La bande dessinée en prise avec le réel

Publicité

La bande dessinée en prise avec le réel

Par
Couverture Les nouvelles de la jungle de Lisa Mandel et Yasmine Bouagga, Casterman, 2017
Couverture Les nouvelles de la jungle de Lisa Mandel et Yasmine Bouagga, Casterman, 2017
- Lisa Mandel

La bande dessinée du réel mêle des contenus “fantaisistes” et des matériaux historiques et journalistiques étayés. Dernière en date : Sarkozy/Kadhafi, des billets et des bombes qui revient sur l’affaire de corruption entre le président français et le dictateur lybien.

Le médium de la bande dessinée permet de raconter les “coulisses” d’une enquête journalistique. Le dessinateur apporte des éléments “non-verbaux” avec les décors d’un lieu, les attitudes des protagonistes, les expressions corporelles, les manières de s’habiller... Les hésitations dans la recherche d’informations comme les échecs peuvent être mises en scène. La bande dessinée du réel se veut moins “intrusive” que les médias journalistiques classiques. Elle a la capacité de rendre homogène des récits qui viennent de sources d’information différentes sans qu’il y ait de ruptures narratives et stylistiques. 

La BD témoin de son temps

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Rencontre enregistrée en février 2018 à la Bibliothèque publique d'information

Benoît Collombat, journaliste d'investigation France Inter

Etienne Davodeau, auteur de bande dessinée

Lisa Mandel, auteure de bande dessinée

Amélie Mougey, journaliste et rédactrice en chef de La Revue Dessinée