dans d'autres affaires de trafics d'œuvres d'art. Rencontré par la BBC, l'homme raconte au journaliste qu'il a volé le tableau quelques mois après la découverte du "double portrait" : "il est juste entré dans la galerie et a remplacé l'original par une copie".

Personne n'a cligné, personne n'a remarqué. C'était un vol très facile et soigneusement organisé de l'intérieur.                            
Le voleur repenti au micro de la BBC.

"Mais pourquoi avoir volé la copie quelques mois plus tard ?", lui demande le reporter de la BBC. "Pour cacher le fait que le tableau exposé était une copie", répond le voleur. Une exposition événement était en effet prévue peu après et aurait sans doute attiré de nombreux experts, qui auraient relevé la supercherie ; ce qui aurait été désastreux pour l'employé de la galerie qui avait aidé le voleur.

Dès 2016, la BBC affirmait que le voleur et la police étaient sur les traces de l'original, en contact avec les autorités d'un autre pays européen. Le voleur affirmait alors que l'œuvre serait retournée à son propriétaire avant le vingtième anniversaire de sa disparition, en 2017... Ce qui ne s'est pas produit.

Une copie adressée à un ancien Premier ministre recherché par la justice

L'image intégrale du "Portrait d'une femme" par Gustav Klimt.
L'image intégrale du "Portrait d'une femme" par Gustav Klimt.
© AFP - Galleria Ricci Oddi. Plaisance. ©Electa/Leemage

Ultime péripétie : un mois après le vol, la douane pense avoir mis la main sur le tableau à Vintimille, à la frontière franco-italienne. Le portrait est retrouvé dans un colis adressé à l'ancien Premier ministre italien Bettino Craxi, qui se cache alors de la justice, réfugié à Hammamet en Tunisie. Mais l'odeur de la peinture à l'huile sent encore le frais, le travail est de grande qualité mais il s'agit d'un faux... 

L'histoire rocambolesque de ce tableau expliquait que le musée reste prudent. Il n'était pas exclu en effet que la peinture retrouvée derrière une trappe ne soit pas encore un faux... Car cette œuvre a déjà fait l'objet de bonnes copies, certaines allant même jusqu'à reproduire la double couche et le double portrait, d'après la police. L'un des membres du conseil municipal de Plaisance, Jonathan Paparamerenghi, n'exclut pas que la peinture a été laissée volontairement par les voleurs qui souhaitaient ainsi la retourner.

"C'est très étrange car immédiatement après le vol, nous avions passé au peigne fin chaque centimètre carré de la galerie et du jardin", explique l'élu à La Repubblica. "Plus étrange encore : l'œuvre est en excellent état. On ne croirait pas qu'elle a passé vingt-deux ans enfermée derrière une trappe". 

Si le tableau était authentifié, la galerie avait prévu de l'exposer à nouveau dès janvier. Une exposition sans doute très protégé !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

2 min