Publicité

L'université en débat, économie extraterrestre, Terry Gilliam et des festivals : la Session de rattrapage

Par
La Session de rattrapage du samedi 20 février
La Session de rattrapage du samedi 20 février
© Radio France - France Culture

Sélection. Retrouvez chaque samedi la sélection hebdomadaire des programmes de France Culture à écouter.

Abonnez-vous ici pour recevoir la Session de rattrapage chaque semaine par mail.

Bonjour à toutes et à tous, 

Publicité

Et si on prenait le large ? La maison, le bureau, et inversement… Avec le télétravail, vie privée et vie professionnelle finissent par se confondre. Une routine suffocante dont il est temps de s’extirper ! Enfilez vos boots et vos moufles, on vous emmène tutoyer les sommets pour une petite histoire verticale de la montagne. Puis on poursuit notre excursion vers une pente beaucoup moins douce cette fois, un tube mythique dont tous les surfeurs rêvent : la vague parfaite. Une quête éternelle, mais aussi un enjeu politique au moment de la guerre froide… La mer, on ne la quitte pas puisqu’on part ensuite direction Procida, petite île pittoresque au large de Naples qui deviendra capitale de la culture en 2022. Et nos voisins transalpins, un homme de lettres devenu cinéaste les aimait particulièrement : ”Les Italiens sont des Français de bonne humeur”, disait Jean Cocteau, cette synthèse artistique et sociale de l’artiste gentilhomme, capable d’écrire, de peindre, de charmer son monde. Mais alors, Cocteau, génie ou parade ? On vous laisse seuls juges... En attendant, "au vu du contexte actuel", il est grand temps de passer aux choses sérieuses, alors bonnes écoutes ! Alexia Colone

COMPRENDRE

Université de Rennes 1
Université de Rennes 1
© AFP - DAMIEN MEYER

L’université en débat. "Échec" en premiers cycles, "baisse de niveau", "usine à chômeurs"… L’université est régulièrement sous le feu des critiques. Et la crise sanitaire n’arrange rien, révélant au grand public les difficultés des étudiants : précarité, sureffectif, dotation insuffisante… La politique du “quoi qu’il en coûte” s’est-elle arrêtée à la porte des campus ? L’université joue-t-elle son rôle d’ouverture des possibles ? (L'Invité(e) des matins, 46 minutes)

Bête noire. Ses enquêtes sur la corruption au plus haut de l’Etat et sa popularité - accentuée par son empoisonnement, selon toute vraisemblance par les services secrets russes - font de lui le premier opposant à Vladimir Poutine. Qui est Alexeï Navalny ? Qui, aujourd'hui, le soutient en Russie ? (Cultures Monde, 57 minutes)

Chiens écrasés. Le Figaro qui crée une cellule spéciale contestée par la SDJ, France 2 qui lance une nouvelle émission présentée par Marie Drucker, BFM toujours... beaucoup de médias mettent l'accent sur le traitement des faits divers. Miroir ou écran de notre société ? (Le Temps du débat, 48 minutes)

APPRENDRE

Alors que la demande de connectivité explose sur Terre, le secteur des télécommunications se rapproche de plus en plus du secteur spatial pour développer le très haut débit depuis l'espace.
Alors que la demande de connectivité explose sur Terre, le secteur des télécommunications se rapproche de plus en plus du secteur spatial pour développer le très haut débit depuis l'espace.
© AFP - SES / AIRBUS

Allô la Terre ? Le 9 février dernier, l’opérateur canadien de satellites Telesat a sélectionné l’entreprise franco-italienne Thales Alenia Space pour construire une nouvelle constellation de satellites en orbite basse afin d’offrir aux entreprises, depuis l’espace, un accès internet aussi efficace que la fibre, mais partout dans le monde. La liste des secteurs qui profiteront des données de ces satellites est longue, et continuera sans doute de s’allonger. (Entendez-vous l’éco ? 58 minutes)

