Publicité

L'influence régionale de l'"Etat islamique", ou le rêve du califat perdu

Par

Carte. des dizaines de groupes et groupuscules jihadistes, répartis dans 18 États, ont prêté allégeance à l'"État islamique". Voici la carte de ses "filières" cooptées.

Juin 2014 : en proclamant son "califat", le chef islamiste Al-Baghdadi s'adresse aux organisations djihadistes : "Vous n'avez aucune excuse religieuse pour ne pas soutenir cet État. Sachez qu'avec l'établissement du califat, vos groupes ont perdu leur légitimité. Personne ne peut ne pas prêter allégeance au califat."Juin 2015 : des dizaines de groupes et groupuscules jihadistes, répartis dans 18 États, ont prêté allégeance à l'"État islamique". Comment expliquer le crédit de l'idée de califat auprès de ces groupes terroristes ? Assiste-t-on à une “internationale djihadiste” aux couleurs de l'"État islamique" ?

Survolez ou cliquez sur les États dans la carte pour obtenir des informations sur les allégeances des groupes jihadistes dans chaque pays. Zoomez avec le bouton "+/-" pour parcourir les zones qui vous intéressent.

Publicité

Sources : ISW (Institute for the study of war), Pieter Van Ostaeyen, New York Times, Eric Biegala (France culture), Romain Caillet

1 - Le succès de l’idée de califat

Institution politico-religieuse censée réunir sur un territoire les membres de l’Oumma ("Communauté des croyants"), le califat est aboli avec la chute de l'Empire ottoman en mars 1924. Depuis, l'idée de califat agit comme un fantasme auprès des jihadistes : dès 1948 en Indonésie, le mouvement Dar al-islam a voulu créer un État islamique. Ce symbole, l’organisation "État islamique" le réactive aujourd'hui pour des raisons idéologiques, constitutives de son panarabisme islamiste : il s’agit de dépasser les frontières nationales, dénoncées comme coloniales, et de séduire une communauté de fidèles attachés à une ambition religieuse liée à un ancrage territorial. Cet ancrage distingue notamment l'"Etat islamique" d'Al-Quaïda et de sa proposition déterritorialisée de "jihad mondial". Dans Les Matins de France Culture, Gilles Kepel évoque notamment la puissance de l'idée de califat dans les pays musulmans.

Carte publiée sur Twitter, indiquant le califat brigué par l'Etat islamique d'ici 5 ans
Carte publiée sur Twitter, indiquant le califat brigué par l'Etat islamique d'ici 5 ans
- DR

2- Une alliance tactique

Pour plusieurs organisations jihadistes jusque là dans la mouvance Al-Quaïda, comme le groupe tunisien Ansar-al-Charia, ou le groupe égyptien Ansar Bait al-Maqdis, les allégeances prêtées durant l’été 2014 à l’”Etat islamique” leur permettent de sortir de leur isolement, d'être identifiées sous un même drapeau - un même "label", et de tenter de prendre ou reprendre la main au niveau militaire. Pour Boko Haram au Nigéria par exemple, il s’agit clairement du ralliement d’un groupe jihadiste ayant son propre agenda politique, qui trouve dans l’”Etat islamique” un levier d’influence, de recrutement et d’équipement. La traduction française d'“allégeance” trahit la réalité plus complexe de la “bay’at ” en arabe, soit un accord entre deux parties plus qu'une soumission à une entité hiérarchique.

3- Le cas particulier de la Libye

Il s’agit du seul territoire hors de l’Irak et de la Syrie où l’”Etat islamique” contrôle une zone, celle de la région de Syrte, à 450 Km de Tripoli, après avoir mis la main sur certains quartiers de Derna. Selon la logique syrienne et irakienne, le groupe islamiste profite du chaos politique - le pays étant déchiré entre deux gouvernements rivaux, tout en poursuivant son ambition déstabilisatrice dans la région. Comme l'analyse Pierre-Jean Luizard, responsable du programme "Islam, Politiques, Sociétés" au CNRS, au micro de Christine Ockrent dans l'émission Affaires étrangères, l'"éruption barbare" de l'"Etat islamique" en Libye vise principalement à "provoquer les acteurs régionaux : l'Egypte et les anciennes puissances coloniales en Afrique du Nord : la France et l'Italie", en "surenchérissant dans la barbarie" pour frapper les esprits et unifier les forces jihadistes de la région.

_A écouter - une sélection d'émissions de France Culture consacrées à l'influence régionale de l'"Etat islamique" : _

  • Affaires étrangères : "Le chaos Libyen", émission du 21 février 2015 :

AFFAIRES ETRANGERES

43 min

  • Un reportage de Maureen Grisot consacré à Boko Haram, diffusé le 16 février 2015 :

Le choix de la rédaction

3 min

  • Les Matins, "Après Palmyre, Damas" ?, émission du 22 mai 2015 :

Les Matins - Après Palmyre, Damas ?par franceculture

Les Enjeux internationaux, dans le cadre de la semaine spéciale "Quelle recomposition au Moyen-Orient?", consacre une émission ce jeudi au "rôle et à la logique de l'Iran en terre arabe", avec le chercheur Bernard Hourcade.