Tous vendus ? Comment la science, dont l’ambition est de nous renseigner sur la nature du monde, de la disséquer, de nous faire avancer dans sa compréhension, peut-elle en arriver à fabriquer non pas de la connaissance, mais de l’ignorance ? C’est la question qui anime le documentaire de Franck Cuveillier et Pascal Vasselin, La fabrique de l’ignorance. (La Méthode scientifique, 58 minutes)

Géographie sociale. Approchons au plus près des rapports du corps humain avec l'environnement dans lequel il évolue, espace qui le transforme ou qu’il transforme, qui l’adopte ou qui le rejette, dont il porte les traces, langage, coutumes, modes de vie. Le corps comme point de rencontre du social et du spatial. (Nos géographies, 57 minutes)

RE(DECOUVRIR)

Le réalisateur anglais Terry Gilliam lors du Gala du CineMerit. Munich, Allemagne, le 2 juillet 2018.
Le réalisateur anglais Terry Gilliam lors du Gala du CineMerit. Munich, Allemagne, le 2 juillet 2018.
© Getty - Felix Hörhager/picture alliance

Cinéaste de légendes. On trouve dans Jabberwocky, fantaisie médiévale de 1977 qui vient de ressortir en DVD, beaucoup des motifs qui vont ensuite peupler l'univers de Terry Gilliam. Divers échos des Monty Python auxquels il appartenait, alors même qu'il voulait, dit-il, "fuir" un temps la célèbre troupe de comiques britanniques. (La Grande table culture, 29 minutes)

Péchés littéraires. Depuis le VIe siècle, la liste établie par l'Eglise catholique est close : les péchés "capitaux" qui menacent le chrétien et expriment le mal contenu en lui, sont la paresse, l’orgueil, la gourmandise, la luxure, la colère, l’avarice et l’envie. Après Dante, Sue ou Bernanos, ce sont aujourd'hui sept auteurs français qui ont choisi de s'y confronter, et d'en imaginer de nouvelles variations. (La Salle des machines, 57 minutes)

Madone indocile. Née dans une Italie fasciste, prise dans l‘ébullition des années 1970 puis des années de plomb, tour à tour résistante, comédienne, internée, romancière, prisonnière, Goliarda Sapienza a fait de sa vie une ode à la liberté et à l’écriture. Elle est morte avant de voir son œuvre reconnue. (Toute une vie, 58 minutes)

LA CITATION

Les festivals en plein air pourront avoir lieu cet été mais devront limiter leur jauge à 5 000 personnes assises et à distance les unes des autres, a annoncé la ministre de la Culture Roselyne Bachelot ce jeudi.
Les festivals en plein air pourront avoir lieu cet été mais devront limiter leur jauge à 5 000 personnes assises et à distance les unes des autres, a annoncé la ministre de la Culture Roselyne Bachelot ce jeudi.
© AFP - Bertrand Guay

La citation de la semaine est signée Roselyne Bachelot. La ministre de la Culture a détaillé jeudi 18 février ses annonces concernant l’avenir des festivals. Un feu vert, prudent...

Nous travaillons depuis pratiquement un mois avec les organisateurs de festivals debout : ceux qui sont sans doute les plus impactés par la crise sanitaire et qui sont évidemment soumis à un certain nombre de contraintes. Nous poursuivons également, bien sûr, le travail avec les organisateurs de festivals assis. Ces organisateurs nous ont demandé d'avoir un cadre, et ce cadre a été fixé à une jauge maximum de 5 000 personnes, en dessous de laquelle il était difficile d'assurer la viabilité économique de ces festivals. Ce cadre imposait aussi une jauge assise qui permettait d'assurer la sécurité sanitaire des spectateurs. Roselyne Bachelot

C'est sur cette note d'espoir que s'achève la Session de rattrapage. Mais avant de penser au printemps et à ses éventuelles festivités, replongeons-nous quelques instants dans l'hiver. Une saison aussi réconfortante qu'envoutante, avec ses flocons de neige dont la symétrie parfaite fascine encore  la science. Ces petits cristaux ont-ils aujourd’hui livré tous leurs mystères ? Très bonne semaine à toutes et tous !